Couverture du journal du 01/07/2024 Le nouveau magazine

La Gardienne des Ténèbres veille sur le Hellfest

La Gardienne des Ténèbres a pris place, fin juin, sur le site du Hellfest, à l’entrée du portail monumental Kingdom of Muscadet.

Gardienne des Ténèbres

La Gardienne des Ténèbres. Photo Compagnie La Machine

Plus de deux années que ses créateurs fabriquent dans l’ombre la nouvelle mascotte du festival de musiques extrêmes dans l’atelier de la compagnie La Machine à Nantes.


Lire aussi
François Delarozière, directeur artistique de la compagnie La Machine : le fabricant d’émotions


La Gardienne des Ténèbres est à la fois une machine de spectacle et un engin de ville capable de transporter vingt-cinq personnes. Une sorte de cerbère au corps de démone, avec un buste de femme à la peau brune surmontant l’abdomen d’un scorpion. Sa bouche et son dard ont craché du feu, de l’eau et de la fumée sur les spectateurs de la 17e édition du Hellfest.

Faite de bois sculpté et de métal, elle se déplace sur huit pattes, adoptant une démarche entre le crabe et l’araignée. Elle peut marcher, courir, se cabrer et se coucher pour venir à la hauteur du public.

Cette chimère de dix mètres de haut et trente-cinq tonnes habitera à l’année le terrain du festival, bien que des doutes demeurent sur sa « tanière ». Véritable programme urbain, l’entrée du site Hellfest devait être remodelée en un parvis entièrement piéton accueillant la Porte des Ténèbres, l’antre de la Gardienne qui contrôle désormais le passage entre notre monde et celui de l’enfer, une aire de jeux pour enfants ou encore la brasserie HellCity. Un projet de sept millions d’euros dont le Département de Loire-Atlantique s’est désengagé, tout comme la commune de Clisson, laissant à Hellfest Productions, l’organisateur du festival, la commande de la Gardienne elle-même, pour 3,8 millions d’euros.