Couverture du journal du 01/07/2024 Le nouveau magazine

Team 303 : les paralympiques ligériens sur la route des Jeux

Le 12 octobre dernier à Nantes, la 6e Soirée des ambassadeurs du handicap a permis à la Team 303, qui accompagne des para-athlètes ligériens dans leur course aux Jeux paralympiques de Paris 2024, de récolter des fonds à travers différentes opérations, auxquelles des entreprises se sont associées.

Team 303

Les entreprises ont répondu à l’appel de la Team 303, qui aide financièrement des sportifs para dans leur préparation aux Jeux de 2024. © IJ

« Nous sommes entrés dans une phase décisive pour nos athlètes », a souligné à moins d’un an des Jeux de Paris Gilles de La Bourdonnaye, président de la Team 303[1] et ancien pongiste paralympique, lors de la 6e Soirée des ambassadeurs du handicap, le 12 octobre dernier, à la Préfecture de la Loire-Atlantique. L’événement, organisé par le Girpeh (Groupement interprofessionnel régional de promotion de l’emploi des personnes handicapées) et le réseau “Les entreprises s’engagent“, à destination du monde économique et sportif, se déroulait au profit de la Team 303, qui accompagne 20 para-athlètes ligériens dans leur préparation et leur qualification aux Jeux de 2024. Parmi ces sportifs : Matéo Bohéas (tennis de table), Gwladys Lemoussu (triathlon), Claire Supiot (natation), Jordan Ducret (rugby fauteuil) ou encore Charles Noakes (badminton). L’association aide les athlètes à financer du matériel spécifique lié à leur handicap et leurs déplacements.

Des obstacles liés au handicap

Et les obstacles sont particulièrement nombreux pour les para-athlètes, à commencer par « les coûts inhérents au handicap, qui n’existent pas pour les JO », pointe Gilles de La Bourdonnaye. Ainsi, Julie Marchand, athlète en basket-fauteuil, raconte : « Nous avons des dépenses assez importantes. Je dois par exemple changer de fauteuil roulant de sport et mon prochain coûtera 10 000 €. Ce n’est pas seulement une paire de baskets ou une paire de pointes, c’est du matériel coûteux qui est fait sur-mesure et est propre à chaque handicap. »

Alors, pour réunir des fonds, trois opérations étaient menées avec l’objectif de réunir 100 000 €. C’est d’abord via la mise en place de conventions de partenariat auprès d’une quarantaine d’entreprises que la Team 303 a pu réunir une bonne partie de la somme. Puis, lors de la soirée, les acteurs du monde économique ont pu participer à une vente aux enchères. À acquérir notamment, des maillots dédicacés de différents clubs du territoire : Neptunes, HBC, Saint-Nazaire Volley-Ball Atlantique ou FC Nantes. Mickaël Landreau, l’ancien gardien des Canaris, était par ailleurs de la fête et a proposé à la vente son maillot du record du nombre de matchs joués en Ligue 1. Parmi les autres lots proposés : des dîners dans le noir à l’hôtel Radisson Blu de Nantes, ou une sortie en mer avec les navigateurs Émile Amoros ou Armel Tripon.

Une collecte “Solidarité grand Ouest“

Parallèlement, une collecte de fonds[2] était organisée auprès du grand public par le fonds de dotation “Solidarité grand Ouest“, créé par la Fondation d’entreprise grand Ouest (BPGO). L’opération comptait cette année deux nouveaux partenaires : l’IUT de Nantes et le collectif “Les entreprises s’engagent“, qui regroupent des sociétés impliquées sur les sujets d’inclusivité et de durabilité, en plus de la Fondation Syd (groupe Syd), déjà partenaire il y a quatre ans. Le principe de la collecte : 1 € donné déclenche 1 € donné par la fondation d’entreprise Grand Ouest et 1 € donné par les partenaires, soit une multiplication des dons par trois.

Présent lors de la soirée et impliqué dans cette collecte à travers la fondation du groupe Syd, son dirigeant Yann Trichard en a profité pour revenir sur l’engagement de l’entreprise en la matière : « Ce qu’on a décidé de faire, il y a 13 ans maintenant, c’est de créer cette fondation dans laquelle on verse 10 % de notre résultat tous les ans. Ensuite, cette fondation, qui est gérée par les salariés de l’entreprise, permet de mener des missions autour de l’insertion. »

Au global, les partenariats, la vente aux enchères et la collecte ont permis de réunir près de 87 000 €. La chasse aux fonds n’est donc pas terminée pour la Team 303 qui compte notamment, pour aller chercher les 13 000 € manquants, sur les Trophées de l’insertion le 23 novembre prochain, qui récompenseront des entreprises investies dans l’emploi des personnes handicapées.

Des para-athlètes en entreprise

La soirée a aussi été l’occasion de mettre en avant des mécènes de la Team 303 engagés sur le terrain du handicap, et qui emploient des parasportifs. C’est notamment le cas de la Semitan, à Nantes, où travaille en tant que chargé de mission Ronan Pallier, sauteur en longueur chez les non-voyants, en cours de qualification pour les Jeux de Paris et athlète de la Team 303. « Je m’occupe de tout ce qui est accessibilité, que ce soit au niveau des aménagements, de la ligne, du réseau, et je suis plutôt fier », résume-t-il. Son contrat à temps partiel lui laisse le temps de s’entraîner et « de nous offrir ces très belles performances », glisse Olivier Le Grontec, directeur général de la Semitan.

Autre mécène de la Team 303, EDF emploie Emeric Martin, chargé de mission numérique et RSE dans l’entreprise et membre de la Team 303. Il est également quadruple médaillé paralympique en tennis de table et ambitionne de faire un come-back l’an prochain. « Grâce à EDF, je bénéficie d’une convention d’insertion professionnelle, explique-t-il. Cela veut dire que l’entreprise me permet, tout en ayant un salaire à temps plein, d’avoir 50 % de mon temps pour m’entraîner et faire des compétitions internationales, et l’année des jeux 80 % de mon temps consacré uniquement à mon sport. » Avant d’exhorter les employeurs présents : « Vous pouvez le faire aussi ! »

 

[1] 303 comme la somme des numéros des cinq départements de la région.

[2] Pour participer : Projets.solidaritegrandouest.fr/projects/les-paralympiques-ligeriens-en-route-vers-paris-2024