Couverture du journal du 01/07/2024 Le nouveau magazine

Marmott’ fait sa rentrée chez Audencia

Créé en 2016 à Montaigu-Vendée par Maud Breton, Marmott’ est un berceau évolutif en carton, homologué pour le bébé de 0 à 6 mois. Pour développer sa cible BtoB, l’entreprise a fait appel à quatre étudiants en bachelor commercial chez Audencia Nantes. Leur mission pour quatre mois : tester de nouvelles approches et redynamiser sa croissance.

Marmott' la baby box Française ©Stéphane Audran

« J’ai toujours aimé le contact étudiant, confie Maud Breton, la créatrice de Marmott’. Ils ont cette capacité à poser un œil neuf sur les situations et à proposer des idées qui peuvent passer à côté quand on a la tête dans le guidon. J’ai donc décidé de contacter plusieurs écoles proposant des cours de “mission diagnostic commercial“ et j’ai eu la bonne surprise de faire partie des 10 entreprises sélectionnées par Audencia cette année. »

La babybox Marmott’ ©Stéphane Audran

Concrètement, de septembre à décembre 2023, quatre étudiants en bachelor vont plancher avec l’entrepreneuse sur son développement commercial (CA non communiqué). « Aujourd’hui, mon relais de croissance principal réside sur le marché BtoB précise Maud Breton. J’ai déjà travaillé avec quelques mairies et monté une opération solidaire avec la Croix-Rouge. Les comités d’entreprises aussi me semblent un débouché intéressant mais je n’ai jamais pris le temps de structurer ce canal de ventes. C’est sur quoi nous travaillons avec les étudiants. » Elle poursuit : « Je sais que les cycles de vente sont plus longs en BtoB et il faudra sans doute plusieurs mois avant de faire le bilan d’une telle démarche mais nous sommes d’ores et déjà en discussion avec le comité d’entreprise d’une mutuelle. Par ailleurs, parmi les 10 entreprises “clientes“ d’Audencia, il y a le Secours populaire. Nous nous sommes rencontrés lors des pitchs de présentation en septembre et avons prévu de nous revoir pour envisager une collaboration. Je sais enfin que les étudiants seront en recherche d’alternance pour l’année prochaine, je n’exclus pas de prolonger l’expérience sous ce format, en fonction des motivations observées. » Elle conclut : « Une chose est sûre : je ne peux pas me contenter d’un mono-produit mais Marmott’ doit être accompagnée avant d’envisager des recrutements. J’ai beaucoup de projets de développement, notamment de jeux et de mobiliers en carton pour la chambre de l’enfant ! »