Couverture du journal du 22/10/2021 Consulter le journal

[ Nantes ] L’immobilier de bureau reprend des couleurs

Le marché nantais de l’immobilier de bureau n’atteint jamais des records, ni vers le haut, ni vers le bas. « C’est l’investissement idéal pour les foncières qui veulent assurer un placement de « bon père de famille », assure Stéphanie Simon, directrice de Clerville. Le spécialiste de l’immobilier d’entreprise a effectué son point annuel des dernières tendances du marché. Un marché qui attire toujours les investisseurs, les banques, les promoteurs et les architectes.

Le secteur Haluchère-Ranzay, autour de la gare de tramway, voit sa cote monter auprès des entreprises. Ici, le futur siège régional d’Orange © D. R.

« Les investisseurs se penchent essentiellement sur des immeubles déjà commercialisés et ne veulent pas encore revenir sur des investissements en blanc, malgré la bonne santé des chiffres 2021. Les taux de rentabilité proposés sont toujours en dessous de 6 % en périphérie et de 5 % en centre-ville, mais pourraient remonter si l’immeuble proposé n’est pas totalement commercialisé », estime la directrice de Clerville qui voit dans la diversité du tissu économique de la métropole nantaise (services, numérique, centres d’appels, bancaire, informatique…) et la solidité de son bassin d’emploi, les raisons des résultats nantais.

« Nantes fait partie des villes en 2020 dont le marché tertiaire ne s’est pas écroulé avec -30 % seulement quand des villes se retrouvaient à -60 %. Notre volume global de transactions reste stable depuis des années. Le stock immédiat est certes plus élevé que d’habitude, mais il faudra attendre la fin de l’année pour pouvoir en tirer des conclusions car l’activité de la rentrée 2021 est plus forte que jamais… », poursuit Stéphanie Simon.

La demande de bureaux reprend des couleurs au premier semestre 2021, avec 50 300 m2, auxquels s’ajoutent les 15 375 m² en compte propre pour La Poste sur l’Île de Nantes. Le volume de transactions augmente ainsi de 46 % par rapport à la même période en 2020.

HALUCHÈRE-RANZAY : UNE ALTERNATIVE ATTRACTIVE

Mais les grands comptes ont du mal à revenir. Huit transactions de plus de 1 000 m² ont été enregistrées au premier semestre 2021 pour 18 400 m2, contre 12 en 2019 pour 26 000 m2.

« Le stock immédiat en centre-ville est trop faible. En effet, entre une livraison des locaux à plus de six mois et un aménagement des locaux qui prend souvent trois mois, les entreprises ne peuvent pas espérer s’implanter avant le troisième trimestre 2022. À cette faiblesse de l’offre, vient s’ajouter une hausse significative des prix et certaines entreprises commencent sérieusement à étudier l’offre en périphérie, notamment dans le secteur Haluchère-Ranzay où le tramway permet un accès direct à la gare TGV en quinze minutes, ou encore Atlantis », alerte Stéphanie Simon.

Stéphanie Simon

Stéphanie Simon, directrice de Clerville © D. R.

Véritable alternative au centre-ville, Haluchère-Ranzay attire ainsi de plus en plus. En témoigne l’implantation de l’entreprise e.Cobot, spécialiste de la robotique associée à l’intelligence artificielle, dans un ensemble immobilier mixte de 7 800 m² regroupant bureaux et activités industrielles, dans un « pôle pour l’industrie de demain » sur une partie de l’ancien site des Batignolles réhabilité.

Le marché locatif quant à lui augmente sa part (71 %) en raison de la raréfaction de l’offre à la vente, en particulier dans les secteurs du centre-ville (Euronantes et Île de Nantes). Beaucoup de demandes entre 300 et 500 m² y restent infructueuses et les seules offres existantes en centre-ville sont jugées trop élevées pour la majorité des chefs d’entreprise où loyers et prix de vente continuent à augmenter fortement.

Selon l’étude Clerville, les valeurs locatives, quant à elles, à la hausse depuis 2019, se sont stabilisées en périphérie à 155 € HT/m²/an et en centre-ville à 200 € HT/m²/an environ. Les prix à la vente continuent à augmenter du fait de la rareté de l’offre et atteignent parfois 4 000 € HT/m² en centre-ville.

L’Île de Nantes et Euronantes

L’Île de Nantes et Euronantes dans le centre et Armor et Atlantis, sont les secteurs les plus demandés © D. R.