Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Edflex recherche de nouveaux talents à Nantes

Installé dans la Cité des Ducs depuis quatre ans, l'éditeur parisien d’une plateforme de formation en ligne destinée aux entreprises, Edflex, table sur une cinquantaine d’embauches à horizon cinq ans.

VDE 44 Edflex

Désormais installée à la Cantine numérique, Edflex entend étoffer ses équipes nantaises. © Edflex

Accompagner les entreprises de tous secteurs d’activité (industrie, tertiaire, conseil, tech…), notamment du CAC 40, dans leur transformation grâce à l’accompagnement de leurs collaborateurs dans le développement de leurs compétences sur des thèmes variés (management, RSE, soft skills…) via une diversité de formats (podcasts, vidéos, cours en ligne…). C’est le rôle de la société Edflex, un éditeur d’une plateforme de formation digitale qui compte parmi ses clients historiques Bouygues Construction et Radio France. Objectif : « Permettre aux entreprises de développer leur employabilité et d’assurer la montée en compétences de leurs salariés », indique Carole Vendé, VP People & Impact, qui pilote la RSE et la direction des ressources humaines.

Fondée à Paris en 2016, l’entreprise s’est installée quatre ans plus tard à Nantes avec une équipe qui n’a cessé de grandir pour atteindre aujourd’hui 30 collaborateurs, sur un effectif qui totalise plus de 80 salariés. « Il nous fallait des locaux plus grands. Raison pour laquelle nous nous sommes installés fin février au sein de la Cantine numérique, sur un plateau de 24 positions où l’on travaille en flex office. » Une équipe qui se caractérise par une diversité de profils : développeurs, customer success, ingénierie pédagogique…

Ayant l’ambition de devenir leader européen sur le marché, Edflex, qui ne communique pas ses résultats financiers ni ses prévisions pour l’exercice 2024, évoque en revanche les embauches à venir. « Nous prévoyons une cinquantaine derecrutements dans les cinq ans à venir » afin de renforcer les équipes, notamment dans la création de contenus mais aussi de booster la force commerciale. D’où la nécessité de voir encore plus grand. « Dans les mois à venir, il n’est pas exclu d’occuper un plateau de 12 postes supplémentaires », indique Carole Vendé.