Couverture du journal du 20/11/2020 Consulter le journal

Le cri d’alerte des travaux publics

La fédération régionale des travaux publics s’alarme. En baisse de 32% aujourd’hui, les appels d’offre sont insuffisants pour faire face aux besoins des prochains mois.

travaux publics

© iStock

Les entreprises de travaux publics lancent un cri d’alerte : le niveau d’appels d’offre est aujourd’hui insuffisant pour assurer les carnets de commandes pour début 2021 : une baisse de 70% au plus fort de la crise en avril et -32% depuis le mois d’août.

« Nous avions démarré le premier confinement avec un carnet de commandes confortable. Puis coup d’arrêt en mars. L’activité était plutôt bien repartie en milieu de confinement, puis cet été. Aujourd’hui, l’activité est suffisante, mais on constate qu’il n’y a pas le même dynamisme depuis l’installation des nouveaux conseils municipaux, encore moins que d’habitude. Or, notre modèle est basé sur les appels d’offre et il n’y en a pas suffisamment pour affronter les premiers mois de 2021 », analyse Laurent-Emmanuel Dieu, président de la Fédération régionale des travaux publics* (FRTP). Il n’est d’ailleurs pas question, uniquement, des projets de travaux subséquents, mais aussi des travaux d’entretien de routine, routes, canalisations, pistes cyclables, électricité des bâtiments publics… « Ces appels d’offre publics représentent jusqu’à 70% de l’activité de nos entreprises », rappelle le président de la fédération régionale.

LES CRÉDITS DU PLAN DE RELANCE

Conséquence de cet état des lieux : les entreprises utilisent de nouveau le chômage partiel alors qu’elles avaient déjà réduit leurs effectifs en recourant moins à l’intérim et à la soustraitance. La situation est d’autant plus étonnante que le plan de relance prévoit des crédits spécifiques pour les collectivités (par exemple 4 Md€ pour la rénovation énergétique des bâtiments publics). « Nous demandons à ce que ces crédits soient consommés. Nous voulons aussi intégrer les comités de pilotage de ces crédits pour s’en assurer. Les projets existent, mais il faut les lancer », insiste Laurent-Emmanuel Dieu. L’appel a été relayé par les différentes associations de maires.

 

* La Fédération des travaux publics Pays de la Loire compte 1000 établissements adhérents, près de 18 000 salariés en emplois directs et 2000 à 3000 emplois indirects.