Couverture du journal du 16/07/2024 Le nouveau magazine

Les neuf points communs entre un manager et un super-héros

Le manager est-il un super-héros ? Pour Nicolas Bahuaud, consultant et formateur en management, ils partagent sans aucun doute un « certain nombre de caractéristiques et de qualités qui les rendent efficaces dans leurs rôles respectifs ». Le 31 août, il était l’invité de Managyle, centre de formations sur-mesure basé à Chanverrie (Vendée). Lors de cette intervention, l’expert a dressé une liste de neuf points communs entre le manager et le super-héros, tout en rappelant, in fine, que le gestionnaire ne doit pas chercher absolument à être le sauveur de toutes les situations, au risque de se perdre.

Vendée, manager, super héros, nicolas bahuaud

Nicolas Bahuaud, consultant-formateur en management, et analyste de performance. ©IJ

  1. Le leadership et la prise de décisions. « Tout comme les super-héros qui doivent prendre des décisions rapides et difficiles pour sauver des vies, les managers doivent prendre les décisions cruciales pour le succès de leur équipe et de leur entreprise, lance d’emblée Nicolas Bahuaud. Ils doivent être capables de peser les options, d’évaluer les risques et de choisir la meilleure voie à suivre. »
  2. La capacité à gérer la pression. «Les super-héros sont sous pression lorsqu’ils affrontent des situations dangereuses, poursuit l’expert invité du centre de formation sur-mesure Managyle. De même, les managers doivent gérer le stress et la pression liés aux objectifs de l’entreprise, aux délais et aux attentes des parties prenantes. Ils doivent garder leur sang-froid pour maintenir un environnement de travail positif. Autrement dit, ils doivent se sentir bien eux-mêmes pour bien diriger leur équipe. »
  3. Une communication efficace. «Les super-héros doivent collaborer avec d’autres héros et partenaires pour atteindre leurs objectifs. De leur côté, les managers doivent eux aussi être d’excellents communicants pour motiver, guider et diriger leurs équipes. Une communication claire et ouverte favorise la compréhension et renforce la confiance. » Nicolas Bahuaud précise tout de suite sa pensée : « Pas la peine de faire de grand bla-bla, au risque que cela ne soit pas compris et/ou suivi d’effet. Il faut trouver les justes mots au bon moment, notamment sur les feedbacks. En effet, comment faire un retour constructif à un collaborateur quand c’est négatif, tranchant ? Un mauvais mot peut tout compromettre. C’est pourquoi avant toute discussion, il faut être dans l’écoute active pour réussir à gérer au mieux la situation à venir. »
  4. L’adaptabilité. « Les super-héros doivent s’adapter à des situations imprévues et à des adversaires variés, souligne Nicolas Bahuaud. Les gestionnaires doivent également être flexibles pour faire face aux changements dans l’environnement commercial, aux besoins des clients et aux défis internes. Ils doivent apprendre à s’adapter à leur environnement, à leur équipe et travailler les imprévus. »
  5. Le développement de leurs compétences. « Les super-héros s’entraînent constamment pour améliorer leurs compétences et rester prêts à affronter de nouvelles menaces. Les managers doivent également investir dans leur développement professionnel, ainsi que dans la formation et la croissance de leurs équipes. » Nicolas Bahuaud, poursuit : « Travailler ses compétences, ça veut dire aussi savoir s’écouter et faire des auto-feedbacks. Dans son cahier de route, le manager note au jour le jour ce qu’il fait de bien avec son équipe. Le suivi doit être régulier pour voir ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. C’est de cette façon qu’il peut détecter ses points forts, ce qui pêche et, s’il y a des situations récurrentes, voir ce qu’il y a à changer. »
  6. L’empathie et la compréhension. «Les super-héros montrent souvent de l’empathie envers les personnes qu’ils protègent, indique Nicolas Bahuaud dans son exposé. Les managers efficaces doivent eux aussi faire preuve d’empathie envers leurs collaborateurs, en comprenant leurs besoins, en les soutenant dans leurs défis et en favorisant un environnement inclusif. »
  7. Planification stratégique. «Les super-héros élaborent des stratégies pour affronter les méchants et sauver la journée. De même, les managers doivent élaborer des plans stratégiques pour atteindre les objectifs de l’entreprise, en alignant les ressources et les efforts de manière efficace. »
  8. La créativité. « Tout comme les super-héros trouvent souvent des solutions créatives à des problèmes complexes, les managers peuvent utiliser leur créativité pour résoudre les défis opérationnels, encourager l’innovation et stimuler la croissance de l’entreprise. »
  9. Mentorat et développement. « Les super-héros expérimentés guident souvent les nouveaux arrivants. Les managers ont également un rôle de mentorat en aidant les membres de leur équipe à développer leurs compétences, à progresser dans leur carrière et à réaliser leur plein potentiel. Pour réussir, encore une fois, il faut être dans l’écoute active. »

« Les qualités qui font de grands super-héros sont également celles qui font de grands dirigeants, résume Nicolas Bahuaud. Un manager qui intègre tous ces traits dans son approche peut créer une équipe performante, résiliente et orientée vers les résultats. »

Trois différences

L’expert en management alerte sur quelques différences.

  • Le manager n’est pas un sauveur. « Le manager ne doit pas vouloir absolument être un super-héros. Il ne sauvera pas toutes les situations. Il risque de s’user, de perdre le sens de son métier et son équipe risque de ne pas le suivre. Le manager n’est pas un surhomme. C’est “juste“ un être humain qui doit se connaître pour découvrir ses super-pouvoirs. »
  • Les moyens financiers. « Le super-héros a toujours de gros moyens financiers tandis que le manager a un budget défini qu’il doit respecter : ce budget n’est pas extensible. Ce qui conduit le manager à avoir une meilleure capacité d’adaptation. Le super-héros ne sait pas s’adapter aux contraintes financières. »
  • Le super-héros, mauvais manager ?  « Le super-héros partage certes des qualités avec le manager, mais il a aussi un super défaut qui peut le noyer : il est égocentrique. Un défaut qu’un manager doit absolument éviter. »