Couverture du journal du 21/01/2022 Consulter le journal

Blocktoplus conçoit les premières briques en plastique

La startup vendéenne Blocktoplus a conçu une solution de construction modulaire éco-conçue et rapide à mettre en oeuvre à base de briques de plastique recyclé. Inspirées d'un célèbre jeu de construction pour enfants, elles s'imbriquent sans mortier ni colle.

Pierre-Yves Coutand

Pierre-Alexandre Coutand a conçu des briques empilables en plastique recyclé pour des constructions démontables ©Blocktoplus

Chef de chantier depuis 15 ans, Pierre-Alexandre Coutand est un maçon inventif. Après des études de droit, ce vendéen de 34 ans, reconverti dans la maçonnerie, débute la commercialisation de ses Blocks. Imaginés pour simplifier la vie de ses clients pour l’aménagement de leur jardin ou la construction de leur piscine, ces rectangles de plastique sont légers, faciles à mettre en œuvre et à démonter. Une simple tige rivetée au sol comprime les Blocks entre eux et les maintient solidement. Éco-conçus, ils sont fabriqués à partir de feuillats, ces sangles en plastique qui enserrent les emballages et pour lesquelles aucune filière de revalorisation n’existe. « Je me fournis chez K.Line aux Herbiers, sauvant 11 tonnes de feuillats voués chaque année à l’enfouissement », indique Pierre-Alexandre Coutand, fondateur de Blocktoplus.

feuillats et blocks Blocktoplus

Les briques sont conçues à partir de feuillats ©Blocktoplus

Deux ans de R&D

Pour concevoir des briques industrialisables, le créateur a fait appel à un plasturgiste. Et après deux ans de R&D et d’étude de marché, il a créé sa société aux Herbiers pour commercialiser sa solution modulaire dont le prototype a été finalisé avec l’Afpia Solfi2A. Les Blocks sont produits à partir de polypropylène recyclé, des feuillats pour 20 à 30% de la recette, mais aussi de rebuts de pièces automobiles. Ils sont aussi recyclables. Ils sont fabriqués par ADP 85, un injecteur plastique des Epesses à qui Blocktoplus a fourni tout l’outillage nécessaire à leur fabrication. Le dirigeant a investi 300 000 € pour démarrer son activité. Il a bénéficié d’une aide de 55 000 € de l’Ademe. Blocktoplus vise tout d’abord les aménagements extérieurs, son domaine de prédilection, en attendant d’obtenir un avis technique simplifié (Atex) pour destiner ses Blocks à d’autres usages. Ils permettent de réaliser murs de soutènement, jardinières, cloisons séparatives, barrières pour les chevaux et même ossatures de piscine : 200 à 300 Blocks sont assemblés en quelques heures pour un bassin de 7 m par 3 quand il faut cinq fois plus de temps avec des parpaings traditionnels.


Le jeune créateur adresse pour débuter son activité les maçons, les paysagistes, les agenceurs, les piscinistes de la région, dans un périmètre de 200 km autour des Herbiers dans une logique d’économie circulaire. Il espère réaliser un chiffre d’affaires de 130 000€ pour son premier exercice commercial et 500 000€ l’année suivante. Et si le concept séduit, Pierre-Alexandre Coutand espère pouvoir dupliquer le modèle à d’autres territoires.