Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Un nouveau bâtiment pour la Conserverie de l’île d’Yeu

Depuis le 1er décembre 2023, les 20 salariés de la Conserverie de poissons de l’île d’Yeu (anciennement Conserverie Hennequin) ont intégré un nouvel outil de production de 1 200 m² à Port-Joinville.

Conserverie, île d'Yeu

La façade des nouveaux bâtiments de la Conserverie de l'île d'Yeu. © Conserverie de l'île d'Yeu

L’investissement de 2 M€ est porté par la Conserverie la Sablaise, qui a racheté l’entreprise en 2018. Un pari audacieux pour ses dirigeants qui, au-delà des enjeux de développement, souhaitaient avant tout préserver un savoir-faire historique sur l’île.

« Je suis entré en tant qu’associé minoritaire chez la Sablaise en 2017, au moment du projet de rachat de la Conserverie Hennequin, raconte Quentin Camus, l’actuel directeur général de la Conserverie de l’île d’Yeu. Avec ma présidente, Marie Bevillon, nous nous étions engagés auprès du fondateur à conserver l’entreprise et les salariés sur l’île après son départ en retraite. Nous ne sommes pas juste des fabricants de conserves de poissons. Notre rôle est aussi social, tels des garants du patrimoine de l’unique conserverie de l’île d’Yeu. »

Plus moderne et à la pointe des normes agroalimentaires, le nouveau bâtiment s’est doté d’un showroom pouvant accueillir des dégustations, animations et parcours de visites commentées avec vue sur l’atelier. « Trois baies vitrées permettent notamment de suivre les différentes étapes de fumaison des poissons. C’est la moitié de notre activité, avec une spécialité : le thon germon fumé. L’autre moitié réside dans la conserverie de poissons. » Et de préciser : « On fait environ 500 000 pots de conserves, notre objectif est de monter à 700 000 d’ici trois ans. Nous produisons également 40 tonnes de produits fumés à l’année. Grâce au nouveau bâtiment, on peut facilement envisager de doubler cette capacité. »

Présents au national, les produits de la Conserverie de l’île d’Yeu s’exportent jusqu’en Belgique. « Nous avons un réseau d’environ 400 clients revendeurs sélectifs haut de gamme, poursuit le dirigeant. Des épiceries fines, cavistes, poissonneries traditionnelles et depuis peu les jardineries, qui développent des rayons alimentaires assez importants. Nous travaillons avec tous les Gamm vert de France ! » Avec un CA 2023 de 2,2 M€, l’entreprise a plus que doublé ses résultats depuis son rachat et vise les 4 M€ d’ici trois à quatre ans.