Couverture du journal du 23/09/2022 Consulter le journal

Akéna vérandas : nouvelle acquisition et nouvelle usine

Avec un chiffre d’affaires qui devrait progresser de 15 % cette année, Akéna vérandas affiche de belles perspectives de développement. Ce résultat s’explique par la forte demande du marché en ce moment mais aussi par la diversification des compétences de l'ETI avec une nouvelle opération de croissance externe : la troisième en trois ans.

Vendée, Akéna vérandas, Coublanc, Christophe Chabot

Akéna vérandas vient d'acheter Coublanc, spécialisé dans les pergolas toiles. ©COUBLANC

En 2021, Akéna vérandas, fabricant vendéen de vérandas et pergolas climatiques, avait réalisé un chiffre d’affaires de près de 200 M€ et mise sur 230 M€ cette année. « C’est au-delà de nos prévisions de 225 M€ », commente Christophe Chabot, PDG d’Akéna vérandas. Les raisons ? Un marché soutenu et une nouvelle opération de croissance externe.

Toile devant avec Coublanc

Après Azenco en 2019 et Abrisud en 2020, deux grandes enseignes d’abris de piscine, Akéna vérandas vient de reprendre Coublanc. Basée en Saône-et-Loire, la société est spécialisée dans les pergolas toile et les stores bannes et s’adresse uniquement aux professionnels.

« Cette acquisition est différente des précédentes. Nous étions passés ces dernières années à côté du marché des abris de piscine et nous voulions alors rattraper notre retard. Cette fois-ci, avec le rachat de Coublanc, nous intégrons la compétence textile que nous n’avions pas, souligne Christophe Chabot.  Nous allons continuer d’accompagner le développement de cette belle enseigne mais, attention ce n’est pas une absorbation. Coublanc gardera sa propre identité et ne sera pas diluée dans le réseau Akéna. »

Avec 100 salariés et un CA qui devrait dépasser les 30 M€ en 2022, Coublanc est en plein développement et double son chiffre d’affaires en deux ans. Pour suivre cette croissance, Coublanc investit dans une deuxième usine de 7 500 m², en cours de construction à proximité, doublant ainsi sa surface de production. Ce projet avait été initié avant son rachat par Akéna vérandas.

Vendée, Akéna vérandas, Christophe chabot

Christophe Chabot, PDG d’Akéna vérandas. © AKENA

« Au-delà d’augmenter le volume de notre CA, nous allons mutualiser nos savoir-faire et découvrir d’autres méthodes de production. Nous mutualiserons aussi nos achats d’aluminium, avec un approvisionnement passant de 4500 T à 600T. Plus on pèse lourd, mieux on peut négocier. Dans le contexte actuel, c’est important. En résumé, Coublanc et Akéna véranda sont complémentaires », souligne Christophe Chabot.

Avec ce onzième site, Akéna étend sa toile à l’est et complète ainsi son maillage territorial. Cette base technique lui permet aussi de se rapprocher de la clientèle de la région pour mieux la desservir. « Nous allons y intégrer des équipes de pose pour l’ensemble du groupe Akéna. Notre volonté : être à moins de trois / quatre heures de route de nos clients pour un service après-vente performant et efficace. »

Une nouvelle usine à Fontenay-le-Comte

Pour répondre à la demande toujours plus forte sur les marchés de la véranda, de la pergola ou encore du carport, Akéna vérandas construit actuellement une 12e unité de production à Fontenay-le-Comte. C’est la première dans le sud-Vendée et le troisième site en Vendée. L’entreprise avait déjà agrandi l’an passé le site de Dompierre-sur-Yon (siège social) avec un nouveau bâtiment passant sa surface de production de 17 000 mètres carrés à 25 000 mètres carrés de surface.

La nouvelle usine de Fontenay de 3000 mètres carrés ouvrira en septembre 2023 sous l’enseigne Soko, spécialisée dans les vérandas pour professionnels. Entre 10 à 15 salariés devrait lancer l’activité. L’effectif devrait être porté à 30 ou 40 personnes dans les deux ans suivant l’ouverture. Pas forcément besoin d’une formation spécifique en menuiserie pour accéder ces postes. Akéna formera en interne (tutorat) toute nouvelle recrue motivée.

L’emploi est en effet un enjeu majeur pour le groupe Akéna qui peine à satisfaire son besoin de main d’œuvre à Dompierre-sur-Yon. Sur 70 postes proposés ces derniers mois, une trentaine seulement ont trouvé preneurs. D’où la volonté d’Akéna de diversifier ses bassins d’emploi.

« Nous misons sur le développement de la ville de Fontenay, en pleine renaissance économique, et sur le projet de quatre-voies entre Fontenay et La Rochelle qui devrait attirer une nouvelle population », indique Christophe Chabot. Proche des grands axes routiers (A83, A10, A87), cette implantation est effectivement stratégique et un atout logistique. Elle répond à un besoin industriel important du groupe qui souhaite amplifier son offre.

Akéna ne souhaite pas pour l’instant communiquer le montant de cet investissement.

Akéna en chiffres

  • 12 sites en France
  • 1170 salariés dont 250 au siège (Dompierre-sur-Yon)
  • 200 M€ de CA en 2021, 230 M€ prévus en 2022
  • 20 M€ du CA réalisés à l’export : en Belgique depuis 2019, Espagne depuis deux ans et Italie depuis 2021 (partenariat noué avec Abritaly). A chaque fois, Akéna vérandas s’appuie sur la présence sur place de son enseigne Abrisud.
Vendée, Akéna vérandas

Basé en Vendée, Akéna vérandas compte désormais 12 sites de production en France. © AKENA – EB Creation