Couverture du journal du 16/05/2024 Le nouveau magazine

Les transports redémarrent mais manquent de bras

Au premier trimestre 2023, la demande en transports est repartie à la hausse dans les Pays de la Loire. Pour autant, les tensions de recrutement persistent et pénalisent l’ensemble de la chaîne. C’est ce qui ressort de la publication de la DREAL Pays de la Loire dévoilée fin juin et consacrée à la conjoncture trimestrielle du secteur des transports.

En cumul annuel, les flux autoroutiers de véhicules lourds ont reculé de 1,4 % sur un an mais demeurent supérieurs à ceux d’avant pandémie. © Shutterstock

En cumul annuel, les flux autoroutiers de véhicules lourds ont reculé de 1,4 % sur un an mais demeurent supérieurs à ceux d’avant pandémie. © Shutterstock

Depuis le 1er janvier 2023, les formalités d’immatriculation de sociétés doivent s’effectuer sur le guichet électronique des formalités d’entreprises. « Un changement qui fragilise temporairement le suivi mensuel des créations d’entreprises », indique la Dreal à propos des chiffres de l’Insee. Partant de ce constat, au 1er trimestre 2023, un peu plus de 600 entreprises de transport ont le vu le jour dans la région. C’est 2,5 fois moins qu’au 1er trimestre 2021 (1 350 entreprises créées), mais à peu près autant qu’avant la crise sanitaire. En effet, environ 600 entreprises de transport avaient été créées au 1er trimestre 2019.
Côté mortalité, quatorze cas de défaillances ont été recensés sur la même période dans la région, soit une hausse de 8 % par rapport au 1er trimestre 2022. Un chiffre quasiment 2,5 plus important qu’au 1er trimestre 2019 (six défaillances constatées).

Effectifs : une croissance peu dynamique

À la fin du 4e trimestre de 2022, le secteur des transports et de la logistique employait 76 144 salariés hors intérim dans les Pays de la Loire, soit 0,7 % de plus qu’un an plus tôt. Une progression un peu plus rapide qu’au niveau national (+ 0,5 %).

Le travail temporaire représentait 4 758 équivalents temps pleins à la fin du 1er trimestre de 2023. Un chiffre en baisse de 8 % par rapport au 1er trimestre 2022 et supérieur de 11 % à son niveau d’avant crise sanitaire. Ainsi, les Pays de la Loire rassemblent 4,7 % des effectifs intérimaires nationaux du secteur des transports. Sur un an, cette part est stable.

Chômage : la décrue se poursuit

Au 1er trimestre 2023, Pôle emploi a recensé dans les Pays de la Loire 7 090 personnes postulant à un métier de la conduite routière de marchandises (- 4,8 % sur un an). Cette baisse du chômage a été nettement plus marquée pour les coursiers et livreurs par tournées (- 8 %) que pour les conducteurs de poids lourds sur longue distance (-0,6 %). Pour autant, les tensions de recrutement perdurent dans le secteur, liées au déficit d’image des métiers de la conduite routière.
À noter que sur le 1er trimestre 2023, 17 470 heures de chômage partiel ont été consommées dans le secteur des transports. C’est une baisse de 64 % par rapport au 1er trimestre 2022, mais une multiplication par quatre du volume moyen de la dernière décennie (4 400 heures par trimestre de 2010 à 2019). Le recours à l’activité partielle reste donc très élevé dans les Pays de la Loire, le secteur des transports ayant représenté au 1er trimestre 2023 3,6 % des heures consommées dans la région, contre 4,5 % un an auparavant.

 

Le trafic du port de Nantes Saint-Nazaire retrouve des couleurs :Au 1er trimestre 2023, le trafic extérieur du port maritime s'est élevé à 6,2 millions de tonnes.

Le trafic du port de Nantes Saint-Nazaire retrouve des couleurs. Au 1er trimestre 2023, le trafic extérieur du port maritime s’est élevé à 6,2 millions de tonnes.

Trafic autoroutier : les flux reprennent

En mars 2023, ASF et Cofiroute ont comptabilisé 6,79 millions de véhicules légers aux péages des Pays de la Loire, contre 6,72 millions douze mois plus tôt (+ 1,0 %). Un léger rebond qui s’explique par la baisse des prix du gazole et à la création de l’indemnité carburant de 100€. En cumul annuel, les trafics se sont redressés de 1,9 % sur un an.
Du côté des poids lourds et autocars en revanche, 1,27 million de véhicules ont été recensés sur la même période aux péages des Pays de la Loire, soit une baisse de 0,6 % par rapport à mars 2022. Ces derniers ont souffert en 2022 du prix élevé des carburants, qui représente un quart du coût de revient des entreprises de transport routier de marchandises. En cumul annuel, les flux autoroutiers de véhicules lourds ont reculé d’1,4 % mais demeurent supérieurs à ceux d’avant pandémie.

Le trafic du port retrouve des couleurs

Au 1er trimestre 2023, le trafic extérieur du port maritime s’est élevé à 6,2 millions de tonnes (+ 0,8 % par rapport au 1er trimestre 2022). Cette “pause“ intervient après le redressement spectaculaire des quatre trimestres 2022 (respectivement +32 %, +78 %, +70 % et +51 %), qui faisait suite à six trimestres consécutifs de baisse pendant la crise sanitaire. Pour rappel, le trafic du port de Nantes Saint-Nazaire était de 7,8 millions de tonnes au 1er trimestre 2019, soit une baisse de 20 % entre 2019 et 2023.
Les vracs liquides ont représenté les deux tiers de l’activité du port au 1er trimestre 2023 (+ 17 % par rapport au 1er trimestre 2022) : les entrées de pétrole brut et les sorties de produits raffinés ont été dynamiques, tandis que les importations de gaz naturel se sont effondrées en raison d’un mouvement de grève au terminal de Montoir. En cumul annuel, le trafic extérieur du port s’établit à 29,7 millions de tonnes (+46 % sur un an).

Les transports collectifs loin de leur niveau d’avant Covid

En mai 2023, 17,3 millions de voyages ont été recensés dans les trois principaux réseaux de transports publics des Pays de la Loire (Nantes, Angers et Le Mans). Bien qu’en hausse d’1,6 % par rapport à mai 2022, cette fréquentation reste inferieure de 6,9 % à celle d’avant Covid. « Une perte de clientèle provenant essentiellement de la pérennisation du télétravail », estime la Dreal Pays de la Loire.
En année glissante, le nombre de voyages a néanmoins augmenté de 7,9 % (+9 % à Nantes, +7,4 % à Angers et +3 % au Mans). Une croissance à relier au prix élevé des carburants automobiles qui renforce l’attractivité des transports en commun.

Aéroport de Nantes : une reprise incomplète

L’aéroport Nantes Atlantique a enregistré en mai 2023 un trafic commercial de 642 806 passagers (hors transit). C’est 7,5 % de plus qu’en mai 2022. Parmi les seize destinations ayant drainé plus de 10 000 passagers au départ de Nantes : Marrakech (+ 91 %), Londres (+ 54 %) et Dublin (+ 48 %) sont les plus dynamiques. L’activité reste cependant inférieure à celle d’avant Covid, en baisse de 6,1 % par rapport à mai 2019.
Enfin, du côté du trafic de marchandises, l’activité de l’aéroport recule pour la première fois depuis quatre ans avec, en mai 2023, une chute de 18 % de l’activité par rapport à mai 2022. En cumul annuel, le trafic de l’aéroport (11,4 milliers de tonnes) est inférieur de 3,1 % à celui des douze mois précédents. La première baisse depuis le printemps 2019 !