Couverture du journal du 23/07/2021 Consulter le journal

Le tourisme sérieusement touché en 2020

Malgré une reprise ponctuelle durant l’été dernier, le secteur touristique régional a été fortement impacté par la crise sanitaire comme l’analyse l’institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) dans sa dernière étude. Mais un peu moins que dans le reste des régions françaises.

cote atlantique, estuaire de la Loire et marais salant

© iStock

Dans son analyse, l’Insee note qu’en 2020, l’hôtellerie régionale a souffert de la chute de fréquentation des touristes étrangers, la clientèle française assurant toutefois une fréquentation plus marquée sur le littoral.

« Les dépenses par carte bancaire dans les secteurs liés au tourisme sont en baisse de 14% entre fin avril et début septembre par rapport à la même période l’année précédente. La chute du chiffre d’affaires est moins brutale dans les campings. En Vendée, le niveau d’activité lors de la saison estivale est quasi similaire à 2019 dans les hôtels et restaurants », relève ainsi l’institut.

La production touristique de la région représentant 6,3% du produit intérieur brut régional, l’impact de la crise est d’autant plus important. Le tourisme en Pays de la Loire génère directement 64 900 emplois au plus fort de la saison et 44 300 emplois en moyenne annuelle, soit 3% de l’emploi total, précise l’étude. Au deuxième trimestre, l’emploi salarié a baissé fortement (- 6,2%) et atteint son plus bas niveau depuis 2016.

« Entre le 17 mars et le 2 juin, 66% des embauches habituelles dans les activités touristiques auraient potentiellement été décalées ou annulées dans la région, en particulier dans l’hébergement », indique l’étude.

Entre avril et septembre 2020, l’hôtellerie régionale a perdu plus de deux millions de nuitées par rapport à la saison 2019, soit une baisse de 45%. C’est beaucoup, mais c’est moins qu’ailleurs : la baisse enregistrée est de 48% en moyenne en province et 58% en France métropolitaine.

LES BELGES EN TÊTE

La baisse est principalement liée à la restriction des voyages internationaux et la chute de la fréquentation des touristes étrangers, toutes nationalités confondues : – 7% en juillet et – 14% en août.

Selon l’Insee, la clientèle belge est devenue, en 2020, la première nationalité étrangère dans les hôtels ligériens, alors que les Britanniques et Espagnols sont moins présents que l’année précédente.

En septembre, avec la reprise de l’épidémie, l’absence de groupes seniors et les restrictions de mobilité en Europe, les hôtels ont enregistré une baisse encore plus forte, de l’ordre de 20%. Mais là encore, elle s’avère moins importante qu’au niveau national (- 42%).

En effet, le littoral régional s’en tire mieux que d’autres territoires de province, avec une fréquentation qui a même progressé de 4% en juillet et qui est restée identique à l’an passé en août Un bémol toutefois : la hausse des dépenses touris­tiques ne compense pas les pertes des mois précédents.

De leur côté, les restaurants subissent de plein fouet la crise. Leur activité a repris doucement en juin avec la réouverture progressive des établissements. « Durant la saison estivale, la situation est un peu moins dégradée dans la région qu’en moyenne nationale et l’activité se stabilise en septembre. Mais à la fin septembre, le chiffre d’affaires des douze derniers mois dans les restaurants ligériens a baissé de 21% par rapport à l’année 2019 », précise l’analyse de l’lnsee.

 


LES LIEUX DE VISITE

Nombre d’entrées dans les grands lieux de visite entre juin et septembre 2020 dans les Pays de la Loire

Contrainte par le confinement et la limitation de déplacement à 100 kilo mètres, la saison touristique a commencé plus tardivement, en juin.

Entre juin et septembre 2020, 70 des plus grands sites des Pays de la Loire comptent un total de 3 559 000 visiteurs. Les parcs de loisirs apparaisse nt comme les grands favoris avec 71% de la fréquentation (voir la carte).

 

 

 

 

UN ENGOUEMENT POUR LE VÉLO

La crise sanitaire a amené d’autres modes de consommation touristique et il faut sans doute y voir une conséquence directe, avec l’engouement encore plus marqué pour le vélo et les itinéraires cyclables.

Entre juin et septembre 2020, la Loire à Vélo a enregistré une hausse de 15% de sa fréquentation : 321 500 passages de cyclistes, touristes et excursionnistes confondus. La fréquentation s’est concentrée sur le mois d’août avec 108 000 passages.