Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Pays de la Loire : les défaillances d’entreprises en forte hausse

D’après une étude récente du groupe Altares, expert de la donnée d’entreprise, le nombre de défaillances en Pays de la Loire a augmenté de 37 % en 2023 sur un an, avec 2 405 procédures ouvertes. Principale cause : la conjoncture ultratendue depuis quatre ans et dont les impacts se font de plus en plus ressentir. Les PME régionales sont particulièrement exposées.

défaillance, entreprises, Pays de la Loire, Altares

Evolution des défaillances d'entreprises en Pays de la Loire entre 2022 et 2023. ©ALTARES

Selon l’étude du groupe Altares, expert de l’information sur les entreprises, publiée le 6 février dernier, la région Pays de la Loire enregistre 2 405 défaillances d’entreprises, un chiffre en progression de 37 % par rapport à 2022. Ce volume de défaillances renoue avec les niveaux observés en 2018 (2 422) et demeure conforme aux prévisions. Pour autant, si cette hausse est moins forte que celle exceptionnelle de 2022 (+51 %), elle reste la deuxième plus rapide de l’histoire, loin devant les +21 % de 2008.

L’étude observe de fortes disparités locales. La Loire-Atlantique est le deuxième département le plus sous tension (963 procédures, soit +43 %), derrière le Maine-et-Loire. À l’inverse, les trois autres départements contiennent la hausse des défaillances sous les 30 %. C’est notamment le cas de la Vendée (431 procédures, +26 %).

« Après une phase de rattrapage d’une partie des entreprises tenues à flot grâce aux mesures d’accompagnement mises en place depuis la crise Covid, nous amorçons désormais une nouvelle phase plus structurelle, davantage liée aux insuffisances financières des entreprises, qui doivent naviguer dans un environnement économique extraordinairement tendu, commente Thierry Millon, directeur des études de la société Altares. Activité en berne, niveau d’inflation encore élevé, taux d’intérêt toujours hauts, consommation qui flanche, forment un dangereux cocktail pour des entreprises aux trésoreries épuisées après une succession de crises. Les PME et les ETI ne sont pas épargnées, transférant ainsi le risque vers les fournisseurs et sous-traitants. Près de 170 entreprises d’au moins 10 salariés ont défailli en 2023. C’est 48 % de plus qu’en 2022. »

7 000 emplois menacés

Les TPE ligériennes concentrent l’essentiel des défaillances (93 %) et donnent donc le ton régional. Près de 2 170 entreprises de moins de 10 salariés ont défailli en 2023, un nombre en augmentation de plus de 35 %.

Pour les PME, la tendance s’accélère fortement, tout particulièrement chez celles comptant plus de 50 salariés, avec 14 jugements en redressement ou liquidation directe, soit une hausse de 56 % en un an. 166 PME (plus de 10 salariés), ont ainsi fait défaut en 2023, un nombre au plus haut depuis 2015.

Dans ces conditions, le nombre d’emplois menacés par ces défaillances dérape très rapidement. En 2023, elles ont représenté 7 000 emplois en Pays de la Loire contre 5 300 un an plus tôt.

2024 démarre sans dynamique

Selon l’étude du groupe Altares, l’incertitude gagne du terrain en ce début d’année. « Dans un contexte de croissance, le levier finance est un moteur qui risque de manquer encore à de nombreuses entreprises pour leur permettre de répondre aux enjeux de transition écologique, ressources humaines et bien évidemment business, conclut Thierry Millon. En dépit des crises successives qui s’enchaînent depuis le début de la décennie, l’économie réelle tient, mais les trésoreries des entreprises sont mises à mal. Le mur des faillites redouté depuis trois ans est moins que jamais envisagé. Néanmoins, il est fondamental de se prémunir du risque de défaut de ses clients comme de ses fournisseurs stratégiques. Si les TPE sont les plus nombreuses à défaillir, 2023 a confirmé que les partenaires commerciaux PME et ETI sont, et devraient rester, également très exposés au risque. »

Les défaillances d’entreprises par secteur

  • Construction

Le secteur concentre le quart des cessations de paiements et compte désormais près de 550 défauts (+67 %), dont plus de 420 dans les seules activités du bâtiment. Dans le gros œuvre, la construction de maisons individuelles a triplé ses défauts (30 dossiers). La maçonnerie générale accuse, quant à elle, une dégradation de plus de 50 % avec 75 défauts enregistrés. Dans le second œuvre, la sinistralité augmente rapidement dans les travaux de menuiserie bois et PVC (+81 %) et la peinture-vitrerie (+63 %). Enfin, dans l’immobilier, le nombre de cessations de paiements explose pour les agences (+238 %).

  • Commerce

Le commerce dépasse les 500 défauts mais contient la hausse à 23 %. Dans le commerce de détail, qui concentre plus de 300 procédures (+29 %), le commerce d’habillement résiste (+4 %), contrairement au meuble (+89 %).

  • Services

Plus de 300 sociétés de services aux entreprises ont défailli en 2023, une dégradation proche de la moyenne régionale (37 %). Si les activités de conseil en communication tiennent (+3 %), c’est moins le cas de l’ingénierie (+21 %) et de la publicité (+71 %). En ce qui concerne les activités d’information et de communication, la hausse est rapide dans le conseil en systèmes et logiciels informatiques (+71 %). Pour les services aux particuliers, les tendances restent lourdes pour les coiffeurs et soins de beauté (+68 %).

  • Industrie

Avec 214 redressements ou liquidations judiciaires, l’industrie semble un peu mieux résister (+23 %), portée par les activités de manufacture (+16 %), plus que par l’agroalimentaire (+35 %).

  • Transports

Près de 60 transporteurs ont défailli en 2023, soit une hausse de 30 %. La tendance est plus défavorable dans le transport routier de marchandises de proximité (+140 %) que dans l’interurbain (+36 %).

  • Restauration

239 établissements de restauration ligériens ont défailli en 2023 (+41 %). Le rythme ralentit pour la restauration traditionnelle (+22 %), mais reste fort pour la restauration rapide (+83 %). Les débits de boissons (+86 %) présentent une tendance plus sévère que celle de la restauration. L’hébergement fait encore moins bien (+100 %).

  • Agriculture

L’agriculture se distingue avec un net recul des défaillances d’entreprises en 2023 (-13 %), notamment tiré par l’élevage (-25 %). La culture a, en revanche, plus de mal à résister (+32 %).