Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

Célérifère pivote vers la mobilité active

Crée en 2019 à Dompierre-sur-Yon, Célérifère conçoit, fabrique et assemble en France des trottinettes électriques écoresponsables pour les entreprises. D’une offre mono-produit au lancement, la startup se diversifie et proposera dès le mois d’avril un ensemble de solutions de mobilité décarbonées professionnelles (trottinettes, draisiennes, vélos électriques reconditionnés). L’objectif ? Accompagner la responsabilité des entreprises dans la réduction de l’impact carbone de leurs collaborateurs.

L'équipe Célérifère

L'équipe ©Célérifère

« 30% du CO2 généré par nos déplacements est lié à la voiture, dont 17% pour le trajet domicile/travail, rappelle Karim Tarzaim, cofondateur de Célérifère. Nous proposons aux entreprises des solutions de mobilité douce motorisées(trottinettes, draisiennes) et actives (vélo) made in France, voir locales puisque 70% de nos achats de matières premières est réalisé en Pays de la Loire. Il ajoute « Si tout le monde s’accorde sur l’urgence climatique, dans les faits, on reste encore très dépendant de la voiture. La trottinette est un marché émergeant. Il faut installer l’usage qui souffre d’une image dégradée, entretenue par certains médias grand public. Heureusement, il y a des précurseurs : nous travaillons notamment avec la société Keran ou la Mairie de Vertou qui nous ont acheté chacun 6 trottinettes d’un coup mais nous n’avons ni le temps, ni l’argent pour évangéliser le marché. On est donc parti de notre trottinette électrique, déjà certifiée, pour la transformer avec quelques équipements supplémentaires (scelle, porte-bagage, porte-charge…) en draisienne. Quant au vélo, on a développé à la base un système de vélo/trottinette compatible sans jamais l’exploiter dans notre proposition de valeur. C’est un juste retour à l’origine ! Deuxième observation, les poubelles regorgent de cadres de vélo potentiellement candidats à une deuxième vie ! Notre but est de créer une filière de collecte, de recyclage et d’électrification de vélos à partir de déchets pour les rééquiper à neuf ! Ainsi, on ne crée pas de nouveaux produits et on standardise en proposant une même batterie pour les 3 véhicules ». L’entreprise de quatre collaborateurs a déjà récupéré 250 vélos la semaine dernière et lance la commercialisation de son offre diversifiée dès le mois d’avril. Elle espère vendre une centaine de produits (tous véhicules confondus) cette année.