Couverture du journal du 16/05/2024 Le nouveau magazine

Quand les matériaux des chantiers ont une seconde vie

Alors que le bâtiment est très touché par la crise de la construction neuve, le secteur doit continuer de se réinventer. Plâtre, béton, poutres métalliques… récupérés, ces matériaux issus des chantiers peuvent être déconstruits pour être réutilisés. Une activité en plein essor. Raison de plus pour que ce thème soit au cœur d’une table-ronde organisée le 8 décembre par Oryon à La Roche-sur-Yon.

A l’occasion de la 13e journée régionale de l'innovation Inovdia, organisée le 8 décembre à La Roche-sur-Yon, une table-ronde a eu pour thème "Réemploi de matériaux : enjeux, limites et perspectives de développement". ©Florence Falvy

La journée régionale de l’innovation Inov’dia est revenue le 8 décembre 2023 à La Roche-sur-Yon. Un événement réservé aux professionnels en quête d’innovation dans le domaine du bâtiment sur la thématique “Construisons le futur”. Notamment au programme de cette 13e édition : une table-ronde sur le thème “Réemploi de matériaux : enjeux, limites et perspectives de développement”.

Seul 1 % des déchets du BTP réemployés

Pour commencer, quelques chiffres éloquents. En France, le secteur du bâtiment est à l’origine de 42 millions de tonnes de déchets par an et représente près de 40 % de la consommation des ressources naturelles. Seulement 1 % de ce volume est réemployé alors que la loi Agec1 (loi anti-gaspillage pour une économie circulaire) de 2020 table sur 5 % de matériaux réemployés. C’est dire si une transformation profonde des pratiques de l’immobilier est nécessaire.

Il faut toutefois reconnaître que de plus en plus d’acteurs du bâtiment s’engagent dans cette démarche du réemploi, qui est en pleine expansion. Donner une seconde vie aux matériaux dans une logique d’économie circulaire est notamment devenu un réflexe chez le Groupe Papin (580 collaborateurs). Dans le cadre de sa trajectoire de réduction de bilan carbone (-30 % à horizon 2030 et -50 % en 2050), ce dernier valorise notamment 99 % de tous les matériaux inertes (terres excavées, éléments béton…) via trois plateformes de recyclage et de réemploi à Saint-Fulgent (son siège), Les Herbiers et Montaigu. Citons aussi l’entreprise Charier (Couëron), spécialisée dans la déconstruction de bâtiment et le promoteur immobilier Édouard Denis grand Ouest (550 collaborateurs – 25 agences – 742 M€ de CA en 2023). Pour ces acteurs, il y a clairement un consensus sur la nécessité de construire bas carbone et sur le fait que le réemploi des matériaux représente un levier concret. « C’est une évidence », lâche Matthieu Ricque, son directeur régional adjoint, et cela relève du « bon sens », embraye à ses côtés Mathieu Ferrey, responsable Planète réemploi de l’entreprise Charier qui a lancé une matériauthèque à Champagné-les-Marais (Vendée) pour mettre à disposition des professionnels et des particuliers les matériaux et ressources démontées ou récupérées qui sont encore utilisables.

« Rendre visibles les éléments disponibles au réemploi »

Interrogé sur les principaux enjeux autour du réemploi dans le bâtiment, Matthieu Ricque évoque des enjeux réglementaires, la RT 2012 (réglementation thermique) ayant laissé place à la RE 2020 (réglementation énergétique).

Mais, pour Mathieu Ferrey, les limites du réemploi ne sont pas que réglementaires : elles sont aussi économiques. Il dénonce ainsi une situation un peu « absurde » : intégrer les matériaux du réemploi coûte plus cher que d’intégrer des matériaux conventionnels. Il cite également des enjeux environnementaux. « Les matières issues des déconstructions, comme les déchets, impliquent des enfouissements. Or, si on les considère comme des ressources, il est possible de prolonger leur durée de vie. » Alors que, pour le directeur adjoint du pôle TP du Groupe Papin, Jean-François Jannin, l’importance est notamment de valoriser les circuits courts du réemploi.

Intégrer le réemploi dans les processus de planification des projets immobiliers n’est pas simple non plus, reconnaissent-ils. « En tant qu’entreprise de la déconstruction, notre rôle est de rendre visibles les éléments disponibles au réemploi », indique Mathieu Ferrey chez Charier.

La question de l’assurance du réemploi des matériaux dans le bâtiment pose aussi problème puisque cela signifie assurer des constructions nouvelles avec des matériaux usagés. « C’est une question fondamentale, comme celle de l’attractivité du logement que l’on va produire. Aujourd’hui, les gens sont-ils prêts à utiliser un sanitaire qui a déjà eu une vie avant et payer plus cher leur logement ? », interroge Matthieu Ricque.

Des exemples de réemploi de matériaux

L’histoire de la construction est jalonnée d’exemples de réemploi de matériaux. Parmi les projets mis en exergue à l’occasion de cette table-ronde, citons la déconstruction de 2 000 m2 de l’ancien lycée Saint-François d’Assise sur le site du futur quartier Eclosia Parc à La Roche-sur-Yon. Une opération pilotée par le Groupe Papin. « Ici, le réemploi a été intégré dès le diagnostic PMD (produits, équipements, matériaux et déchets, NDLR) afin de ressourcer et réemployer un maximum de matériaux », précise Jean-François Jannin. Au sein de ce chantier toujours en cours, 99 % des déchets (isolants, vitrages, prises, interrupteurs, plaques de plâtre…) ont été réemployés dans la construction du futur quartier, valorisés dans une mathériauthèque sur site ou recyclés. « 20 000 tonnes de granulats issus de la déconstruction ont quant à eux été concassés sur site pour servir de fond de forme (la surface, après terrassements, sur laquelle sera mise en œuvre la fondation de chaussée, NDLR) dans le cadre du projet futur », conclut-il.

1La loi Agec a créé une nouvelle responsabilité élargie des producteurs (REP) dédiée aux produits et aux matériaux de construction du bâtiment (PMCB) qui s’applique depuis le 1er janvier 2023. L’objectif est double : réduire les dépôts sauvages et développer le recyclage, le réemploi et la réutilisation.

 

Les matériaux les plus réemployés dans le bâtiment 

  • gravats inertes réutilisés pour créer du béton et des plateformes
  • terres excavées
  • radiateurs en fonte
  • peinture recyclée (de plus en plus)
  • poutres et bastaings (éléments bois)
  • structures métalliques
  • revêtements de mur et de sol
  • éléments sanitaires
  • mobilier…