Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

Le tourisme de proximité plébiscité cet été

Après la région, c’est au tour du département de Loire-atlantique de dresser un bilan de la saison estivale. Et celui-ci s’avère plutôt positif.

Tourisme proximité

Le tourisme de proximité en Loire-Atlantique a été fort et intense, au prix de beaucoup d’efforts des professionnels, résume Bernard Lebeau, vice-président au développement économique de proximité et au tourisme pour le Département. Même si les séjours ont été plus courts, il y a eu un fort rattrapage. Ce n’est pas forcément du plus par rapport à 2019, mais cela laisse en présager pour 2021. Nous sommes devenus la sixième destination en France en termes de nuitées, alors que nous étions neuvièmes en 2015 », poursuit-il. Ce qui a « sauvé » sans doute le département ? Le fait de n’accueillir habituellement que 10% d’étrangers. Le territoire a donc été moins touché par leur absence, vite comblée par les touristes nationaux. Et la bonne météo a donné un coup de pouce.

Dans le détail, Bernard Lebeau indique que « la Loire-Atlantique a bénéficié encore plus cette année d’une clientèle de proximité, pour 25 à 30% des Pays de la Loire et des touristes des régions limitrophes, encore plus fidèles que les années précédentes ». Le bassin parisien a, pour sa part, contribué à hauteur de 20%. « Cette clientèle a en partie compensé la clientèle étrangère, importante pour le tourisme urbain et le littoral ».

Quelles ont été les préférences des touristes ? La pratique du vélo et les activités nautiques, dans le deuxième département d’eau en France après les Bouches-du-Rhône, ont rencontré un beau succès, notamment le canoë sur le canal de Nantes, tout comme les activités locales de ventes à la ferme, de circuits courts, pour découvrir des produits locaux diversifiés. « Certains producteurs locaux ont enregistré des hausses de 20% de leur activité selon la Chambre de métiers. Le trafic vélo sur les deux branches d’itinéraires européens du département a augmenté de plus de 30% », précise Agnès Broquet, directrice du tourisme de Loire-Atlantique Développement.

Comme souligné par l’Observatoire régional du tourisme des Pays de la Loire (lire notre n° du 28 août), « le tourisme urbain apparaît plus en difficulté cette année, car les gens avaient sans doute moins envie d’être dans la foule. C’est un espace sans doute moins bien vécu dans l’après confinement. D’où, à l’inverse, les hébergements fortement sollicités en gîtes et en chambres d’hôte, où l’on pouvait bien gérer les gestes barrières avec sa famille », constate également Agnès Broquet.

« Nous avions misé dès le printemps sur la campagne ‘‘Jouez à domicile’’. C’est aussi dans notre politique depuis 2015, pour promouvoir le tourisme de proximité et le tourisme durable. Et celui-ci a véritablement explosé en 2020. Ce tourisme est plus attrayant car moins cher, plus facile, moins loin, il ne demande pas de moyens de locomotion comme l’avion. Nous voulons amplifier ce mouvement engagé depuis 2015 en Loire-Atlantique. » Bernard Lebeau en est convaincu : ce mouvement va encore prendre de l’ampleur dans les années à venir.

LE DÉVELOPPEMENT DE « L’ULTRA LAST MINUTE »

Autre leçon tirée de cette saison à part : « L’avantage du tourisme de proximité est de ne pas avoir besoin d’anticiper longtemps à l’avance, de pouvoir bénéficier au dernier moment d’une météo favorable. C’est ce que nous avons appelé ‘‘l’ultra last minute’’. Cela a été très fort sur le national, les clients ont été dans la réservation de dernière minute, sur les plateformes traditionnelles, mais aussi en direct auprès des professionnels hôteliers et sur de nouvelles plateformes plus collaboratives comme Fairbooking*. Le numérique pour préparer ses vacances a donc aussi fait partie des réponses apportées pour cette saison. Des tchats ont vu le jour, sur Bretagne Plein Sud à la Baule, dans le Vignoble, pour compenser la fermeture des bureaux d’offices de tourisme », indique Agnès Broquet.

 

« LA MER EN HIVER »

Si globalement les professionnels ont sauvé la saison estivale, les inquiétudes demeurent pour l’arrière-saison avec l’absence de tourisme d’affaires et d’événements culturels qui drainaient jusque-là une clientèle importante à l’automne. « Notre axe est de faire travailler les professionnels en arrière-saison et en avant saison. Travailler sur les ailes des saisons, c’est imaginer des produits qui correspondent à celles-ci. Pour la troisième année nous avons lancé un produit appelé ‘‘La mer en hiver’’. C’est un pendant aux vacances de ski, appelant à changer de prisme, montrant qu’il y a de belles propositions en hiver au bord de la mer. Nous sommes en train de travailler avec les offices de tourisme du littoral et les prestataires pour avoir des offres qui correspondent aux attentes de la clientèle en hiver », explique Agnès Broquet. Dans l’avant saison, ‘‘Rendez-vous en France’’, le premier salon professionnel international de l’offre touristique française reporté aux 23 et 24 mars 2021 à Nantes est un événement très attendu. « Cela fera découvrir notre ville et notre territoire différemment, en dehors de juillet et août. Nous sommes encore dans l’expectative, mais cela permettra de faire un zoom sur la destination Loire-Atlantique, Pays de la Loire et Nantes pour que les professionnels positionnent notre territoire pour les années à venir », confirme la directrice du tourisme de Loire-Atlantique Développement.

 

* Fairbooking est une association créée à l’initiative d’un groupe d’hôteliers désireux de proposer une alternative aux centrales de réservation en ligne. L’initiative rassemble aujourd’hui près de 4 000 adhérents professionnels en France et à l’étranger qui valorisent le contact direct avec les consommateurs. Plus d’infos : Fairbooking.com