Couverture du journal du 03/02/2023 Le magazine de la semaine

CSI Thermoformage va lancer la construction d’une centrale solaire au sol

Spécialiste de l'emballage thermoformé écoresponsable et exclusivement sur-mesure, CSI Thermoformage (Saint-Julien-de-Concelles) entrevoit une année dynamique. 2023 sera notamment marquée par le lancement d’une centrale solaire au sol. L’occasion de faire un pas de plus vers la décarbonation.

Pascal Roger CSI Thermoformage

Pascal Roger, dirigeant de CSI Thermoformage. © Benjamin Lachenal

CSI Thermoformage, spécialisée dans la conception et la fabrication d’emballages thermoformés sur-mesure et écoresponsables sur trois marchés [plateaux process pour l’industrie, calage de produits de prestige (cosmétique) et distribution grand-public (blisters, PLV)] fait un pas de plus dans sa trajectoire de décarbonation. Après avoir obtenu la certification ISO 14001 en 2017 pour son management écoresponsable, incorporé 81% de matières recyclées sur la totalité de sa production, obtenu la Médaille d’argent Ecovadis (plateforme de notation RSE des entreprises) en 2020 puis la version or en 2022, la société qui est l’une des 15 PME et ETI à avoir rejoint en 2021 la première promotion de l’Accélérateur Décarbonation (programme national financé par Bpifrance et l’Ademe) investit à présent dans une centrale solaire au sol. Un projet qui était dans les cartons depuis 2018.

Sur 1 600 m2 de terrain sur son siège de Saint-Julien-de-Concelles, l’équipement est calibré pour couvrir le tiers de sa consommation d’énergie à horizon 2024. « A ce stade, la phase administrative est lancée avec le fournisseur EDF ENR, avant le démarrage du chantier cet été et une mise en service en janvier 2024 », prévoit Pascal Roger, le dirigeant et repreneur de l’entreprise (en 2016). Coût du projet : environ 230 000 euros, avec un temps de retour estimé entre 5 et 7 ans. Le patron nantais qui assure ne pas avoir bénéficié de subventions directes mais d’un prêt bonifié compte sur une possible évolution réglementaire pour revendre, à l’avenir, l’excédent d’énergie solaire (produite le week-end) sur le réseau, garantissant plus de rentabilité. L’entreprise qui a par ailleurs doublé son chiffre d’affaires annuel au cours de la dernière décennie, pour atteindre 6M€ en 2022 (environ 15% à l’export), démarre 2023 sur une note optimiste. « Nous observons déjà une nette croissance en janvier comparé à la même période l’an passé. » Seule ombre au tableau pour cette PME d’une trentaine de collaborateurs : la difficulté de recruter des opérateurs en CDI (3 à 4 postes ouverts), les candidats montrant une appétence toute particulière pour l’intérim.