Couverture du journal du 18/06/2021 Consulter le journal

Un projet de parrainage pour les cadres seniors au chômage

L’association pour l’emploi des cadres (APEC) a expérimenté, en 2019, dans les Hauts-de-France et en PACA, un projet d’accompagnement ciblant les seniors, talents seniors. Forte de ses bons résultats, l’APEC l’entreprend dans d’autres régions, dont les Pays de la Loire. Lancement chez nous le 20 avril.

apec

© iStock

Parce que le public des demandeurs d’emploi seniors reste l’un des plus fragile au regard du marché du travail, en particulier avec la crise actuelle, l’Apec lui dédie un programme spécifique : Talents Seniors. Expérimenté dans les Hauts-de-France et en Paca en 2019, il a obtenu de bons résultats. L’objectif initial d’atteindre 70% de sortie positive (décrochage d’un CDI, CDD de plus de six mois, formation longue ou création d’entreprise) a été atteint dans ces régions. Cinq nouveaux territoires l’ont donc adopté. Dont les Pays de la Loire, avec un lancement le 20 avril. Le principe : un système de parrainage/marrainage entre un cadre en activité et un cadre de plus de 50 ans à la recherche d’un emploi depuis au moins douze mois. Les promotions seront de 50 cadres bénéficiaires par région.

Lors du lancement national du programme, organisé en visio le 23 mars depuis Marseille, la philosophe Cynthia Fleury a analysé ainsi la situation : « On observe une disqualification des compétences liées à l’expertise et à l’expérience au profit de la flexibilité, de la sur-adaptabilité qui seraient dévolues à la jeunesse. Mais on se rend compte de nos jours que ça n’est pas forcément le cas… Les nouvelles générations sont moins malléables, ont des revendications, ce qui n’est pas une mauvaise chose d’ailleurs. Mais il faut sortir des préjugés. »

Michèle SALLEMBIEN, directrice de l’Apec Pays de la Loire

Michèle SALLEMBIEN, directrice de l’Apec Pays de la Loire © I.J

« C’est un public qui reste perçu comme moins attractif par les recruteurs, abonde Michèle Sallembien, directrice de l’Apec Pays de la Loire. Quand on travaille un recrutement avec une entreprise, elle demande très souvent un jeune. Donc l’Apec entend ouvrir les yeux des recruteurs, casser les représentations et valoriser les seniors. L’objectif du programme est aussi de remettre ces seniors en action. Et aussi de leur faire changer de perspectives car souvent ils ressassent un peu le discours ‘‘je suis trop cher, je suis trop vieux’’. Ils s’attardent sur les freins. On va les aider à croire en eux ». En Pays de la Loire, Talents Seniors est pour l’instant destiné uniquement aux cadres des départements de Loire-Atlantique, Vendée et Maine-et-Loire car le partenaire AG2R n’intervient pas en Mayenne et en Sarthe.

DÉVELOPPER LE RÉSEAU

Qui seront les parrains et marraines ? « Des cadres venant du monde économique, peu importe le poste. On essaye d’avoir une mixité. L’objectif c’est d’abord de trouver quelqu’un qui a envie d’aider, pas de faire de la com », insiste Michèle Sallembien. L’autre critère intéressant pour l’Apec : le réseau. « Le parrain peut l’ouvrir à son filleul voire en faire profiter l’ensemble de la promotion. On sait combien c’est important dans une recherche de poste. » Le parrain a un rôle de soutien, de regard sur un profil, de remotivation : « Il n’aura pas à s’occuper du CV, de la lettre de motivation, explique Michèle Sallembien. Les consultants Apec sont là pour ça. » Les filleuls sont préparés sur des séminaires de deux fois trois jours en amont du lancement et de la rencontre avec les parrains. « Cela nous permet de mieux connaître les profils et les personnalités pour ensuite trouver le bon ‘‘match’’. » Ces « match », justement, vont être réalisés entre le 8 et le 20 avril. Les binômes seront d’abord établis en fonction de la géographie : un parrain de Loire-Atlantique avec un filleul du même département pour « faciliter la rencontre ». Ensuite, une attention sera donnée au niveau hiérarchique dans l’entreprise « pour créer de la confiance via des compréhensions communes des problématiques ». Et, également, selon la personnalité de chacun : « Une personne en manque de confiance peut avoir besoin d’être secouée ou au contraire d’être abordée en douceur. On y fera attention. C’est tout l’intérêt de nos sessions de préparations préalables avec les candidats », affirme Michèle Sallembien.

Le programme est prévu pour durer une année complète, avec des événements collectifs et individuels. Forcément, au moins les débuts, les temps forts prévus tous les deux mois se feront à distance, avec des témoignages et des interventions d’experts.

Les parrains s’engagent à un contact minimum par mois et à participer à ces temps forts. Ils ont aussi la possibilité, optionnelle, de participer au club des parrains qui permettra d’échanger sur d’éventuelles difficultés, se donner des conseils, etc. Une communauté digitale va être créée sur la plateforme de l’Apec, réservée aux parrains et filleuls, « pour que tout le monde soit en contact, une sorte de réseau social Talents Seniors ».

EN CHIFFRES

La région Pays de la Loire compte 53 974 demandeurs d’emploi cadres et agents de maîtrise des catégories A, B et C. Un chiffre en augmentation de 9,8% par rapport à l’année dernière. Parmi eux, 12 991 ont plus de 50 ans et sont en recherche depuis plus de douze mois soit plus de la moitié du total des demandeurs d’emploi longue durée (21 931).

 

LA DIRECTRICE DE L I.J. PARMI LES MARRAINES

Laëtitia Blanchard, directrice de l’hebdomadaire L’Informateur Judiciaire, s’est portée volontaire pour être marraine d’un des cadres seniors. « Aider est pour moi quelque chose de naturel, qui m’anime au quotidien, que ce soit dans la sphère privée comme dans le domaine professionnel. Quand on me demande une mise en contact, je le fais instinctivement. Donc, quand Marie-Andrée Joulain, l’une des consultantes de l’Apec à Nantes, m’a proposée de participer à Talents Seniors, j’ai tout de suite trouvé le projet intéressant. Je me suis projetée dans l’avenir.

Certes j’ai 41 ans, mais personne n’est à l’abri de se retrouver sur le carreau. Et je me dis que dans ce contexte je serais heureuse de trouver quelqu’un pour m’accompagner.

Les seniors ont une force, une maturité de la vie professionnelle et de la vie en général. Mais ce qui peut leur manquer c’est d’être connectés aux nouvelles méthodes, technologiques ou d’organisation du travail. On le voit chez nous aussi, il faut se réinventer sans cesse. C’est un des éléments que je pourrai apporter.

J’ai par ailleurs eu de nombreuses expériences dans divers secteurs qui ont développé mes capacités d’adaptation et ma confiance en moi. C’est un autre aspect fondamental de la posture de candidat avant même de définir un projet.

Et puis travailler à L’I.J ouvre un large réseau sur le territoire, avec une grande richesse des secteurs que nous côtoyons et tout type de personnes, chefs d’entreprise de TPE/PME, juristes, cadres marketing, etc. Cela peut être utile. »