Couverture du journal du 30/09/2022 Consulter le journal

[ Dossier : Économie du sport ] Fédérer les équipes par le sport

Au-delà des nombreux bénéfices pour la santé des salariés, le sport en entreprise permet de gagner en cohésion. Une pratique en plein développement, en particulier depuis la crise sanitaire.

sport

Des défis Play for fun, événements sportifs inter-entreprises, sont organisés par l’agence Play to B aux Sables d’Olonne et à Nantes les 9 et 30 juin prochains. © Play to B

Contrairement aux idées reçues, le sport en entreprise ne date pas d’hier. « Peugeot a commencé à en proposer dès la fin du 19e siècle avec, déjà à l’époque, l’objectif de fidéliser ses ouvriers à travers la pratique du foot, de la gymnastique…», rappelle Benjamin Chatard, responsable communication de Play to B, une agence de marketing sportif et événementiel présente à Nantes, Rennes et Quimper. Si les entreprises engagent depuis longtemps des collaborateurs sur des marathons ou des trails, les liens entre sport et entreprises ont été récemment chamboulés. « Au départ, la pratique se limitait à des sports élitistes, où les collaborateurs étaient les étendards de leur entreprise. Cette approche centrée sur la performance a progressivement évolué au profit du sport accessible à tous et d’activités ludiques. » Servant désormais à fédérer et apporter un maximum de fun et de bien-être aux salariés, la pratique s’est largement démocratisée, et les choses se sont encore accélérées avec la crise sanitaire. Ce n’est pas Florent Le May, directeur de l’agence nantaise Play to B, qui dira le contraire : « Covid et confinement ont limité les échanges entre collaborateurs. Du lien s’est perdu et les entreprises en ont profité pour proposer des activités sportives en plein air à leurs salariés pour retrouver de la cohésion.

Tout s’est accéléré avec l’arrivée d’applications comme United heroes, qui ont permis de créer à distance des challenges sportifs à faire chez soi ou le midi au travail. »

LE SPORT GÉNÈRE UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ DES SALARIÉS

Si les planètes semblent alignées pour le développement du sport en entreprise, c’est aussi parce qu’il présente de nombreux autres atouts : « Il est d’abord bénéfique à la santé des salariés, agit comme un remède anti-stress et améliore leur attention au travail, confirme Florent Le May. Il engendre une diminution des arrêts de travail et génère donc une meilleure productivité des salariés. Il renforce aussi l’esprit d’équipe, permet de désamorcer certains conflits et améliore globalement le climat social. Mettant tous les collaborateurs sur un pied d’égalité, quel que soit leur niveau hiérarchique, le sport renforce de manière large les liens au sein de l’entreprise. »

Des défis Play for fun, événements sportifs inter-entreprises, sont organisés par l’agence Play to B aux Sables d’Olonne et à Nantes les 9 et 30 juin prochains. © Play to B

Pour les employeurs, c’est aussi un moyen d’aller chercher les profils qui leur font défaut. « Une entreprise qui montre que ses salariés peuvent pratiquer du sport au travail ne peut qu’améliorer son image et sa marque employeur, poursuit le directeur de l’agence Play to B. C’est non seulement une façon de fidéliser ses salariés mais aussi un moyen d’attirer de nouveaux talents sensibles à la qualité de vie au travail. Le sport est donc devenu un vecteur de bien-être et de bonne ambiance au travail, qui permet de limiter le turn-over tout en prenant soin de la santé des salariés. »

Si le sport en entreprise est en plein boom, les événements sportifs inter-entreprises ont également le vent en poupe, à l’image des défis Play for fun prévus en Vendée et à Nantes en juin prochain. « Les salariés ont la possibilité d’y rencontrer leurs homologues et donc de faire du réseau dans une ambiance conviviale. L’autre avantage, c’est qu’ils peuvent susciter des vocations chez certains salariés qui vont choisir de poursuivre sur le long terme un sport testé ponctuellement », conclut Florent Le May.

 

 

Découvrez le Dossier : [ [ Dossier ] Économie du sport ]