Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

Tract’Moi améliore la mobilité des agriculteurs

Du projet étudiant né il y a deux ans à l’entreprise lauréate du Réseau Entreprendre Vendée en février 2023 avec l’obtention d’un prêt d’honneur de 30 k€, Tract’Moi poursuit son développement et lance sa commercialisation. Imaginée par Clovis Richard et Baptiste Cormerais, la solution permet d’équiper les tracteurs de porte-véhicules afin de rendre autonomes les agriculteurs dans leurs déplacements quotidiens.

Baptiste Cormerais et Clovis Richard cofondateur de Tract'Moi.

A gauche Baptiste Cormerais à droite Clovis Richard, cofondateur de Tract'Moi. ©DR

« Avec Tract’Moi, on a voulu développer une solution pour répondre à un besoin de nos parents agriculteurs, rappelle Clovis Richard, cofondateur. Ces derniers nous sollicitaient fréquemment pour aller les chercher aux champs et les ramener à la ferme. L’idée d’un véhicule intégré sur le tracteur s’est imposée rapidement ». Alors étudiants à l’Icam de La Roche-sur-Yon, les deux amis réfléchissent à un support permettant de transporter un véhicule d’appoint sur leur tracteur. « On est partis sur l’idée du vélo, qu’on a testée en participant aux concours Agreen Startup et Les Entrep’ et où nous avons été lauréats. Cela nous a encouragés à peaufiner le concept. On a ainsi pu être accompagnés pour réaliser une étude de marché, récolter des fonds puis créer les premiers prototypes en janvier 2022, en test pendant un an chez trois agriculteurs de l’Ouest. » Diplômés en septembre 2022, les néo-entrepreneurs ont depuis élargi le concept au transport de motos et trottinettes en y intégrant des options (contrepoids, benne, coffre de rangement, rechargement de batterie…). Un deuxième produit permettant de transporter des engins à quatre roues (quad) est en cours de lancement. « Nous avons reçu notre première présérie de sept produits la semaine dernière, s’enthousiasme Clovis Richard. Il nous reste à finaliser nos outils de communication afin de démarrer l’activité au mois de mars. »

À terme, la jeune pousse vise la vente de 130 produits et un chiffre d’affaires de 200 k€ cette année. Elle compte également nouer des partenariats de distribution avec des concessionnaires, groupements et distributeurs de matériel agricole en France et à l’international : « L’avantage de l’agricole, c’est que les fixations sont standardisées. Quand on est homologué en France, on l’est partout, précise-t-il. Nous avons des ambitions européennes d’ici trois ans. »