Couverture du journal du 15/10/2021 Consulter le journal

Valobat : un éco-organisme pour valoriser les déchets du bâtiment

26 entreprises de fabrication de produits et matériaux de construction ont initié un éco-organisme pour faire progresser le recyclage des déchets du bâtiment. Le groupe vendéen Briand est l'un des initiateurs de la démarche.


fondateurs Valobat

Les 26 fondateurs de Valobat lors du lancement officiel de l'éco-organisme ©Valobat

Devançant l’entrée en vigueur de la loi Agec (Antigaspillage économie circulaire), le 1er janvier 2022, 26 entreprises de la construction ont initié un éco-organisme chargé de la collecte et de la valorisation en circuit court des déchets du bâtiment. L’enjeu est énorme : du plâtre aux isolants, en passant par les canalisations en PVC, le bois ou encore le métal, le bâtiment produit 46 millions de tonnes de déchets par an dont 80% sont issus de chantiers professionnels. Baptisé Valobat, l’organisme offrira aux entreprises de travaux une solution multi-matériaux de reprise des déchets collectés et développera les filières de recyclage.
Car la loi Agec a prévu de créer une « Responsabilité élargie du producteur » (Rep) pour les produits et matériaux de construction du bâtiment destinés aux ménages ou aux professionnels. Toutes les parties prenantes sont concernées : maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre, entreprises de travaux, déconstructeurs, collectivités territoriales, bricoleurs, gestionnaires de déchets et industriels. Le dispositif vise à responsabiliser les metteurs sur le marché de produits ou matériaux de construction sur la gestion de déchets du secteur du bâtiment en versant une éco-contribution à un éco-organisme de leur choix.

Valobat en attente de l’agrément de l’Etat

Créé le 2 juillet 2021, Valobat demande l’agrément pour percevoir ce financement afin d’organiser la prévention et la gestion des déchets du bâtiment. L’éco-organisme veut sortir du schéma « extraire, fabriquer, consommer et jeter », et ainsi éviter les dépôts sauvages, dont les coûts d’évacuation et de traitement pèsent lourd sur le budget des collectivités territoriales. Il sera représentatif des entreprises du secteur des produits et matériaux de construction quels que soient leur taille et leur rayonnement régional ou national. Valobat est organisé en neuf branches, chacune disposant d’un comité de secteur et de deux administrateurs au conseil d’administration du futur éco-organisme : les métaux de construction, les métaux des équipements, le bois, les menuiseries et parois vitrées, les plâtres et mortiers, les revêtements de sol, les matériaux inertes, les plastiques rigides et les produits à base de laines minérales. Valobat prendra ainsi en compte la pluralité des produits et des matériaux de construction du bâtiment, et les spécificités liées à leur recyclage.

Il se donne pour mission de susciter des démarches vertueuses de tri à la source et d’organiser la reprise des matériaux collectés séparément dans son maillage de points de collecte, aussi bien chez les détenteurs de déchets que dans les déchetteries gérées par les collectivités qui le souhaitent. Mais aussi d’encourager l’éco-conception ou de faire connaître les initiatives qui existent déjà.

Le groupe Briand parmi les 26 fondateurs de Valobat

Les industriels engagés aujourd’hui dans Valobat ont développé et mis en place, à titre individuel, des initiatives éprouvées de recyclage et/ou de valorisation des déchets dans une démarche de Responsabilité Sociétale et Environnementale. Ils se fixent pour défi d’industrialiser localement le recyclage afin d’intensifier les boucles d’économie circulaire, d’éco-concevoir et d’intégrer plus de matières premières recyclées dans leurs produits.
Spécialiste de la construction métallique, bois lamellé, de l’enveloppe du bâtiment et du gros-œuvre, le groupe vendéen Briand s’est déjà mobilisé pour limiter significativement la production de déchets sur ses chantiers. Il préfabrique en usine ses éléments constructifs et ses déchets sont triés, recyclés et revalorisés. Autre exemple, le pôle construction béton du groupe, représenté par les sociétés Savoie et SNB, désigne sur chaque chantier un responsable chantier vert qui assure le respect des consignes. Il maîtrise également ses pollutions avec la réalisation d’un plan de gestion des risques, associé à un retour sur expérience à la fin du chantier. Basé aux Herbiers, le groupe Briand emploie 1 200 salariés sur 13 sites de production. Il réalise plus de 900 chantiers par an en France et à l’étranger.