Couverture du journal du 16/02/2024 Le magazine de la semaine

Vendée : place à la féérie de Noël et à ses retombées !

À un mois des fêtes de fin d’année, les rues vendéennes commencent à s’animer. L’occasion de faire une escale dans ses grands marchés de Noël les plus fréquentés.

marché, Noël, retombées économiques

Le Département de la Vendée, propriétaire de sept sites patrimoniaux, organise des manifestations de Noël au Château de Tiffauges, au Logis de la Chabotterie, au Haras de la Vendée ainsi que dans les Abbayes de Maillezais (photo) et Nieul-sur-l’Autise. ©David Fugère

Pour de nombreux secteurs, et notamment le commerce, Noël est une période phare. Et ce n’est pas Thibault Delourme, président de 2A Organisation (7,2 M€ de CA en 2022, 40 salariés) qui dira le contraire. Basée à Nantes, cette PME s’affiche comme le leader de l’organisation de marchés de Noël en France (80 événements soit 2 000 chalets) dans cinq cœurs de ville – dont Nantes et Angers – et dans 70 centres commerciaux, dont l’Espace Ardelay aux Herbiers et Ylium aux Sables d’Olonne. Sa croissance (+20 % sur un an) est à l’image d’un secteur en plein boom. Et pas seulement dans les grandes métropoles. Les villes moyennes ou petites s’y mettent aussi. Tout comme les plus petits centres commerciaux, qui souhaitent aussi travailler une dynamique commerciale autour de Noël. D’après Thibault Delourme, de plus en plus de châteaux jouent également cette carte festive dans le but d’attirer de nouveaux publics durant l’hiver. « L’objectif est de créer un événement qui va devenir un lieu de destination, mais aussi d’aller chercher des revenus complémentaires, via la location d’emplacements ou l’augmentation de la billetterie créant de nouvelles recettes. » De quoi tirer l’essor des marchés de Noël qui deviennent de « vraies locomotives » en soutien à la dynamique commerciale.

Les incontournables

La Vendée n’échappe pas au phénomène. « Il y a de plus en plus de marchés de Noël, de mi-novembre à mi-décembre », constate Mireille Lord-Merdjani, employée au sein du pôle Tourisme de Vendée Expansion. Le site internet de Vendée Tourisme recense ainsi quelque 69 marchés de Noël. Autre chiffre éloquent : la page dédiée aux marchés de Noël sur le site internet de l’office de tourisme de Vendée connaît une hausse de fréquentation de 50 % depuis 2019 (plus de 105 000 pages vues en 2022).

De son côté, Guillaume Jean, président de la commission Culture, Tourisme, Patrimoine et Relations internationales au sein du Département, note « une réelle appétence » des Vendéens pour des animations festives avant Noël. La volonté du Département[1] est d’équilibrer les manifestations pendant tout le mois de décembre. Le secteur est concurrentiel et il faut toujours apporter de la nouveauté pour renouveler l’intérêt des visiteurs, sans être dans une logique de rentabilité. À l’avenir, notre volonté est de consolider l’offre existante et de ne pas multiplier les propositions. »

Parmi les événements incontournables : le marché du Château de Tiffauges. « Il a une notoriété nationale et est répertorié parmi les dix plus beaux marchés de Noël de France. C’est une belle vitrine pour le territoire, une occasion de mettre en valeur ce site patrimonial et de faire se déplacer des visiteurs qui ne seraient pas venus naturellement », souligne Guillaume Jean. Une aubaine pour l’édifice, qui ne désemplit pas d’un Noël à l’autre. En 2022, il a accueilli 81 000 visiteurs pendant deux week-end (contre 65 000 habituellement et 50 000 à 60 000 l’été), en provenance du grand Ouest, principalement des Pays de la Loire. Un record.

Cette année, ce marché de Noël fête son 27anniversaire du 1er au 3 décembre et du 8 au 10 décembre. À cette occasion, une soixantaine d’exposants seront répartis sur une superficie de plus de deux hectares. « Ce marché est passé de 50 à 60 exposants au cours des dix dernières années. Mais le but n’est pas de faire du XXL et de multiplier par deux le nombre d’exposants, même si nous recevons des centaines de demandes chaque année. » Dans quelques jours, le marché du Château de Tiffauges dévoilera un espace de promenade supplémentaire pour les visiteurs (au camp de siège), agrémenté d’un théâtre d’ombre dans la tribune et d’animations musicales, ainsi que des performances artistiques à l’entrée du château visant à accueillir les visiteurs.

Car innover est le mot d’ordre. « Il y a tellement de marchés de Noël aujourd’hui que les visiteurs vont chercher l’inattendu », complète Guillaume Jean.

Ces derniers ne seront certainement pas déçus s’ils parcourent 100 kilomètres plus au sud, en direction de l’Abbaye de Maillezais. Ici, c’est ambiance orientale ! « Nous faisons un réel effort sur la mise en lumière et la décoration avec des paysagistes et scénaristes pour un effet waouh ! Ce qui nécessite un budget significatif », poursuit Guillaume Jean. Pour cette 26e édition, 70 exposants (participation stable) prendront place devant la cathédrale, également les deux premiers week-ends de décembre. En 2022, 47 000 visiteurs avaient fait le déplacement, contre 42 000 en 2019.

Quid des retombées ?

Interrogé sur les retombées économiques, Guillaume Jean répond : « Il est difficile de les mesurer car ces événements n’ont pas vocation, pour le Département, à générer des flux financiers significatifs. » Mais, pour lui, ces marchés de Noël sont une aubaine pour le tissu économique de proximité (hôtellerie, restauration, commerces locaux…) et pour les exposants qui réalisent une part significative de leur chiffre d’affaires pendant cette période. Les structures associatives locales, comme l’association Les Amis de l’Abbaye de Chancelade ou celle des Amis du Château de Tiffauges, ne sont pas en reste. « Nous leur proposons gratuitement des chalets afin que leurs membres bénévoles animent les marchés et la vente de produits (santons, produits alsaciens…). Il y a aussi un bar tenu par le RST, un groupement d’une quinzaine d’associations de Tiffauges, dont le montant des recettes est réparti entre toutes les associations participantes. »

En Vendée, l’entrée pour participer à ces deux événements est gratuite pour les visiteurs. « Cela a toujours été le cas et le restera. » Du côté des exposants, les droits de places et/ou location de chalets sont compris entre 30 et 50 € par exposant et par jour, « ce qui reste très abordable », assure Guillaume Jean. Ces revenus viennent financer les charges liées aux festivités. Cette politique tarifaire est identique au Logis de la Chabotterie (les 16 et 17 décembre), autre événement organisé par le Département depuis 2014 et qui comptabilise 10 000 à 15 000 visiteurs et une dizaine d’exposants.

En revanche, le modèle est quelque peu différent à l’Abbaye de Nieul-sur-l’Autise où trois concerts sont programmés (200 visiteurs par concert) au cœur de ce site patrimonial d’exception les 16, 17 et 20 décembre (21e édition). Ici, les spectacles sont payants : 10 et 14 €. Idem au Haras de la Vendée (du 23 au 31 décembre, sauf le 25, et du 2 au 7 janvier) avec son spectacle équestre “Rêve à la Gare” qui a attiré l’année dernière 25 000 visiteurs. La billetterie (8 € et 12 €) permet de financer le cachet des artistes.

C’est dire si, en Vendée, se rendre sur un marché de Noël est un prélude incontournable à la fête proprement dite.

[1] Le Département de la Vendée, propriétaire de sept sites patrimoniaux, organise des manifestations de Noël au Château de Tiffauges, au Logis de la Chabotterie, au Haras de la Vendée ainsi que dans les Abbayes de Maillezais et Nieul-sur-l’Autise.