Couverture du journal du 27/05/2022 Consulter le journal

Sofareb remplace les protections plastiques de transport par des housses réutilisables

Spécialiste de la confection de textiles techniques industriels, Sofareb propose des housses de transport comme alternative à l'usage des protections plastiques.

Housses Sofareb

Sofareb conçoit des housses de transport réutilisables pour l'acheminement des modulaires © Sofareb

Reprise en 2015 par Laure Rautureau et Franck Chauveau, Sofareb a diversifié son savoir-faire dans la confection sur-mesure de textiles techniques pour l’industrie. La société familiale de Longèves créée en 1989 par leurs parents équipe notamment le fabricant de modules habitables Mon Alvéole. Cette société bauloise, spécialiste de la fabrication de petits espaces de vie écoresponsables, a choisi d’utiliser des housses de transport réutilisables pour livrer ses créations. Réalisées sur-mesure en toile polyester enduite de PVC, ces housses sont à la fois étanches, imperméables et très résistantes. Selon Franck Chauveau, le technicien du duo frère-sœur, « bien pliées et bien rangées après chaque rotation, elles peuvent durer jusqu’à dix ans ». De quoi rentabiliser très rapidement l’investissement puisqu’une housse de la taille d’un modulaire tourne autour de 3 000€. À la clé, l’élimination totale des plastiques de protection à usage unique.

Encourager l’usage de produits réutilisables

Laure Rautureau et Franck Chauveau, co-dirigeants de l’entreprise familiale © Sofareb

« C’est ce qui a motivé cette société qui développe des produits éco-conçus et montés par des salariés en insertion », poursuit le co-gérant de Sofareb. Qui plus est, les housses sont imprimées aux couleurs de Mon Alvéole. « Une belle vitrine pour le fabricant dont les produits sont acheminés localement par camion », complète Laure Rautureau, en charge du marketing et des fonctions supports de l’entreprise vendéenne. « On essaie de faire valoir l’importance de ces produits réutilisables. On est aux prémices de la prise de conscience des sociétés », ajoute la dirigeante. La société, à l’origine fabricant de bâche de camions, réalise toutes sortes de produits : des bassins et des réserves incendie pour l’agriculture et le tertiaire (60% de son activité), des panneaux acoustiques et des toiles tendues pour l’aménagement intérieur et extérieur (25% de l’activité), des stores, pergolas et voiles d’ombrage pour les mobile-homes et les terrasses (15% de son activité) ainsi que des housses sur-mesure pour protéger les machines.

Réduire ses chutes et les recycler

Petite maroquinerie en toile recyclée produite par Atout linge © Sofareb

Sofareb se fournit chez un fabricant de tissus techniques basé dans la région de Lyon et met un point d’honneur à produire le minimum de déchets. L’entreprise réalise par exemple ses propres sacs pour emballer ses voiles d’ombrage. Et, depuis sept ans, la majorité de ses chutes de coupe sont réutilisées par la société Atout-linge, un atelier de formation à la couture pour la réinsertion de personnes éloignées de l’emploi. L’atelier confectionne de la petite maroquinerie. Pour le reste, Sofareb travaille avec son fournisseur à une solution de recyclage des tissus non utilisés. Ces tissus composites doivent en effet être séparés pour pouvoir être recyclés. Sofareb se porte candidat pour être non seulement collecteur des tissus de ce type dans la région afin de massifier la ressource, mais aussi comme point d’accueil d’une future station de séparation des matériaux en cours d’élaboration par la société lyonnaise Polyloop.

400 000€ d’investissements

Fort de ces projets, le fabricant vendéen vient d’engager un plan d’investissement de 400 000€ sur 2021 et 2022 dont 150 000€ pour s’équiper d’une nouvelle machine de découpe numérique. Il devrait être épaulé par France Relance à hauteur de 100 000€. Après un épisode difficile jusqu’en 2015, Sofareb a renoué avec la croissance et doublé son chiffre d’affaires entre 2015 et 2020. Il s’est établi à 4,3 M€ en 2020. Et les effectifs vont suivre le rythme. Deux embauches sont prévues en 2022 et trois en 2023 pour compléter l’équipe de 37 salariés.