Couverture du journal du 16/02/2024 Le magazine de la semaine

Dégomme : dix ans de lutte contre les chewing-gums

Implantée à Pornic, Dégomme fête cette année ses dix ans. En 2013, son fondateur, Tanguy de Mauduit, a l’idée de s’attaquer au fléau des chewing-gums qui jonchent les sols, en ciblant une clientèle BtoB.

Dégomme, chewing-gum

©Dégomme

« Nous nous adressons à de grandes enseignes (supermarchés et hypermarchés, bricolage, sport, restauration rapide…) qui ne souhaitent pas investir dans un matériel qui leur servirait peu », indique le dirigeant. Sa technique ? Utiliser de la vapeur sèche et un détergent à base de plantes, « une solution efficace sur tout type de revêtement » (enrobé rouge, béton, goudron, chaussée, pavés, mur, mobilier urbain et autres). Dégomme liste aujourd’hui plus de 750 clients, la plupart fonctionnant avec un abonnement (plus de 50 % du CA) comprenant un ou deux passages par an.

En 2020, la TPE de six salariés (500 000 € de CA en 2022) a modélisé le concept et ouvert une dizaine de concessions dans l’Hexagone, dont huit sont aujourd’hui actives (Charente-Maritime, Meurthe-et-Moselle, Gironde, Corrèze, Nord-Pas-de-Calais, Vendée, Sud Méditerranée), en proposant, contre un droit d’entrée de 25 000 €, des royalties (11 % du CA) et la location de la machine, une aide technique et commerciale ainsi qu’une exclusivité territoriale. Tanguy de Mauduit cible désormais une couverture nationale, un concessionnaire lyonnais devant d’ores et déjà ouvrir d’ici à la fin de l’année.