Couverture du journal du 12/04/2024 Le nouveau magazine

Pays de la Loire : comment les campings boostent le tourisme

Une étude de l’Insee en date du 22 février montre que le retour du dynamisme touristique dans les Pays de la Loire lors de la saison 2023 a essentiellement été porté par les campings. Ce mode d’hébergement enregistre un nombre de nuitées record alors que la fréquentation hôtelière est en repli.

La hausse de fréquentation dans les campings a bénéficié aux établissements 4 et 5 étoiles (+9,4 %), comme ici au Camping Bel Air de Pornichet. ©Camping Bel Air

La hausse de fréquentation dans les campings a bénéficié aux établissements 4 et 5 étoiles (+9,4 %), comme ici au Camping Bel Air de Pornichet. ©Camping Bel Air

Dans les Pays de la Loire, la saison estivale 2023 a confirmé le retour du dynamisme touristique observé durant l’été 2022 où la fréquentation avait dépassé son niveau d’avant-crise sanitaire. Les hébergements touristiques marchands ont ainsi enregistré 21,4 millions de nuitées entre avril et septembre 2023, soit une progression de 2,7 % sur un an (+1,6 % en France métropolitaine).

Nouveau record de nuitées dans les campings

Dans les faits, cette hausse de fréquentation est portée exclusivement par les campings. Après un nombre de nuitées record lors de la saison 2022 (13,4 millions), les campings enregistrent 14,1 millions de nuitées entre avril et septembre 2023, soit une hausse de 5,8 % sur un an. Une progression supérieure à celle de la France métropolitaine (+4,4 %), qui s’explique à la fois par une clientèle française plus présente (+5,1 %), mais également étrangère (+9,8 %).

Si les Britanniques redeviennent la première nationalité parmi la clientèle étrangère (+1,5 % par rapport à 2022), ils restent encore loin de leur niveau d’avant Brexit (-7,3 % par rapport à 2019). Les Néerlandais passent en seconde position (+7,2 %) et les Belges, nettement plus présents qu’en 2022 (+16 %), prennent la troisième place.

Comme en 2022, la fréquentation dans les campings a été bonne dès le printemps : +14,5 % en avril et +24,5 % en mai. Plus favorable en 2023 qu’en 2022, le calendrier des jours fériés du mois de mai explique en partie ces chiffres. L’augmentation se poursuit mais est plus modérée en juin (+0,8 %), juillet (+1,8 %) et août (+3,5 %). La belle météo de septembre a également profité aux campings ligériens (+13,1 %).

Autre bonne nouvelle : tous les départements ont bénéficié de cette hausse de fréquentation. L’augmentation des nuitées dans les campings vendéens (+5,3 %) est là encore portée à la fois par la clientèle française (+4,5 %) et la clientèle étrangère (+10,5 %). Cette hausse est comparable en Loire-Atlantique (+5,4 %), mais elle a davantage bénéficié aux campings du littoral (+6,9 %).

Cette hausse de fréquentation a une nouvelle fois bénéficié aux campings 4 et 5 étoiles (+9,4 %), majoritaires dans la région, au détriment des 3 étoiles qui voient leur fréquentation chuter de 5,5 % sur un an.

Les hôtels à la peine…

Mais comme souvent, le bonheur des uns ne fait pas les affaires des autres. Ainsi, le bilan est nettement plus contrasté dans l’hôtellerie. Entre avril et septembre 2023, les établissements ligériens ont enregistré 4,5 millions de nuitées (-2,1 % sur un an), alors que leur fréquentation est quasi stable en France métropolitaine (+0,3 %). Au niveau national, c’est la deuxième baisse la plus élevée après la Corse.

La clientèle française est moins présente que lors de la saison précédente (-2,7 %), comme au niveau national (-3,2 %). Cela s’explique d’abord par le net recul des nuitées pour motif professionnel dans la région : -335 000 nuitées sur un an, soit une baisse de 14,8 % par rapport à 2022. Une tendance liée selon l’Insee « au développement des pratiques de travail à distance qui favorise les réunions en visioconférence au détriment des déplacements professionnels ». Mais également à « l’essor des plateformes de location d’hébergements par des particuliers » type Airbnb, qui absorbe également une partie de la clientèle hôtelière.

L’étude de l’Insee montre que la hausse touristique en 2023 dans la région a été portée par les campings, alors que dans les hôtels la fréquentation a diminué. ©Insee

L’étude de l’Insee montre que la hausse touristique en 2023 dans la région a été portée par les campings, alors que dans les hôtels la fréquentation a diminué. ©Insee

Malgré le retour des touristes étrangers

Autre enseignement de l’étude : l’augmentation de la clientèle étrangère dans les hôtels de la région se confirme. En effet, après un retour marqué des touristes étrangers lors de la saison 2022, leur fréquentation dans les hôtels ligériens est encore en hausse en 2023 (+2,2 % contre +6,6 % à l’échelle nationale). Par rapport à la saison estivale 2019, leur nombre de nuitées (30 800) est en hausse dans la région de 5,6 %. Comme dans les autres régions, le retour des Britanniques se confirme avec un nombre de nuitées record dans les hôtels de la région en 2023 (+30,3 % par rapport à la saison 2022), occupant toujours la première position. Un afflux anglo-saxon en grande partie dû à la Coupe du monde de rugby. Les Belges restent deuxièmes (en baisse de 4,4 % sur un an), devant les Allemands (-3,4 %).

En Loire-Atlantique, la fréquentation dans les hôtels continue de baisser (-5,9 % sur un an) et s’éloigne de son niveau d’avant-crise sanitaire (-8,6 % par rapport à 2019). Une baisse qui concerne autant le littoral que la métropole nantaise et qui s’explique par la chute de la clientèle française (-7,5 %). A contrario, le nombre de nuitées dans les hôtels vendéens est en hausse de 3,2 %.

Hébergement et restauration : des chiffres d’affaires en hausse

Dans ce contexte, sous l’effet combiné de la hausse du nombre de nuitées et des prix (+4,6 % en moyenne), le chiffre d’affaires du secteur de l’hébergement a augmenté de 8 % entre avril et septembre 2023 par rapport à la même période en 2022. Une progression légèrement plus faible qu’à l’échelle nationale (+10 %). À noter enfin que cette hausse d’activité se répercute également dans la restauration, où le chiffre d’affaires du secteur a augmenté de 9,2 % sur un an, bien aidé pour une hausse de 5,5 % des prix.