Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Passation en douceur chez Arcade cycles

A la tête de l'entreprise depuis sa reprise en 2010, François Lucas passera officiellement le guidon d'Arcade cycles à son fils Frédéric en septembre 2022. Une transmission préparée en douceur et qui a reçu l'aval des cadres et des salariés du fabricant de cycles vendéen.

François et Frédéric Lucas ©Arcade cycles

« Quand mon père a repris Arcade cycles en 2010, je passais mon bac, indique Frédéric Lucas. Et rien ne me prédestinait à lui succéder ». Aujourd’hui âgé de 27 ans, le jeune homme seconde François Lucas qui lui passera officiellement les rênes de l’entreprise de cycle yonnaise en septembre 2022. Conçus et fabriqués pour une utilisation intensive et une résistance aux intempéries, faciles à entretenir, les vélos d’Arcade cycles sont produits en petites et moyennes séries personnalisées pour les collectivités, les entreprises, et les loueurs.

Directeur général adjoint de la société depuis janvier 2021, Frédéric Lucas est entré dans l’entreprise en 2017. « C’était une mauvaise année commerciale pour Arcade cycles et mon père cherchait un contrôleur de gestion. À ce moment là, je terminais mon second MBA de management en alternance et mon projet new-yorkais est tombé à l’eau. Nous avons signé un engagement moral de trois ans au-delà duquel je comptais reprendre mon parcours professionnel », témoigne le dirigeant. Fort de deux expériences comme analyste financier chez Irlande télécom et de contrôleur de gestion chez MBDA armement, le jeune homme a le bagage nécessaire pour aider son père à sortir la société de l’ornière.

Alignés sur les mêmes valeurs

« Étant son fils, je pouvais aussi me permettre de tout lui dire. J’ai joué le fou du roi pendant trois ans et nous avons appris à nous connaître et à atteindre un équilibre professionnel ». Même s’ils n’ont pas la même patte au regard de leur âge, les deux hommes sont « alignés en terme de valeurs », dit le fils  : confiance, professionnalisme, esprit de progrès et service aux clients, écrites avec les salariés mais aussi « exemplarité et intégrité intellectuelle et professionnelle », ajoute le directeur adjoint.
L’entreprise renoue avec la croissance, dopée par l’engouement des collectivités et des loueurs pour le vélo électrique. L’usine tourne à plein régime. Les vélos sont exportés dans le monde entier. En août 2020, elle atteint plus de 25 M€ de chiffre d’affaires, en croissance de 15% par rapport à 2019 et compte 120 salariés. C’est à ce moment-là que François Lucas, 63 ans, décide de passer la main et de vendre la société. « Je lui ai proposé de reprendre Arcade cycles à sa suite », indique Frédéric Lucas. 

Les vélos d’Arcade cycles sont produits en petites et moyennes séries personnalisées pour les collectivités, les entreprises et les loueurs. ©Arcade cycles

Un MBO pour verrouiller le capital

Sa candidature est soumise au conseil d’administration composé de la famille Lucas en majoritaire et des fonds régionaux d’investissement Ouest Croissance et Crédit Mutuel Equity. Puis, au comité de direction, une équipe très soudée de trois cadres opérationnels constituée par François Lucas. Tous adoubent le jeune homme. En janvier 2021, l’annonce est alors faite aux salariés et Frédéric est nommé directeur général adjoint pour acter le projet.

La société engage en juin 2021 un MBO (Management Buy-Out ou rachat d’une entreprise par ses dirigeants ou par ses salariés) pour verrouiller le capital et y associe les cadres dirigeants. Et signe un pacte Dutreil pour permettre la transmission patrimoniale. Au jeune homme d’inventer le futur de l’entreprise, tandis que son père boucle les projets déjà engagés et gère les dossiers qualité et service client jusqu’à son départ en septembre 2022. « Il deviendra alors président honorifique et restera actionnaire », précise Frédéric Lucas.

En 2021, Arcade cycles a enregistré une croissance de 50%  portant son chiffre d’affaires à 33 M€ en août 2021 et ses effectifs permanents à 130 salariés, auxquels s’ajoute un volant de 40 CDD et intérimaires en période de pointe, de mars à juillet. La société produit 60 000 vélos par an et prévoit de doubler ses capacités d’ici à 2025. des renforts actuels et une quinzaine de postes dans les autres fonctions. Le prochain exercice est attendu entre 37 et 38 M€ au 31 août 2022.