Couverture du journal du 16/02/2024 Le magazine de la semaine

« On ne relève pas d’inflexion »

Franck Callé, directeur général de Ouest Croissance, fait le point sur l’actualité du fonds et sur le climat actuel du capital investissement.

Franck Callé Ouest Croissance

Franck Callé, directeur général de Ouest Croissance. © DR

Fonds d’investissement généraliste et multirégional, Ouest Croissance prend des participations minoritaires dans des PME et PMI de l’Ouest, du Centre, et du Sud-Ouest[1]. Directeur général depuis près de 15 mois, Franck Callé explique : « Nous avons aujourd’hui près d’une centaine de participations actives (dont 43 en Pays de la Loire, NDLR) pour un encours sous gestion de 250 M€. Jusqu’à présent, nous avions une stratégie d’investissement qui couvrait un large spectre de ce qui peut être fait en matière de capital investissement, mais nous avons clairement recentré notre activité sur le capital développement et le capital transmission. Nous investissons des tickets qui vont de 500 k€ jusqu’à 15 M€. » Le bureau nantais de Ouest Croissance a ainsi récemment réalisé plusieurs investissements dans des entreprises comme Sodeprint (producteur d’emballages en carton pour l’agroalimentaire, qui compte un site dans l’Yonne et un à Malville), LC Invest (hôtellerie de plein air, Vendée) ou bien Profil Team (solutions métalliques pour l’isolation et l’étanchéité des bâtiments, Mayenne). « Nous restons en moyenne entre cinq et six ans parce qu’on a conscience que pour générer de la création de valeur, il faut laisser du temps au projet pour se mettre en place, s’installer et produire tous ses effets. Ce n’est pas nous qui imposons au dirigeant le timing de la sortie. Nous discutons avec lui de son projet, de la manière dont il envisage l’étape d’après, et c’est en fonction de cela qu’on détermine notre liquidité. »

« Les prix des entreprises restent globalement élevés »

Sur le contexte général, Franck Callé constate : « Notre deal flow (volume de dossiers entrants, NDLR) reste bon, on ne relève pas d’inflexion particulière sur notre secteur d’activité du small et du mid cap[2]. En revanche, on aurait pu imaginer que dans une période de ralentissement économique, on ait des prix d’entreprises qui baissent. Or ils restent globalement élevés. » Autre constat : « Nos opérations, qui sont généralement accompagnées par des levées de dette, font appel aux banquiers qui, pour le moment, sur le marché du small et du mid, s’ils ont évidemment augmenté de manière très significative leurs taux dans un contexte haussier, n’ont en revanche pas resserré leurs crédits, ce qui n’est pas le cas sur le marché des très gros deals (large cap), où on observe un net resserrement des volumes de transaction. » Enfin, le directeur général observe que du côté des start-up, qui ne font cependant plus partie de l’activité de Ouest Croissance depuis 2022, « les levées de fonds semblent plus compliquées qu’elles ne l’étaient il y a quelques années. L’accès au financement haut de bilan des start-up était beaucoup plus facile, on constate un net resserrement. »

 

 

[1] Créée en 1987, Ouest Croissance est la société de capital investissement des banques populaires BPGO, BPACA et BPVF. Elle accompagne les sociétés valorisées entre 10 M€ et 150 M€.

[2] Le marché du capital-investissement se divise en catégories small, mid et large cap, en fonction de la taille des sociétés.