Couverture du journal du 16/05/2024 Le nouveau magazine

Les Pays de la Loire, fer de lance du mécénat d’entreprise (1/2)

Avec près de 9 % des entreprises ligériennes engagées dans des actions philanthropiques (Baromètre Admical 2022), les Pays de la Loire sont la première région de France en termes de mécénat d’entreprises. Quelles sont les raisons de ce dynamisme ? Comment se développe-t-il ? Quelles sont les motivations des mécènes ? Éléments de réponse avec la Fondation de France Grand Ouest, membre du premier réseau philanthropique français, et le Medef Vendée, qui facilite la mise en relation entre ses adhérents et les porteurs de projets.

© Fondation de France / Anne-Cécile Estève

Selon le dernier baromètre national Admical du mécénat d’entreprise1, les Pays de la Loire comptent 10 530 entreprises mécènes en 2020, soit 10 % des entreprises mécènes en France. L’étude indique également que 8,9 % des entreprises ligériennes font du mécénat, ce qui fait des Pays de la Loire la première région par la part de ses entreprises mécènes. Précision : il s’agit de structures ayant déclaré leurs dons à l’administration. « Sachant que de très nombreuses entreprises mécènes ne le font pas (notamment parmi les TPE/PME), il faut considérer que le nombre d’entreprises mécènes… est susceptible d’être supérieur », souligne Admical. En 2020, le montant des dons déclarés par les entreprises ligériennes s’élevait à 87 M€ pour un don moyen de 8 243 €.

L’enquête n’en dit pas davantage sur le visage du mécénat dans la région. Il faut se tourner vers la Fondation de France Grand Ouest pour en savoir plus.

Renforcer et fédérer

Et pour cause ! Elle est l’une des six fondations régionales de la Fondation de France, acteur de référence dans le domaine de la philanthropie et du mécénat. Elle accompagne sur son territoire toutes les envies d’agir pour l’intérêt général, celles des citoyens comme des entreprises. Présente dans 12 départements2, dont les cinq départements ligériens, la Fondation de France Grand Ouest a soutenu, en 2023, 495 projets, soit 47 de plus qu’en 2022, et redistribué 8,5 M€ contre 7,10 M€ en 2022. Elle abrite 26 fondations en Pays de la Loire sur 54 dans le Grand Ouest. L’an dernier, la fondation Jacques-Audureau3 qui œuvre pour l’accompagnement des jeunes sur la formation et de l’insertion professionnelle en Vendée, a ainsi rejoint son réseau.

« Notre ambition ? Renforcer et fédérer le mécénat d’entreprises en Pays de la Loire, indique Yann Desdouets, délégué général de la Fondation de France Grand Ouest. Notre objectif en 2023 était notamment de développer notre présence en Vendée. Comment ? En nouant des relations avec des partenaires locaux. Les bénévoles présents sur le territoire ont ainsi participé à des événements organisés par le pôle ESS (Économie sociale et solidaire) Vendée. Plusieurs rencontres ont également eu lieu auprès de la Maison départementale des associations de Vendée (MDAV), dans les réseaux professionnels (Medef Vendée) ou encore dans les entreprises, sans oublier les gestionnaires de patrimoine, les banques ou les notaires, autant d’acteurs susceptibles de conseiller leurs clients sur le mécénat d’entreprise. Objectif : les informer et les sensibiliser sur le sujet. » Ce travail se poursuit en 2024, notamment en Vendée où la Fondation soutient plus d’une cinquantaine de projets.

Faire du lien

 

Fondation de France, Medef Vendée

Yann Desdouets, delegue Fondation de France Grand Ouest, a Paris, le 3 mars 2020.© Lucien Lung / Fondation de France

Le Medef Vendée est l’un des interlocuteurs privilégiés de la Fondation de France Grand Ouest. « Par notre fonction régalienne et notre présence dans différentes instances paritaires, nous n’avons pas vocation à être mécène, souligne Samuel Véron, délégué général du Medef Vendée. Nous ne pouvons pas créer un fonds de dotation par exemple. Néanmoins, nous sommes des facilitateurs. Nous relayons des actions de mécénat dont nous avons connaissance sur le territoire à nos adhérents, dans la mesure où elles nous apparaissent opportunes. Ce sont systématiquement les porteurs de projets qui nous contactent, jamais l’inverse. Nous sommes aussi partenaires d’événements comme la Nuit du Bien commun au Puy du Fou4. Nous faisons partie du jury qui sélectionne les associations qui vont pitcher devant des entreprises et mécènes potentiels. »

Les adhérents qui souhaitent s’engager dans des actions de mécénat mais ignorent comment s’y prendre, se tournent parfois vers l’organisation patronale. « La première question qu’on leur pose, indique Samuel Véron, c’est de savoir quelles sont leurs motivations et les raisons de leur engagement. À partir de là, nous pouvons les aiguiller dans la bonne direction. Cette mise en relation, même si elle est informelle, fait totalement partie de notre rôle et, surtout, elle est gratuite. »

Les atouts du mécénat d’entreprise

Quel est le profil de ces mécènes et quelles sont leurs motivations ? Là encore, pas de données régionales précises mais des tendances issues du Baromètre national Admical et des observations terrain de la Fondation de France Grand Ouest et du Medef Vendée.

« Leur profil est assez varié mais ce sont très majoritairement des TPE et PME, commente Yann Desdouets. En revanche, en termes de valeurs, les ETI et les grandes entreprises pèsent davantage. Leur première motivation, c’est l’incarnation des valeurs de l’entreprise et l’envie de fédérer les salariés, comme 49 % des entreprises mécènes en France. La deuxième motivation, c’est l’image et la réputation de l’entreprise (35 % des entreprises mécènes en France, NDLR). C’est notamment la question de la marque employeur, qui joue de plus en plus sur les jeunes générations. Le mécénat est en effet impactant en termes de recrutement et de fidélisation. »

Samuel Véron acquiesce : « C’est un outil de différenciation sur le marché de l’emploi qui permet d’attirer des talents et de les fidéliser. Mais attention, toutes les entreprises n’ont pas les moyens ou la capacité de faire du mécénat ni l’envie de communiquer sur leurs actions. »

Un avis partagé par Jacques Porcheret, président de la MDAV. « Terre de solidarités, la Vendée est encore assez en retrait en termes de mécénat. Il existe bel et bien mais il reste discret. Ce n’est pas dans la culture des dirigeants vendéens de mettre en avant ce type d’engagement. Ce sont souvent des initiatives individuelles qu’ils partagent ensuite avec leurs salariés. »

Autre motivation, qui concerne 31 % des entreprises mécènes françaises : l’ancrage territorial car il est source d’opportunités. « Via ses actions de mécénat, l’entreprise collabore avec des parties prenantes avec lesquelles elle n’a pas forcément l’habitude de travailler », explique Yann Desdouets.

Samuel Veron, délégué général du Medef Vendée. © D. R.

Et la défiscalisation ? Les entreprises mécènes bénéficient en effet d’une réduction d’impôt de 60 % du montant de leur don. L’avantage passe à 40 % lorsque le don dépasse les 2 M€5. « C’est la cerise sur le gâteau, estime Samuel Véron. Mais ce n’est pas la première motivation du mécène. L’envie d’inscrire son engagement dans une démarche RSE ou de préservation du patrimoine est bien plus forte. » Et de conclure : « Avec la diminution des aides publiques aux associations, le mécénat d’entreprise a de beaux jours devant lui. »

 

 

 

 

 

Le mécénat d’entreprise en France en 2021

La France recense 9 % d’entreprises mécènes pour un montant de dons de 3,6 Mds €. Plus de 96 % des entreprises mécènes sont des TPE et des PME. Le mécénat des ETI et grandes entreprises représente 75 % du montant total des dons. 76 % des entreprises mécènes exercent au niveau local ou régional. Le sport, la culture et le social sont les trois domaines d’action privilégiés par les mécènes. L’éducation, la culture et le social concentrent la plus grande part des dépenses des budgets mécénat.

Les trois formes de mécénat

Le mécénat financier

C’est la forme de soutien la plus répandue. 88 % des entreprises mécènes le pratiquaient en France en 2021. Il se définit comme l’apport d’un montant numéraire au profit d’un projet d’intérêt général.

Le mécénat en nature

Le mécénat en nature consiste à faire don d’une partie de sa production à une association ou à donner/mettre à disposition des biens au profit d’un projet d’intérêt général. 25 % des entreprises mécènes font du mécénat en nature, principalement des ETI et des grandes entreprises.

Le mécénat de compétences

Le mécénat de compétences consiste à mettre à disposition un salarié sur son temps de travail au profit d’un projet d’intérêt général. En France, 15 % des entreprises mécènes ont recours au mécénat de compétences.