Couverture du journal du 26/11/2021 Consulter le journal

Conjoncture régionale : des signaux contradictoires

Dans les Pays de la Loire, la conjoncture est tiraillée entre bonnes et mauvaises nouvelles d’après la dernière enquête publiée par la Banque de France mi-octobre. La rentrée a en effet été marquée par une baisse d’activité industrielle avec un secteur automobile en net repli. À l’inverse, les services marchands, notamment dans l’hébergement-restauration, ont profité d’un rebond d’activité.

conjoncture

© Pexels

Commençons par les mauvaises nouvelles… La production industrielle se replie en septembre pour le deuxième mois consécutif. C’est ce qui ressort d’une enquête de conjoncture menée par la Banque de France, entre le 28 septembre et le 5 octobre auprès de 8 500 entreprises ou établissements localisés dans les Pays de la Loire. Ce fléchissement est particulièrement marqué dans le secteur automobile, pénalisé en particulier par des difficultés d’approvisionnement. Elles concernent, entre autres, 56 % des entreprises de l’industrie interrogées, contre 51 % en août. Si les effectifs restent stables (hormis dans l’automobile, en baisse), les difficultés de recrutement, en revanche, persistent. Plus de la moitié (53 %) des entreprises interrogées (contre 50 % en août) se disent impactées.

Le secteur agroalimentaire connaît, quant à lui, une activité stable, avec toutefois des évolutions contrastées : hausse de la filière viande et forte baisse du secteur boulangerie-pâtisserie-pâtes. Stabilité également concernant les productions d’équipements électroniques informatiques. Dans ce contexte, les prix des matières premières, des composants et matériaux continuent d’augmenter fortement, avec une répercussion partielle sur les prix des produits finis. Cette hausse des coûts reste un sujet de préoccupation majeure des chefs d’entreprise, comme les difficultés d’approvisionnement et de recrutement.

LES SIGNES POSITIFS

A contrario, les services marchands enregistrent un rebond d’activité dans la plupart des secteurs. La filière hébergement-restauration retrouve particulièrement de l’appétit après avoir connu une baisse d’activité au mois d’août. Cette conjoncture optimiste s’accompagne d’une progression des effectifs, notamment dans la métallurgie, la production de plastiques, l’industrie textile ou encore les services marchands (réparation d’automobiles, hébergement/restauration, activités juridiques…). Autre signe positif : l’activité progresse dans le bâtiment avec un petit bémol dans les travaux publics au troisième trimestre. Les carnets de commandes continuent, eux, de se remplir dans tous les secteurs (hormis dans l’automobile et la transformation de la viande). Ainsi, d’après les estimations de la Banque de France, la hausse du PIB au troisième trimestre serait d’environ 2,3 %.

LE RETOUR À LA NORMALE SE RAPPROCHE

Pour le mois d’octobre, les chefs d’entreprise anticipent une stabilité de l’activité dans les services marchands, le bâtiment ainsi que dans l’industrie. Avec quelques variantes. Par exemple, les entreprises prévoient en octobre une progression dans l’agroalimentaire, mais une baisse pour les équipements électriques informatiques et la production de matériels de transport. En revanche, toujours d’après la Banque de France, une hausse marquée des prix s’annonce dans les travaux publics au cours de ce quatrième trimestre. Globalement, l’institution se montre optimiste sur la capacité de rebond de l’activité économique qui retrouverait presque son niveau d’avant-crise.

conjoncture régionale

© D. R.