Couverture du journal du 16/07/2024 Le nouveau magazine

E3 : un partenariat écoles-entreprises en circuit court

Lancé à la rentrée 2023 dans le Pays des Herbiers, le programme E3 (engagement – écoles - entreprises) vise à valoriser les entreprises du territoire auprès des collégiens. S’inscrivant dans le cadre du schéma de développement économique 2023-2026 de la collectivité, le dispositif entend susciter des vocations et anticiper les besoins des entreprises, dans une logique d’ancrage territorial.

De gauche à droite : Christophe Nocchi, ingénieur pour l’école (Académie de Nantes) ; Olivier Gagnol, proviseur du lycée Jean Monnet des Herbiers et animateur Clee Vendée-Est ; Ronan Le Bourdonnec, président du Club Entreprises du Pays des Herbiers ; Christophe Hogard , président du Pays des Herbiers et maire des Herbiers ; Hugues Pasquier, dirigeant de Sachot Usinage et Benjamin Traché, secrétaire général de l’UIMV © IJ

« S’intéresser à la jeunesse est une nécessité, parce qu’il s’agit des talents de demain. Les élèves de quatrième et troisième arriveront en effet sur le marché du travail dans les cinq ou six prochaines années, voire un peu plus tôt pour ceux qui choisiront la voie de l’apprentissage », souligne Benjamin Traché, secrétaire général de l’UIMV. Le syndicat professionnel de la métallurgie de Vendée est partenaire du dispositif aux côtés du réseau Entreprises du Pays des Herbiers, du Clee Vendée-Est[1] (comité local écoles-entreprises) et de la communauté de communes, chargée de piloter la démarche. Le coût de cette première édition est estimée à 16k€[2].

À l’image du parcours Écl’Or mis en œuvre notamment dans les territoires voisins de Terres de Montaigu et du Pays de Pouzauges, le programme E3 vise à accompagner tout au long de l’année les collégiens dès la quatrième [3] dans le choix de leur orientation, en leur proposant, des ateliers en milieu scolaire, des visites et rencontres en entreprises, avant la réalisation de stages découvertes volontaires à partir de l’été prochain, puis le choix du stage obligatoire en troisième. « Il ne faut plus que ce stage soit choisi par défaut, mais bien le fruit d’une vraie réflexion, pour qu’il ait du sens autant pour le jeune que pour l’entreprise », précise Hugues Pasquier, dirigeant de Sachot Usinage qui parraine l’une des classes impliquées dans la démarche. 

Répondre aux besoins de recrutements

« Nous rencontrons des difficultés à trouver de la main-d’œuvre qualifiée, notamment pour le métier de tourneur-fraiseur, qui est au cœur de notre activité. La majorité de nos salariés sont titulaires d’un bac professionnel. Un cursus qui nécessite de faire un choix dès le collège. Participer au programme E3 représente ainsi pour nous une véritable opportunité d’accueillir de futurs jeunes talents, et de leur transmettre nos savoir-faire », ajoute le chef d’entreprise. Accueillant un peu plus de 2 500 entreprises, dont plusieurs fleurons de l’industrie comme Briand, Liébot, Beneteau ou encore La Boulangère, le bassin des Herbiers reste un territoire particulièrement dynamique, avec le deuxième plus faible taux de chômage en France (3,2%[4]).« C’est à la fois une force et une faiblesse. Sur l’ensemble de la Vendée, l’industrie recense par exemple 3 000 projets de recrutement dont 1 800 pour la métallurgie », constate Benjamin Traché, citant une récente étude de l’Orci Pays de la Loire (juin 2023) sur les besoins de main-d’œuvre dans ce secteur.

« Nos jeunes ne savent pas forcément qu’il existe à côté de chez eux, des dizaines de métiers passionnants. Notre mission est de leur ouvrir les yeux et de leur donner envie », commente Christophe Hogard, président du Pays des Herbiers. « Il s’agit aussi de casser les a priori, complète Ronan Le Bourdonnec, président du Club Entreprises du Pays des Herbiers (147 adhérents NDLR), et dirigeant de la PME ACSM (fabricant de silos de stockage). En ouvrant nos portes, nous apportons la preuve que nos usines proposent un environnement de travail agréable où l’on peut effectuer de belles carrières avec la possibilité d’évoluer. » Il espère aussi susciter des vocations chez les jeunes filles, dans un secteur traditionnellement masculin.  

Être à l’écoute de la jeune génération 

« Une entreprise, tout comme une collectivité, c’est avant tout une aventure humaine. Il est important d’être à l’écoute des jeunes générations, qui aspirent à plus de flexibilité, et à trouver un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Les chefs d’entreprise doivent pouvoir mesurer leurs attentes, afin de faire évoluer les pratiques managériales, et accélérer les innovations », indique Christophe Hogard. « Aujourd’hui, l’ambition de la France est de réindustrialiser. Et cela doit commencer par une mobilisation à l’échelle locale, avec un dialogue nécessaire entre industriels, élus et acteurs du monde éducatif, pour valoriser les projets et les futurs métiers qui arriveront bientôt sur notre territoire », conclut Benjamin Traché. 

 

[1] -Les Clee (comités locaux école-entreprise) sont des structures indépendantes, constituées de bénévoles, qui visent à rapprocher les entreprises, les établissements scolaires et les acteurs économiques d’un territoire, au travers l’organisation d’événements et la mise en place de démarches communes.

[2]– Le financement est assuré essentiellement par la communauté de communes, le club Entreprises Pays des Herbiers et la région Pays de la Loire, avec le soutien logistique de l’UIMV.

[3] – Trois classes de quatrième du collège Jean Rostand, aux Herbiers participent à cette première édition

[4] -Insee, Octobre 2023