Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

Pays de la Loire : les immatriculations pied au plancher

La Dreal des Pays de la Loire dévoile les chiffres des immatriculations d’avril 2024. Avec 11 800 véhicules neufs écoulés dans la région, les ventes progressent de 18 % par rapport à avril 2023. La même tendance se constate sur le marché de l'occasion, où l’augmentation atteint 14 % sur un an.

Photo Shutterstock

Les ventes de véhicules neufs ont bondi de 18 % entre avril 2023 et avril 2024 dans la région. Selon la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) des Pays de la Loire, cette accélération est avant tout liée au calendrier : « avril 2024 a compté deux jours ouvrés de plus qu’avril 2023 : 21 contre 19. Il s’est ainsi vendu 563 véhicules neufs par jour ouvré en avril 2024, contre 527 en avril 2023, soit un écart de 7 %. » Une augmentation des ventes de véhicules neufs nettement plus marquée en Loire-Atlantique (+26 %) qu’en Vendée (+6 %).


Lire aussi

Vente de véhicules neufs : la région à la traîne


Sur cette période, les voitures particulières et commerciales ont représenté 58 % des immatriculations neuves (plus de 6 800 au total), soit un bond de 25 % par rapport à avril 2023. Cette forte hausse des immatriculations de véhicules neufs a été à la fois portée par les personnes physiques (+20 %) et les personnes morales (+17 %), qui ont acquis plus de la moitié des voitures neuves vendues (50,7 %). Enfin, en cumul annuel, les ventes de véhicules neufs grimpent de 9,1 % sur un an (de mai 2022 à avril 2023).

Sur le marché de l’occasion, même constat : les ventes sont là aussi en hausse (+14 %), avec 40 469 véhicules de seconde main qui ont changé de propriétaire en avril dernier. Ce qui en fait la plus forte croissance enregistrée depuis mai 2021. Les voitures particulières et commerciales représentent plus de la moitié des immatriculations d’occasion : 69 % pour 27 923 véhicules immatriculés. En revanche, cette hausse des ventes d’occasion n’a pas été tirée par les personnes morales, qui représentent seulement 9,2 % des transactions. En glissement annuel, le marché de l’occasion a néanmoins progressé de 4,3 % sur un an.

Des disparités sur l’électrification du parc

Autre fait marquant, le verdissement du parc automobile se poursuit. En avril, les modèles électriques ont représenté 14,8 % des ventes de véhicules neufs, contre 10,8 % un an plus tôt. La part de l’électrique grimpe à 22 % pour les voitures particulières et commerciales, tandis qu’elle est de 19 % pour les utilitaires dérivés de voitures. Elle monte jusqu’à 41 % pour les tricycles et quadricycles à moteur neufs, mais représente moins de 1 % des ventes de camping-cars, poids lourds et tracteurs agricoles.

Sur le marché de l’occasion, l’électrification du parc est sans surprise nettement plus contenue : la part des ventes reste neuf fois plus faible que sur le marché du neuf. Elle a représenté seulement 1,7 % des ventes de véhicules d’occasion en avril dernier.

Enfin, le recul des ventes de véhicules neufs diesel se poursuit : ils représentaient en avril dernier 27 % des ventes, contre 34 % un an plus tôt. Et dans le même temps, les ventes de modèles essence neufs se maintiennent à 47 % de parts de marché. Un chiffre identique à avril 2023.