Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Maître Coq reprend la mer avec Yannick Bestaven

Le volailler vendéen Maître Coq renouvelle son soutien au skipper rochelais et signe un nouveau contrat de partenariat jusqu'en juin 2025. Ils ambitionnent une deuxième victoire au Vendée Globe.

Yannick Bestaven sur Maitre Coq IV ©Jean-Marie Liot

Yannick Bestaven sur Maitre Coq IV ©Jean-Marie Liot

On ne change pas une équipe qui gagne. Après la victoire de Yannick Bestaven au Vendée globe 2020, Maître Coq poursuit la saga nautique engagée en 2018 avec le skipper Rochelais. Le volailler vendéen a signé un deuxième partenariat successif avec le team YBsailing, la société de course au large de Yannick Bestaven (15 salariés). La filiale du groupe LDC basée à Saint-Fulgent s’engage pour une campagne de quatre ans jusqu’en juin 2025 aux côtés du navigateur. Sans vouloir donner le montant exact du contrat, Maître Coq indique qu’il est plus élevé que pour leur première collaboration. Et pour cause : pour mettre toutes les chances de son côté, Yannick Bestaven fait construire un bateau neuf et présente un budget de fonctionnement plus ambitieux. Il est également très courtisé par les sponsors depuis sa victoire le 28 janvier dernier sur la 9e édition du Vendée Globe.

imoca maitre coq copyright Jean-marie Liot

L’Imoca Maitre coq IV sera remplacé par un bateau neuf qui sera mis à l’eau en juin 2022 ©Jean-Marie Liot

Maître Coq consacre 2% de son CA annuel à la pub et au sponsoring

En apportant 80% du budget de fonctionnement du team YBsailing, Maître Coq reste sponsor titre du bateau mais partagera l’affiche avec un nouveau partenaire. « L’enveloppe annuelle de Maître Coq en matière de communication représente 2% du chiffre d’affaires de la marque, entre le sponsoring, les événements et la publicité sur les différents médias, télés et réseaux sociaux, », indique Christophe Guyony, directeur général de Maître Coq. La société vendéenne est également sponsor du Sco Handball d’Angers, de la solo Maître Coq avec le Pôle course au large des Sables d’Olonne et, plus modestement, de l’équipe de basket de Saint-Fulgent.

Les bénéfices retirés de sa collaboration avec Yannick Bestaven valent largement l’investissement. En 33 mois de partenariat, entre les journées d’incentive, le programme de course au large avec quatre courses majeures, l’engouement des 2 600 salariés et de leurs enfants et famille, cet engagement a répondu aux objectifs d’accompagnement du plan de progrès de l’entreprise, de rayonnement de la marque employeur, auprès de ses partenaires, clients et salariés. « Les valeurs d’engagement, de courage véhiculées par Yannick et l’entreprise sont perçues et appréciées par les 200 nouvelles recrues que nous engageons chaque année en CDI », se félicite le directeur général.

Les ventes de Maître Coq ont bondi au rayon surgelés

Point d’orgue de cette campagne, « le Vendée Globe, qui prend une notoriété d’ampleur internationale, a été suivi dans le monde entier. Il a offert en plein Covid une respiration salutaire à tous y compris aux salariés de l’entreprise qui ont continué de travailler quand tout le monde était en chômage partiel », révèle Christophe Guyoni. « Nous faisions un point tous les mardis en direct du bateau auquel participaient les salariés par Teams ». Les ventes étaient aussi au rendez-vous. « Les performances de Yannick durant ce Vendée Globe nous ont apporté une couverture médiatique équivalant à 5 M€ de publicité. Résultat, nous avons recruté un million de foyers consommateurs supplémentaires selon les panels issus des tickets de caisse et notamment en volailles surgelées dont les ventes ont bondi entre 20 et 25% selon les produits », analyse le directeur. Au final, l’année 2020 s’est achevée pour Maître Coq sur un chiffre d’affaires en croissance de 5% en 2020, à 575 M€. Et l’effet se poursuit. Le volailler ambitionne un chiffre d’affaires de 600 M€ pour l’exercice 2021.