Couverture du journal du 02/06/2023 Le magazine de la semaine

Super Briques, la petite boîte qui monte

« L’histoire a commencé au début du premier confinement, quand mon frère, papa de deux enfants, a ressorti les Lego de son enfance. Souhaitant racheter des boîtes, ce qui était impossible à ce moment-là dans le commerce, et compliqué en ligne en raison de la forte demande, il a commencé à s’intéresser à ce marché. » Alexandra Inglebert, cogérante de Super Briques avec son frère Valéry Inglebert et la compagne de ce dernier Émeline Lecommandeur explique ainsi la genèse de la société.

De g. à d : Alexandra Inglebert, co-gérante, Matthieu Dupont, salarié et Émeline Lecommandeur, co-gérante © Super Briques

De g. à d : Alexandra Inglebert, co-gérante, Matthieu Dupont, salarié et Émeline Lecommandeur, co-gérante © Super Briques

Créée en mai 2020 aux Lucs-sur-Boulogne, Super Briques commercialise des produits de la marque Lego retirés de la vente, ou en édition limitée, et propose également depuis juin 2021, des briques personnalisées aux entreprises, associations et aux particuliers. À ce jour, près de 65 000 pièces « customisées » ont été écoulées. Le produit du moment, ce sont les cadeaux clients et collaborateurs. « Nous avons reçu plusieurs centaines de commandes (souvent à la dernière minute) pour la période de Noël qui s’étale pour nous jusqu’à fin janvier ».

Super Briques a bénéficié d’un formidable coup de projecteur suite à la diffusion de la troisième saison de l’émission « Lego Masters » (du 27 octobre au 17 novembre) sur M6, après avoir été sollicitée par la société de production Endemol, notamment pour illustrer le jeu de « La brique de la mort qui tue ». En un an, la société qui vient de s’ouvrir à l’international, a enregistré une croissance de 50 % de ses ventes et de son chiffre d’affaires. La TPE vendéenne a investi dans une nouvelle machine à sérigraphier, pour un montant de près de 40 000 €. Et depuis fin septembre, deux salariés ont été recrutés : Matthieu Dupont, le mari d’Alexandra et Pierre Inglebert, qui n’est autre que le père d’Alexandra et Valéry. Se sentant à l’étroit dans le sous-sol de la maison de Valéry et son épouse, l’équipe a récemment emménagé dans des locaux plus grands, permettant d’accueillir le public. Un espace de 350 m², toujours aux Lucs-sur-Boulogne, dans la zone d’activités de Bourgneuf.