Couverture du journal du 30/07/2021 Consulter le journal

K.Line, tiré par l’essor du marché de la rénovation, investit et innove

Le numéro un français de la fenêtre en aluminium envisage une croissance de 20% en 2021. Pour accompagner son essor, K.Line investit dans ses usines pour accroître ses capacités de production et poursuit ses innovations.

KLine - Olivier DE LONGEAUX

Olivier de Longeaux, directeur de K.Line annonce 15 M€ d'investissements et 190 recrutements en 2021 ©K.Line

Après une année marquée par la crise sanitaire, K.Line, numéro un de la fenêtre en France envisage une croissance de 20% en 2021. Si le chiffre d’affaires a légèrement fléchi sur l’exercice 2020 à 358 M€ (vs 359 M€ en 2019), dans le même temps, les commandes ont progressé de 7,1% notamment sur le marché de la rénovation. Pour accompagner la demande, le groupe vendéen, fabricant de fenêtres et de portes d’entrée en aluminium, a investi dans ses usines pour accroître ses capacités de production. Elles sont ainsi passées de 10 500 unités par semaine en juin 2020 à 13 000 unités début 2021. « Soit une croissance inédite de 20 % en un an », affirme Olivier de Longeaux, directeur général de K.Line.

254 recrues en 2020, 190 embauches en 2021

Pour atteindre cet objectif, le fabricant a optimisé ses cinq sites de production aux Herbiers, avec la mise en place d’activités en 7 jours sur 7. K.Line a également accéléré le plan de développement de son usine de Saint-Vulbas (à l’Est de Lyon) ouverte en 2018, en portant ses capacités de production à 2 200 fenêtres par semaine. À la clé, des recrutements pour renforcer les équipes. En 2020, la filiale du groupe Liebot a ainsi recruté 254 salariés en CDI (139 en Vendée, 115 à Saint-Vulbas) portant ses effectifs à 1 592 salariés.
Fort d’une croissance de 42% sur le premier semestre 2021 (vs 2019), le groupe poursuit ses recrutements : 120 postes sont ouverts sur Les Herbiers et 70 à Saint-Vulbas. Et mobilise une nouvelle enveloppe de 15 M€ pour accroître ses capacités industrielles : la production de l’usine de Saint-Vulbas sera portée à 3 000 fenêtres par semaine à la fin 2021 et le groupe envisage la construction d’une nouvelle usine en Vendée dédiée à son activité tertiaire, elle aussi en croissance avec la gamme K.Line City (portes grand trafic, fenêtres multi vantaux). Un projet déjà annoncé l’an dernier. « Notre point de vigilance et d’inquiétude concerne la pénurie et la flambée des prix de nos matières premières », indique le directeur général qui, pour l’heure, indique n’avoir pas subi d’arrêt de production.

La fenêtre connectée K.Line lauréate innovation d’Equip’Baie

Le groupe poursuit parallèlement ses innovations : la fenêtre connectée dévoilée en 2019 a reçu en juin dernier la médaille d’or aux trophées de l’innovation du salon Equip’Baie 2021. Développée avec la société allemande Siegenia, cette nouvelle fenêtre oscillo-battante dont la commercialisation débute, est motorisée pour s’ouvrir automatiquement plusieurs fois par jour afin de favoriser l’aération naturelle selon une programmation ou sur commande via l’application maison K.Line Smart Home. Le même principe a été imaginé avec Somfy pour les baies coulissantes.

La fenêtre connectée permet de renouveler l’air ambiant pour améliorer la qualité de l’air intérieur de sa maison de façon automatique. Des capteurs (en option) indiquent le taux de CO2, d’humidité, et des COV ©K.Line

« En 2021, nos menuiseries – fenêtres, coulissants, portes d’entrée – sont maintenant toutes connectées et motorisées, indique Olivier de Longeaux. L’ensemble, piloté par l’application Smart Home fait jouer un nouveau rôle à la fenêtre et place le bien-être et la santé des habitants au cœur de nos préoccupations ».

Réduire son empreinte environnementale

Le groupe est également soucieux de son environnement. De nombreux projets sont en cours de développement dans le cadre du nouveau projet d’entreprise à horizon 2025, qui sera défini cet été. « Nous avons notamment lancé un grand projet baptisé K•Line Planet avec 23 actions très concrètes afin de réduire notre empreinte carbone ». Le projet prévoit également la reconduite du partenariat avec le skipper Samantha Davies autour du bateau Initiatives Coeur.
« Grâce au Vendée Globe, ce sont pas moins de 103 enfants qui ont pu être sauvés en 2020. Nous sommes très fiers de cet engagement, qui est en parfaite corrélation avec les valeurs de la société. »