Couverture du journal du 19/04/2024 Le nouveau magazine

En plein développement, Yuniboat lance une deuxième levée de fonds

Toute jeune entreprise implantée au Pouliguen et spécialisée dans la réparation de bateaux de plaisance dans une démarche d'économie circulaire, Yuniboat indique avoir plus que doublé son chiffre d’affaires depuis sa création début 2022 (CA non communiqué) et prévoit un prévisionnel de +160 % pour 2024.

Yuniboat

Thierry Boussion, cofondateur et dirigeant de Yuniboat. © Karine Limouzin – IJ

À la barre, Thierry Boussion, ancien skipper en sphère touristique et ancien fondateur et dirigeant entre autres de l’agence de communication nantaise The New One, spécialisée dans l’accompagnement des industries à impact. « La durée de vie moyenne d’un bateau de plaisance est de 40 ans mais, en fin de vie, la plupart des coques sont enfouies ou incinérées. Il y avait donc quelque chose à faire en matière d’impact environnemental sur ce marché porteur de la plaisance à la dynamique incroyable (un million de bateaux immatriculés, NDLR) pour allonger leur durée de vie », analyse le fondateur de Yuniboat. Les bateaux, rachetés ou reçus gracieusement de ports ou de propriétaires privés, sont réparés sur le site actuel du Pouliguen à 80 % avec des pièces reconditionnées pour être revendus en BtoC à des clients situés principalement sur un territoire allant de la Vendée à La Bretagne. De huit bateaux reconditionnés la première année, l’équipe de sept personnes en a reconditionné treize en 2023 et une quinzaine est d’ores et déjà prévue pour 2024. Si 40 % du chiffre d’affaires concernent cette activité de reconditionnement, 50 % résultent de l’activité maintenance, sur site ou sous forme de chantier mobile et 10 % de la gestion de bateaux (par exemple mise en location).

Pour coller à la demande et à la croissance de Yuniboat, labellisée entreprise à impact positif, adhérente de l’association Ruptur, du pôle Mer Bretagne Atlantique et de l’Inec (Institut national de l’économie circulaire), entre autres, Thierry Boussion a mené avec son associé Luc Ferrand une première levée de fonds à l’été 2023 de 300 k€ et lance la deuxième début mars, estimée entre 3 M€ et 5 M€ afin de passer de « chantier expérimental à start-up industrielle », indique le dirigeant. Objectif : la construction d’une usine d’ici fin 2025, située zone de Brais à Saint-Nazaire, sur un foncier de 6 000 m2 déjà préempté avec, dans le viseur, le reconditionnement de 100 bateaux par an et une équipe de 30 à 40 salariés à horizon 2026.