Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

K.Line construit en Vendée une septième usine et recrute 370 salariés

Le fabricant de menuiseries industrielles vendéen construit une nouvelle usine aux Herbiers, la septième du groupe K.Line. L'investissement supérieur à 20 M€ s'accompagne de la création de 250 emplois auxquels s'ajoutent 120 recrutements pour renforcer les effectifs de ses six autres usines.

K.line anticipe 370 recrutements en 2022 ©K.Line

Malgré deux exercices difficiles en raison de la crise sanitaire, K.Line fait état d’une croissance de 20 % en 2021, conformément à ses objectifs, portant son chiffre d’affaires à 428 M€. Le fabricant vendéen de menuiseries industrielles avait enregistré un fléchissement de son chiffre d’affaires de 1,7 % en 2020 à 358 M€ après 4 semaines d’arrêt complet en avril. La principale filiale du groupe Liebot est portée par la forte demande des ménages sur l’ensemble de ses marchés neuf et rénovation, et un fort développement dans le collectif et l’activité tertiaire avec sa gamme K.Line City (portes grand trafic, fenêtres multi vantaux).

370 recrutements en 2022

Anticipant la montée en puissance de ce marché duquel il était absent, le groupe K.Line avait annoncé en 2020 la construction d’une nouvelle usine en Vendée. La construction de cette septième unité a débuté en septembre dernier dans son fief des Herbiers et devrait entrer en production mi 2023. L’investissement supérieur à 20 M€ s’accompagne de la création de 250 emplois à partir de la fin 2022 afin d’assurer le démarrage de cette nouvelle unité de 23 500 m².

L’industriel annonce aussi la création immédiate de 120 postes en 2022 pour soutenir l’activité de ses six autres usines. Pilotes de machine, opérateurs logistiques, caristes, techniciens de maintenance, managers de production… 100 postes sont proposés sur les cinq sites des Herbiers ainsi que 20 sur l’usine de Saint-Vulbas, à l’est de Lyon, ouverte en 2018.

Aux Herbiers, bassin de plein emploi, l’industriel concentrera ses « recherches sur les villes alentours, en dehors de la communauté de communes afin de ne pas créer une tension supplémentaire dans un bassin d’emploi déjà très tendu avec 4 % de chômage », indique Olivier de Longeaux, directeur général de K.Line. L’entreprise prospectera sur des bassins d’emplois proches dont celui de Cholet dans le Maine-et-Loire ou de Bressuire, dans les Deux-Sèvres.

Croissance soutenue en 2022

L’an dernier, 169 salariés (sur 190 prévus) ont déjà été embauchés, portant les effectifs du groupe à 1 750 salariés : 80 l’ont été aux Herbiers (qui rassemble 1 400 salariés) et 89 sur l’usine de Saint-Vulbas dans l’Ain qui emploie 350 personnes.

L’usine de Saint-Vulbas, ouverte en 2018, emploie 350 salariés © K.Line

K.Line a ainsi pu accroître ses capacités de production de 20 % globalement avec la mise en place d’activités en 7 jours sur 7, dont 60 % sur le seul site de Saint-Vulbas.
« Particulièrement dynamique depuis la reprise du premier confinement, le marché de la construction a soutenu notre croissance et continuera de la soutenir en 2022. », avance Olivier de Longeaux.