Couverture du journal du 16/02/2024 Le magazine de la semaine

Loire-Atlantique – France Travail : quelle feuille de route ?

Depuis le 1er janvier 2024, Pôle emploi est devenu France Travail. Un changement de nom associé à la mise en place progressive d’un accompagnement renouvelé, tant pour les personnes en recherche d’emploi que pour les entreprises. Dans ce cadre, le DG de France Travail, Thibaut Guilluy, est venu échanger avec les employeurs et partenaires du réseau emploi en Loire-Atlantique à l’occasion d’une conférence qui s’est déroulée le 22 janvier à l’École de Design de Nantes.

France Travail, Nantes, Thibaut Guilluy, emploi, entreprise, inclusion, recrutement

Le nouveau DG de France Travail, Thibaut Guilluy (à droite), est venu à Nantes en présenter les perspectives.

Prouver qu’au-delà de l’évolution cosmétique – un changement de nom -, c’est bien une véritable mutation dans l’approche de l’emploi en France qui a l’ambition de s’opérer. C’est, en substance, l’esprit de l’intervention du nouveau DG de France Travail, Thibaut Guilluy, dans les locaux de l’École de Design Nantes Atlantique le 22 janvier dernier. Quelques jours après l’officialisation de l’abandon de Pôle emploi au profit de France Travail voulu par la loi pour le plein-emploi, cet ancien haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises, engagé depuis 20 ans en faveur de l’insertion économique, de l’inclusion et de l’entrepreneuriat social, a entamé une tournée des territoires passant logiquement par Nantes. Devant un parterre d’acteurs économiques et politiques, réunis par le collectif “Les entreprises s’engagent” [1], il a abordé son intervention sans langue de bois : « Je ne crois pas au grand soir, il n’y a pas de recette miracle en matière d’emploi », a-t-il rapidement lancé avant de présenter les principales évolutions qui vont être progressivement déployées (lire aussi l’encadré).

Deux mots-clés : coopération et innovation

Prenant acte que, jusqu’à ce jour, « chacun travaillait dans son couloir de nage », ce qui ne permettait pas de connaître de manière exhaustive les personnes à accompagner sur le territoire, Thibaut Guilluy a d’abord insisté sur le fait que désormais toutes les personnes en recherche d’emploi seront inscrites à France Travail [2]  d’ici au 1er janvier 2025. « Il y a un énorme enjeu à mieux connaître les personnes pour mieux répondre à leurs besoins. Et pour les entreprises, c’est la même chose », a souligné le DG, rappelant que 7 recrutements sur 10 ont lieu dans les petites entreprises et qu’il convient de ce fait de les accompagner plus particulièrement. Pour y parvenir, deux mots-clés ont été prononcés : coopération, Thibaut Guilluy soulignant qu’en la matière, la région Pays de la Loire et au premier rang la Loire-Atlantique se différenciaient, et innovation. Là encore, le patron de France Travail a marqué « la capacité monumentale d’exportation des projets » du territoire. Grâce à une coopération renforcée avec l’ensemble des acteurs de l’emploi, de la formation et de l’insertion, passant par la mise en place ou le déploiement d’outils ayant fait leurs preuves, tels que la Préparation opérationnelle à l’emploi [3]  ou l’“Immersion facilitée” (anciennement PMSMP pour Période de mise en situation en milieu professionnel, voir Immersion-facile.beta.gouv.fr), Thibaut Guilluy entend placer l’usager, qu’il soit demandeur d’emploi ou employeur, au cœur du nouveau dispositif.

Inclusion : les employeurs doivent prendre leur part

« On doit améliorer le service aux entreprises, mais il faut aussi avoir conscience que l’autre moitié du chemin se fait dans l’entreprise », a-t-il toutefois ajouté, invitant les employeurs à prendre leur part dans un recrutement beaucoup plus inclusif. « Nous avons des difficultés à nous ouvrir à la diversité, alors que c’est la condition de la performance », a-t-il argué.

Soucieux du fait que « trop d’entreprises n’utilisent pas encore nos services et beaucoup ne trouvent pas de candidats » et que de l’autre côté de nombreuses personnes ont le sentiment de ne pas avoir été entendues sur leurs freins (garde d’enfant, mobilité, barrière de la langue…), Thibaut Guilluy souhaite que ceux-ci soient repérés dès l’entrée dans le parcours d’emploi, ce qui permettrait selon lui de régler « plus d’une problématique sur deux ». Les autres pouvant être résolues par une meilleure connexion entre les besoins et l’offre via l’écoute des principaux intéressés, entreprises comme candidats, mais aussi acteurs de l’insertion, ainsi que par un partage des informations à la fois plus fluide, étendu et rapide. « Il faut partir des personnes, a-t-il conclu. On n’est pas là pour faire marcher des dispositifs. »

[1] Communauté des entreprises engagées pour une société inclusive et un monde durable initiée par le président de la République en 2018 réunissant dans des clubs départementaux, des entreprises de toutes tailles, les services de l’État et l’ensemble des parties prenantes de l’engagement des entreprises.

[2] Ceux qui demandent cette inscription, les allocataires du RSA ainsi que leur partenaire ou conjoint, les jeunes inscrits auprès des Missions locales à la recherche d’un emploi et les personnes en situation de handicap accompagnées par Cap emploi.

[3] Formation comportant une période d’immersion en entreprise et permettant d’acquérir, ou de développer, les compétences professionnelles nécessaires à la satisfaction d’un besoin de recrutement préalablement identifié.

 

Quels changements pour les entreprises ?

Grâce à une meilleure coordination entre tous les acteurs de l’emploi, France Travail a l’ambition d’offrir un meilleur accompagnement aux chercheurs d’emploi, mais aussi aux entreprises, notamment les TPE-PME, dans le cadre de leurs recrutements.

Du côté des employeurs, ce qui doit changer (source : France Travail) :

  • « Les conseillers entreprises de France Travail et ceux de ses partenaires de l’emploi dans les territoires iront davantage à la rencontre des entreprises pour identifier leurs besoins en recrutement et leur proposer un accompagnement adapté ;
  • Les entreprises pourront faire connaître leurs besoins de recrutement sur une plateforme unique de dépôt des offres permettant à tous les acteurs du service public de l’emploi d’en avoir connaissance ;
  • Les entreprises seront accompagnées pour faire connaître leurs métiers sur les territoires et développer ainsi leur attractivité ;
  • L’engagement des entreprises pour développer une approche inclusive de leurs recrutements sera soutenu afin de s’ouvrir à tous les profils. »