Couverture du journal du 15/10/2021 Consulter le journal

Queeny invente le sport récompensé en entreprise

La start-up vendéenne Queeny propose aux entreprises et collectivités de remettre leurs salariés au sport. Son application propose des challenges... et des récompenses.

Equipe Queeny

L'équipe Queeny à la pause café. ©Queeny

Queeny est né d’un simple constat : les salariés restent le nez dans leur portable à la pause café. Pour redonner l’envie de faire du sport à ceux qui n’ont pas le temps, et recréer du lien entre les salariés, Betty Vergnaud propose des séances ludiques de dix minutes plusieurs fois par jour sur leur lieu de travail. Son arme : un simple vélo statique et l’application Made in Queeny. Elle propose aux entreprises de mettre en place des challenges entre salariés avec, à la clé, une récompense immédiate délivrée sous forme de QRcode ou de toute autre image du cadeau à gagner. Le QRcode délivre une récompense via le distributeur automatique… de la salle de pause.

Queeny est une spin-off de Patismatique

Et elle sait de quoi elle parle : Betty Vergnaud est la co-fondatrice, avec son frère Marc Lucas, de la société vendéenne Patismatique, spécialiste de la distribution automatique (café et gourmandises artisanales). La société de Bellevigny, créée en 1978, emploie 27 salariés et réalise un chiffre d’affaires consolidé de 4,5 M€. Elle héberge la jeune pousse (4 salariés) qui veut aider les dirigeants d’entreprises à améliorer les conditions de vie au travail, levier d’attractivité pour recruter et fidéliser les talents, mais aussi à améliorer la performance des salariés. Selon Betty Vergnaud, la sédentarité de l’emploi et les gestes répétitifs, accrus par le télétravail, engendrent de l’inconfort pour certains salariés. Les dirigeants d’entreprise qui prennent soin de la santé de leurs collaborateurs voient diminuer les arrêts de travail, créent des interactions entre les collaborateurs et améliorent leur productivité… Un récent sondage OpinionWay révèle que 80 % des salariés seraient prêts à pratiquer une activité physique si elle était proposée par l’entreprise.

Dix minutes de vélo pour atteindre une récompense

L’application est accessible et gratuite à tous les détenteurs de smartphone, et compatible avec tous les vélos statiques (d’appartement, d’extérieur, et vélos bureaux). Un capteur universel s’adapte au pédalier et transmet à l’application les kilomètres parcourus le temps du challenge. « Il est de dix minutes en moyenne pour être accessible à tous, sportifs ou non, et ne pas mettre son utilisateur en nage », précise Vincent Bouttier, responsable commercial de Queeny. Et chacun peut voir en temps réel la progression de l’autre. Si l’entreprise n’a pas de vélo, la start-up dispose d’un parc de 80 vélos qu’elle propose à la location.
Queeny offre aux entreprises la personnalisation des challenges sur l’application. La société gère elle-même son défi, choisit la durée, la distance, l’objectif et la ou les récompense(s). Accompagnée par Réseau Entreprendre Vendée qui lui a accordé un prêt d’honneur, la start-up a débuté en mai 2021 la commercialisation officielle de son application.

Queeny vise aussi les collectivités

Créée fin 2017, Queeny a déjà éprouvé son prototype avec les cinq campus étudiants de l’Essca et l’association nantaise ADN Ouest. « Nous avons aussi organisé un événement avec l’office du tourisme de Saint-Jean-de-Monts avec trois vélos d’extérieur et des récompenses de sociétés locales, ce qui a donné une image dynamique de la station balnéaire, mais a aussi eu un impact de notoriété sur les sociétés partenaires », explique Vincent Bouttier.
L’entreprise fonde son modèle économique sur un forfait (dégressif) à l’usage : à partir de 590 euros par jour et par entreprise quel que soit le nombre d’utilisateurs de l’application et jusqu’à 1040 euros pour un an d’usage avec la possibilité de modifier les challenges. Ce montant inclus la prestation de Queeny pour créer l’environnement digital du challenge. À ce jour, 2 500 personnes ont téléchargé l’application, le responsable commercial espère atteindre 10 000 téléchargements à la rentrée. « C’est plus une intention qu’un objectif. On part d’une feuille blanche ». Mais l’intérêt des collectivités pour l’outil est manifeste. « Il y a une vraie volonté des collectivités de promouvoir le sport-santé en entreprise », se réjouit Vincent Bouttier. Queeny vient d’ailleurs de répondre à un appel d’offres de la métropole lilloise « très dynamique sur cette problématique ».