Couverture du journal du 16/05/2024 Le nouveau magazine

Un vent de modernité souffle sur Port Bourgenay

À Talmont-Saint-Hilaire, Port Bourgenay est un port de plaisance vendéen vieillissant. Sa concession d’occupation du domaine public arrivant à échéance, le site s’offre une cure de jouvence à 12 M€ HT pour repenser et moderniser ses aménagements. Objectifs : renforcer son attractivité, diversifier l’offre économique, et vivre au-delà de la saison estivale.

Vendée, Port Bourgenay, plaisance, attractivité

Vue d'ensemble du projet d'aménagement de Port Bourgenay . ©Nord Sud Architecture

Une nouvelle ambition se dessine pour Port Bourgenay. Construit en 1985 à Talmont-Saint-Hilaire, au sud des Sables d’Olonne, le port de plaisance vendéen compte 654 anneaux et accueille 2 400 escales par an. Niché entre plage, forêt, dune et marais, son environnement nature et sportif est prisé des plaisanciers comme des touristes. Mais le site est vieillissant et son dynamisme, saisonnier.

Profitant de l’échéance de la concession avec l’État fin 2023 (espaces commerciaux et publics), Vendée Grand littoral[1], gestionnaire du site, a décidé de lui donner un nouvel élan en réaménageant les espaces collectifs. L’avant-projet a été signé en février avec le choix de l’agence d’architecture Nord Sud. L’appel d’offres aura lieu d’ici cet été. Le lancement des travaux, lui, est prévu en 2024 pour une livraison complète à l’horizon 2026. Chaque été, les travaux seront mis en pause afin de ne pas perturber l’activité estivale. Montant global du projet : 12 M€ HT.

Un levier de développement économique et touristique

Les objectifs de ce projet d’envergure ? « Renforcer l’attractivité du port à l’échelle du territoire, développer les services aux plaisanciers et les activités nautiques, diversifier l’offre économique avec la volonté d’allonger la saison, des vacances de février jusqu’à Noël, détaille Pascal Loizeau, président du conseil d’exploitation portuaire. Pour cela, le cahier des charges exigera une ouverture annuelle la plus longue possible. Les espaces intérieurs devront aussi être soignés et avec une identité forte pour rendre ces lieux accueillants tout au long de l’année. »

Situé à proximité d’un golf 18 trous[2], et des Jardins de l’Atlantique, un hôtel spa trois étoiles doté d’un espace séminaire, Port Bourgenay doit aussi monter en gamme. « Sans être Cannes ou Saint-Tropez, notre volonté est d’attirer une clientèle plus aisée », confirme Pascal Loizeau.

Un balcon sur la mer

En hauteur de quai, le nouveau bâtiment offrira une vue mer imprenable. En rez-de-chaussée, se trouveront cinq à six cellules commerciales de 150 à 300 m². Entre chaque commerce, une terrasse agrémentée d’une baie accordéon refermable permettra de se protéger les jours de grand vent et une pergola garantira un bon ombrage en cas de forte chaleur. Les bars pourront profiter d’une extension en roof top. À l’ouest du bâtiment, se situent la capitainerie et son pôle nautique. Le hall d’accueil traversant intègrera l’office de tourisme intercommunal, une boutique de produits régionaux, les services habituels aux plaisanciers (sanitaires, douches, laverie…), le bureau du personnel, des associations nautiques, ainsi qu’un club house indépendant susceptible d’accueillir des événements variés. À l’est, place aux cafés et restaurants.

La valeur ajoutée du nouvel édifice sera sans aucun doute son restaurant panoramique de 362 m², en roof top, avec ses deux terrasses est et ouest réservées aux clients. Une partie de ce balcon sur la mer sera néanmoins accessible aux touristes via de larges escaliers situés aux deux extrémités. Une passerelle reliera le toit du bâtiment à la falaise, comme une invitation à descendre sur les quais. « Ce toit terrasse est un espace original et son restaurant panoramique sera l’emblème du nouveau visage de Port Bourgenay, souligne Pascal Loizeau. L’appel à candidatures aura lieu d’ici cet été et le choix se fera en septembre. Nous aimerions que cela soit une brasserie de qualité. » Enfin, un parking plaisanciers sera aménagé entre la falaise et l’arrière du bâtiment.

Un cœur végétal et environnemental

Le végétal occupera une place centrale dans le projet. En pied de falaise, un cordon végétal viendra en effet prolonger le front végétal du trait de côte d’origine.

Le bâtiment disposera de plusieurs équipements pour économiser les ressources : des récupérateurs d’eau de pluie et des panneaux photovoltaïques. « Le but est d’être en autoconsommation, indique Pascal Loizeau. Nous sommes par ailleurs en réflexion pour chauffer le bâtiment grâce à une chaudière bois. Des études de faisabilité sont en cours. L’une des conditions sine qua non, c’est d’utiliser du bois provenant d’un rayon de 80 km maximum autour de Port Bourgenay, ce qui est notre cas. » Dans cette logique environnementale, le bâtiment ne sera pas climatisé.

En parallèle, Port Bourgenay s’est récemment engagé dans une labellisation “ports propres”, « une démarche unique en Europe plus engageante que les “Pavillons bleus”. Nous espérons être certifiés en fin d’année. Port Bourgenay serait ainsi le premier port de plaisance vendéen à être reconnu “ports propres”.»

Sur l’ensemble du site, la priorité va également être donnée aux mobilités douces. Le quai le long des pontons actuels doit être aménagé pour favoriser l’accès aux vélos et aux piétons de façon sécurisée, mais aussi accueillir le marché hebdomadaire ou encore l’arrivée de courses sportives. Enfin, dès cet été, la navette gratuite, qui fait la liaison avec Talmont-Saint-Hilaire, s’arrêtera à l’entrée du port.

Autres aménagements notoires : deux espaces de jeux pour enfants dont l’un avec un carrousel, et un large espace pouvant accueillir de grands événements jusqu’à 4 000 personnes. « Tout reste à imaginer sur ce point. « Nous voulons faire de ce projet de rénovation de Port Bourgenay un lieu de rencontres et de promenades pour plaisanciers, les locaux et les touristes », résume Pascal Loizeau.

Le calendrier

  • 2024 : Construction du pôle capitainerie et une partie des commerces.
  • 2025 : suite et fin de la construction.
  • 2026 : aménagement des espaces publics.

[1] Depuis 2018, la collectivité regroupant 20 communes est gestionnaire de deux ports : celui de Bourgenay et celui de Jard-sur-Mer.

[2] Propriété du groupe vendéen Dubreuil.

 

 

Annonces légales

Vos annonces légales au meilleur prix dans toute la France.

Je publie mon annonce légale