Couverture du journal du 27/05/2022 Consulter le journal

[ Dossier Hôtellerie-Restauration ] : Adrien Soulé, directeur du Domaine des Lys « pas d’autre choix que de nous réinventer »

À la tête du Domaine des Lys, un hôtel de 22 chambres qui accueille également des mariages à Ancenis, Adrien Soulé est contraint de diversifier ses activités pour tenir face à la crise. Un musée dédié au street art devrait y voir le jour d’ici l’été 2023.

Adrien Soulé, hotellerie

Adrien Soulé pose dans le futur musée dédié au street art devant la fresque «Chute libre» peinte par l’artiste français Onemizer. L’ouverture du musée devrait intervenir d’ici l’été 2023 © D.R.

Comment avez-vous vécu la crise sanitaire et en particulier les derniers mois ?

L’activité du domaine a été très lourdement impactée dès le début de la crise sanitaire car nous avons une clientèle d’affaires à 80 %. Les confinements, les restrictions de déplacement et le télétravail nous ont donc plombés… Même si nous n’avions pas l’obligation de fermer, c’était tout comme : – 86 % de chiffre d’affaires en 2020 et – 50 % en 2021, par rapport à 2019. Décembre 2021 a été particulièrement compliqué puisque les annonces du 10 décembre nous ont fait perdre 75 % de notre chiffre d’affaires et ont généré de nombreuses annulations de dernière minute. La situation ne s’est pas améliorée en janvier, elle est devenue catastrophique : seulement 2 000 € de CA, soit une baisse de 94 % par rapport à la même période en 2019.

En termes de trésorerie, en êtes-vous ?

Là aussi, c’est très compliqué car les dernières aides annoncées pour décembre 2021 et janvier 2022 n’ont pas été suivies des décrets, ce qui fait qu’on n’a strictement rien touché. Sachant en plus que l’augmentation de 16 % de la grille de salaires des métiers de la filière CHR vient d’être validée par les organisations professionnelles, je ne sais pas comment on va pouvoir boucler les fins de mois. Les gros groupes vont peut-être réussir à s’en sortir, mais les petits hôtels comme le nôtre risquent de mourir. Je dois reconnaître que je n’ai jamais été aussi pessimiste sur l’avenir du domaine. Dans ce schéma extrêmement complexe, aggravé par de nombreux salariés qui souhaitent quitter l’hôtellerie-restauration pour gagner en qualité de vie, nous n’avons pas d’autre choix que de nous réinventer pour réussir à tenir sur la durée.

Justement, sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Nous travaillons depuis l’été 2021 sur l’ouverture d’un musée dédié au street art au sein du château de Guère, qui était laissé dans son jus depuis des années. L’idée est de diversifier nos activités tout en sauvegardant le patrimoine local, mais aussi en rendant accessible le street art au plus grand nombre puisque le musée sera gratuit et ouvert à tous. Une douzaine d’artistes urbains de renommée nationale voire mondiale ont déjà investi les murs du château. Ils avaient carte blanche et ont créé directement sur les murs, les boiseries et les miroirs du château, de manière à inscrire leur travail dans l’Histoire. Ainsi, leurs œuvres modernes côtoient des peintures du XIXe siècle. Parmi eux, Onemizer, un Français réputé dans le monde du street art pour ses œuvres mêlant graffiti, pop art et aquarelle. L’extérieur n’a pas été oublié, avec des œuvres réalisées sur les murs d’enceinte du château. Une quarantaine d’artistes est encore attendue, mais le contexte sanitaire actuel ne facilite pas leur venue. Si l’ouverture du musée était initialement prévue pour l’été 2022, elle aura en réalité difficilement lieu avant l’été 2023.

Vous travaillez en parallèle depuis plusieurs années sur la création d’un parc d’écolodges, ces hébergements touristiques pensés pour avoir un impact minimum sur l’environnement. Ce projet est-il toujours d’actualité ?

Oui, mais le souci c’est que les collectivités locales nous ont annoncé que ça ne pourrait pas se faire avant sept ans alors que pour nous il y a clairement urgence. C’est d’autant plus frustrant que de nombreux événements porteurs comme la Coupe du monde de rugby en 2023, les Jeux Olympiques de 2024 nous auraient permis de lancer cette nouvelle activité, synonyme de développement économique.

Domaine des Lys

 

Retrouvez notre article sur L’Hôtellerie-Restauration marche sur des œufs