Couverture du journal du 03/02/2023 Le magazine de la semaine

2022, année de la transition pour Keran

Keran aborde un tournant important de son histoire.

Denis Pourlier- Cucherat et Yves Gillet. Keran

Denis Pourlier- Cucherat et Yves Gillet © Groupe Keran

Keran aborde un tournant important de son histoire. À la veille de fêter les 40 ans de ce qui est devenu l’un des groupes emblématiques du territoire, Yves Gillet, 67 ans, a annoncé le 21 juin son intention de transmettre la direction opérationnelle, tout en conservant la présidence. « À partir du 1er juillet, la gouvernance évolue », a annoncé le fondateur du groupe, qui a œuvré depuis plusieurs années à garantir « son indépendance, ses valeurs, ses engagements ». Denis Pourlier-Cucherat, qui avait intégré Keran il y a deux ans, devient ainsi directeur général. Le capital, lui, se répartit désormais entre Yves Gillet qui reste actionnaire à 39,5 %, une soixantaine de collaborateurs réunis sous la société Nakre lors de l’ouverture du capital réalisée en 2019 (16 %), la société Nakre composée des DG, de la DRH, du Daf et du DSI (35,5 %) et enfin deux personnes physiques (Christophe Dalichampt, DG de Naomis et Denis Pourlier-Cucherat) à hauteur de 9 %. « Le groupe ne compte aucun actionnaire extérieur », a souligné Yves Gillet.

Afin d’ancrer encore davantage l’ambition du groupe pour un impact social et environnemental positif, Keran va par ailleurs devenir entreprise à mission. Avec une raison d’être toute trouvée, puisqu’elle était déjà mise en œuvre : « contribuer à un aménagement et à une gestion des territoires au service de l’Homme et en harmonie avec l’environnement ». Yves Gillet voit dans cette évolution « naturelle », le bénéfice de l’apport du comité de mission « qui nous accompagne, voire vient nous titiller ».