Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Pierre Gattaz, président de Business Europe

En mai 2018, à peine sorti du MEDEF qu’il a drivé pendant cinq ans, il était élu à l’unanimité président de Business Europe, succédant à Emma Marcegaglia, la tête du groupe ENI. Point d’étape et ambitions.

Pierre Gattaz © RHE

Il n’y a nulle part en Europe où l’on observe cette politisation de l’économie, typique de la France

Pierre GATTAZ

Business Europe, un MEDEF européen ?
« Nous représentons les vingt-huit patronats européens, plus sept patronats « amis » (comme la Suisse). A trente-cinq, nous voulons promouvoir l’excellence économique, fondamentale, mais en partageant communément la valeur de la protection sociale et du bien-être des salariés. Business Europe, ce sont des gens responsables, très pro-européens. »

Votre touche personnelle depuis votre élection ?
« Côté terrain, j’ai fait le tour de l’Europe en six mois, via une dizaine de capitales, juste avant le 26 mai. Et avec mes pairs locaux, nous avons organisé des rencontres et mis en place une communication, pour donner la position du patronat. Le message était clair : si l’on veut, à terme, améliorer les prestations sociales, alors il faudra écouter les entreprises… En interne, nous avons développé une argumentation simple : l’Europe a apporté au passé la prospérité, la démocratie et la croissance aux vingt-huit pays, surtout aux pays de l’Est. C’est assez incroyable, ils ont un taux de chômage de 5%… A présent, l’Europe est une nécessité face aux deux géants que sont la Chine et les États-Unis, qui veulent être maîtres du monde. Dans le futur, l’Europe porte des challenges, comme le climat, l’énergie, l’intelligence artificielle, le respect de la planète. La démographie en Afrique ou en Inde va exploser, que pourrait faire, tout seul, un petit pays comme la France ? »

Le rapport direct avec les entreprises ?
« L’entreprise apporte 80% des jobs en Europe, et elle apporte aussi 80% des solutions à tous ces challenges à venir. »

Vos rapports avec les instances politiques européennes en tant que président de Business Europe ?
« J’ai beaucoup travaillé avec Jean-Claude Juncker, et les commissaires européens. Nous sommes prêts à rencontrer la nouvelle équipe, avec un certain nombre d’arguments, parmi lesquels l’importance du marché unique, pour cinq-cents millions de consommateurs, l’importance aussi d’une union douanière, l’importance de l’euro. Nous travaillons sur une vision industrielle à trente ans. Le marché unique, c’est plus d’agilité, de rapidité, de créativité, avec en parallèle des réglementations moins lourdes. Pas question pour nous d’opter pour un marché unique à l’américaine, façon cowboy ! Oui, nous voulons transformer nos start-up en Google ou en Amazon, mais avec une vraie vision à long terme. Sans pour autant faire des plans à la chinoise… Il y a quelque chose d’intermédiaire à trouver entre les deux. »

N’est-ce pas une vision trop… française ?
« Sans doute un peu. C’est surtout une vision industrielle, je l’ai beaucoup testée auprès de mes pairs, à travers Ambition 2030, le premier document avec une réelle perspective.
Les autres patronats écoutent, y compris les plus libéraux comme les Polonais et les pays de l’Est, souvent très américanophiles, qui ont peur de subir trop de directives de Bruxelles. Moi, je leur dis de réfléchir à l’Afrique qui va passer de 1,2 à 2,5 milliards d’habitants : il faut les aider, leur créer des jobs, les pousser à réfléchir sur des concepts comme les smart cities. Il faut les épauler, pour le travail, l’éducation, la santé. 

Les Indiens sont en train de créer cent-six villes nouvelles et ils nous demandent de les aider, notamment la France avec son écosystème porté par des Veolia ou des Suez. Il faut chasser en meute, nous y sommes parvenus sur de grands programmes comme Airbus, Galileo, Erasmus… 

Il y aurait tant d’autres visions extraordinaires si nous ne subissions pas une fiscalité idiote. J’avais trente concurrents avec Radiall, ils sont tous partis à cause de l’ISF, il nous
faut une politique qui pousse les entrepreneurs à rester, les motiver pour qu’ils investissent et qu’ils embauchent en France. »


La philosophie des 3 P : Profit People and Planet 

« C’est une sorte de capitalisme européen qui se distingue des Chinois par son côté humain et son respect de l’environnement. Les Américains ? Même si j’adore leur innovation et leur côté cowboy, il ne faut pas être au chômage ou tomber malade… People ? Nous, les Européens, avons une protection sociale. Même si elle est coûteuse, elle existe… Côté Planet, l’heure est à la conversion bio, vigne ou pas. Quant au profit, pas de surprise : sans excellence économique, on ne peut ni faire du social ni s’occuper de la planète. Il n’y a pas de prospérité sociale ou environnementale sans prospérité économique. Un quatrième P n’entre pas en lice : celui d’une France qui Patine, parce que depuis trente ans, on alourdit les charges, et ça, c’est anti-économique, même si cela part d’un bon sentiment – social –, il faut absolument laisser les entreprises respirer. »