Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

Un dispositif pour associer talents au chômage et patrons de petites entreprises

Trouver des talents éloignés de l’emploi, et des chefs d'entreprise qui ont besoin d'un bras droit, tel est le dispositif mis en place par Territoires Ardan, avec la Chambre de métiers de Loire-Atlantique et Nantes Métropole. Objectif : soutenir cinquante parcours en trois ans.

Parcours Ardan signature

De droite à gauche, Jean-Claude BOULY, président d’Ardan France, Philippe BELY, président de la Chambre de métiers de Loire-Atlantique, Joël FOURNY, président national de la Chambre de métiers et de la Chambre de métiers des Pays de la Loire, André SOBCZAK, vice-président de Nantes Métropole, lors de la signature de l’accord de partenariat pour les 50 parcours Ardan. © I.J.

Aider des patrons de petites entreprises à structurer leur idée et leur faire rencontrer des talents qui ont de l’énergie à développer, c’est l’objectif d’Ardan (Action régionale pour le développement d’activités nouvelles) qui permet de cofinancer les six mois que le demandeur d’emploi va passer à temps plein dans l’entreprise en question, accompagné par un «référent projet». Si l’on veut que les entreprises qui ont eu l’énergie de démarrer continuent à se développer, à un certain moment, il faut se soucier de ce qui se trouve dans l’environnement très proche du chef d’entreprise pour lui permettre d’avoir un bras droit afin de démultiplier son énergie. On résume le processus Ardan ainsi : “ Patron cherche bras droit pour… !” », explique Jean-Claude Bouly, président d’Ardan France, à propos de ce dispositif expérimenté depuis trente ans, sur neuf territoires. Dernier en date : celui de Nantes Métropole, avec le soutien de la Chambre de métiers des Pays de la Loire et celle de Loire-Atlantique.

L’appui de l’expertise locale

« Nous nous appuyons sur l’expertise locale, en économie, en formation, en emploi, en réseaux territoriaux, pour mettre en place cette pratique d’expérimentation », poursuit Jean- Claude Bouly. L’accord de partenariat pour cinquante par- cours sur trois ans sur le territoire de Nantes Métropole a été signé le 30 août dans les locaux de la Maison de l’emploi et de la Mission locale de Nantes Nord.

« Notre rôle est de repérer les situations de chefs d’entreprise qui ont besoin d’être épaulés pour se développer et, d’autre part, de repérer des compétences qui, dans un processus de formation, peuvent devenir un futur bras droit. On fait le pari que du côté des demandeurs d’emploi, il y a un certain nombre de personnes qui sont un peu invisibles si on fait du traitement classique de recrutement, et que l’on a besoin de faire un travail spécifique pour repérer les gens qui ne sont pas exactement dans les cordes. On a besoin de travailler avec ces demandeurs d’emploi et avec les chefs d’entreprise qui doivent bouger de cette représentation du mouton à cinq pattes que l’on cherche tous », ajoute Jean-Claude Bouly.

« Nous avons des talents  »

« Nous avons des personnes qui ont des compétences et des formations qui n’ont pas l’opportunité de les faire valoir. C’est l’opportunité de repositionner ces publics dans des entre- prises, de les accompagner et de leur permettre d’apporter un réel service au chef d’entreprise et à l’entreprise artisanale en particulier, reconnaît Joël Fourny, président national de la Chambre de métiers et de la Chambre de métiers des Pays de la Loire. Nous voyons également un double objectif, car ce sont des profils de porteurs de projet qui pourront se positionner sur la reprise d’entreprise. Avec 300 000 entreprises artisanales qui sont à céder dans les dix ans qui viennent, l’enjeu est primordial », ajoute ce dernier.

La personne éloignée de l’emploi aura le statut de stagiaire de formation professionnelle et obtiendra un diplôme de niveau 5 à l’issue de sa formation avec le Titre Entrepreneur de la Petite Entreprise (TEPE).

« Dans les quartiers, nous avons des talents, certains qui ont des diplômes et qui n’arrivent pas à trouver des opportunités, alors même que des entreprises ont des difficultés à recruter. Avec les missions locales nous allons pouvoir identifier ces talents à qui il manque souvent une expérience professionnalisante, constate André Sobczack, vice-président de Nantes Métropole en charge de l’Emploi et de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Nous travaillons depuis de nombreuses années avec les entreprises artisanales qui jouent un rôle essentiel en termes de lien social et plus largement dans la thématique du développement durable. Nous avons besoin d’elles, avec cette expérimentation de cinquante missions en entreprise sur trois ans, nous allons les renforcer en permettant aux jeunes de mettre à profit leur talent et leur énergie. »

Contact

territoireardan44@artisanatpaysdelaloire.fr

tél. 02 51 13 83 22