Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

French Tech Tremplin fait décoller les projets

Initié en 2019, French Tech Tremplin est un programme national d’accompagnement à destination de porteurs de projets éloignés de l’écosystème tech. L’appel à candidatures court jusqu’au 31 août.

French Tech Tremplin

La deuxième promotion du French Tech Tremplin a fait émerger des projets entrepreneuriaux comme Oto, Born to be family, Ouivalo ou Lafya. © French Tech Nantes

Troisième saison pour French Tech Tremplin ! Programme national porté dans la région Pays de la Loire par la Cantine numérique[1] pour le compte de la French Tech Nantes, il a pour vocation d’ouvrir l’écosystème tech à des profils qui en sont traditionnellement éloignés. « C’est autant la diversité que la parité, et l’inclusion en général, explique Raphaëlle Gay, cheffe de projet entrepreneuriat et innovation à la Cantine numérique. C’est un écosystème qui est accessible à tout le monde en termes très théoriques, que ce soit dans l’entrepreneuriat ou dans les métiers, et aujourd’hui, on a vraiment les moyens de faire en sorte que les personnes qui n’ont pas de bac+5, entre autres, aient accès par exemple aux métiers du développement et des nouvelles technologies. »

En prépa ou en incubation

Le programme French Tech Tremplin se divise en deux volets, suivant le niveau d’avancement des projets. Le premier est la phase “prépa” : « Elle s’adresse aux personnes qui en sont au tout début, qui ont une idée d’entreprise mais sont encore en phase d’idéation. Il arrive que ces personnes ne montent pas de boîte derrière, mais cela leur permet de connaître et d’avoir accès à un nouvel environnement de travail et de nouveaux métiers », souligne Raphaëlle Gay. La phase “prépa” offre ainsi aux entrepreneurs une immersion de deux mois pour challenger leur projet, le construire et se former à l’utilisation de nouveaux outils.

Au programme, du 15 octobre au 15 décembre, des sessions de mentorat et des séances de pitch pour « établir une feuille de route claire de leur projet ».

La phase “incubation” s’adresse quant à elle à des projets plus avancés. « C’est un programme plus lourd en termes d’engagement de la part de l’État et de la part des lauréats, précise Raphaëlle Gay. Il s’adresse à des entrepreneurs qui ont monté leur boîte et vise notamment à les former aussi bien dans la création d’entreprise, avec tout le volet administratif, que pour prendre la parole en public, trouver des fonds, recruter, créer une application, un site… » Cette phase d’incubation offrira ainsi 12 mois d’accompagnement au sein d’un incubateur partenaire.

Les lauréats se verront attribuer une enveloppe pouvant aller jusqu’à 22 900 € pour assurer le développement de leur entreprise. Ils seront également intégrés au tissu entrepreneurial local à travers des événements organisés par la Cantine numérique. Les candidats ont jusqu’au 31 août pour postuler à l’une des deux phases du programme. Les incubateurs qui accompagneront les lauréats seront eux connus en novembre.

Faire pousser des projets

Pour sourcer des profils a priori éloignés de l’écosystème tech, les porteurs du programme vont frapper à la porte de différentes structures : « Pôle Emploi, maisons de l’emploi, maisons de quartier, associations comme l’Adie[2] ou Les Déterminés, dédiée à l’entrepreneuriat dans les quartiers, les Réseaux Entreprendre et tous les incubateurs qui ont déjà participé à French Tech Tremplin », égrène Raphaëlle Gay. Lors de la dernière édition, les promotions pour chacune des phases contenaient près d’une douzaine de projets, un nombre que la French Tech Nantes compte bien égaler cette année.

Au national, depuis sa création, le programme a déjà donné naissance à de nombreuses start-up, avec plus de 1 400 entrepreneurs accompagnés. Parmi les projets ligériens passés par French Tech Tremplin, certains connaissent un développement important, comme Oto, le fauteuil à étreindre pour autistes conçu par Alexia Audrain, récompensé par plusieurs prix et qui a notamment connu un boost de visibilité en figurant dans une série coréenne sur Netflix. C’est aussi le cas de Born to be family, marque nantaise et écoresponsable de vêtements assortis pour parents et enfants, lancé par Laura Fouin et Violette Bedirboz, Lafya, conçu par Mamadou Diarra, une application permettant le suivi de l’entretien de son véhicule, ou encore Ouivalo, qui référence les solutions de compost partout en France, cofondé par Richard Hugou, Kévin Hamon et Camille Marhadour-Savary.

 

Plus d’informations

La Cantine

 

[1] Association animant l’écosystème numérique ligérien, la Cantine, à Nantes, propose aussi un espace de coworking, différents événements et des programmes d’accompagnement.

[2] L’Adie, association pour le droit à l’initiative économique, finance, conseille et accompagne des entrepreneurs dans la création et le développement de leur activité.