Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

La pomme de terre de Noirmoutier se met au vert

Sous l'impulsion du cahier des charges de l'IGP, de la réglementation environnementale et des attentes des consommateurs, la coopérative de Noirmoutier a engagé une série d'actions pour limiter son impact environnemental. À commencer par le retrait progressif de ses emballages plastiques.

Coffret La Noirmoutier©Coopérative de Noirmoutier

La Noirmoutier est proposée depuis mars 2021 en coffret carton de 500g et 750g ©Coopérative de Noirmoutier

À Noirmoutier, on ne produit pas que de la Bonnotte. Les 24 producteurs rassemblés en coopérative depuis 1945 récoltent du 15 mars au 15 juillet sept variétés de pommes de terre primeur : Sirtema, Lady Christ’l, Iodea, Anna-Lisa, Bonnotte, Laurette et Zen se succèdent dans les champs. Ces tubercules couvrent 430 hectares des 48 km2 de l’île vendéenne. Au total, les producteurs de la coopérative récoltent et conditionnent 12 000 tonnes par an dont environ 100 tonnes pour la Bonnote, la plus connue des pommes de terre de l’île. Fédérés sous une appellation commune, La Noirmoutier, les coopérateurs ont dû s’adapter à de nouvelles exigences environnementales et réglementaires.

La pomme de terre de Noirmoutier, interdite de plastique anti-verdissement

Parmi celles-ci, le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à l’économie circulaire qui prévoit l’interdiction dans les commerces de détail dès le 1er janvier 2022 de tous les conditionnements en plastique pour les fruits et légumes frais non transformés de moins de 1,5 kilo. « Cette loi publiée en deux mois fin 2019 a été d’une violence inouïe, menaçant directement les producteurs de fruits et légumes », affirme Nicolas Paille, producteur et président de la coopérative de Noirmoutier. En effet, le plastique représente 70% des conditionnements de la coopérative. « Car nos emballages ne sont pas que des contenants. Le plastique que nous utilisons assure non seulement la fraîcheur de la pomme de terre primeur qui se déshydrate très vite, mais préserve aussi son état sanitaire en évitant son verdissement qui la rend impropre à la consommation. Il a donc fallu trouver des solutions en urgence pour s’aligner avec cet objectif. »

Carton et papier en alternative au plastique

Les producteurs ont obtenu une dérogation jusqu’en 2024 pour se mettre en conformité avec la loi et trouver des alternatives au plastique anti-verdissement. D’autant que, dans le même temps, les bourriches en bois utilisées pour conditionner une partie de la production sont devenues hors de prix. « la Chine aspire la matière première bois, faisant flamber les cours », précise Nicolas Paille. La coopérative a donc travaillé d’arrache-pied avec un fabricant de machines et son cartonnier historique au développement d’une offre de coffret en carton recyclable. En 8 mois et au prix d’un investissement d’1,3 M€, la coopérative de Noirmoutier a lancé en mars deux emballages de 500g et 750g assurant une bonne conservation des pommes de terre primeur et la vision de leur état de fraîcheur par le consommateur. « Le dessous de la barquette est à claire-voie », précise le président. La création de la nouvelle ligne d’emballage carton s’est accompagnée de celle d’une dizaine d’emplois.
Pour l’heure, ces emballages alternatifs représentent 15% des conditionnements. L’objectif est de doubler ce chiffre l’an prochain, puis progressivement, jusqu’à la suppression complète du plastique en 2024. « Cet investissement non programmé devait être accompagné initialement d’une aide de l’État à hauteur de 800 000 €, précise Nicolas Paille. Nous avons dû refaire notre dossier de demande d’aide à trois reprises pour correspondre aux critères d’attribution. Et au final, nous n’avons obtenu que 130 000 € d’aides auprès de Bpifrance dans le cadre du plan France relance, révèle le président. Réalisée dans l’urgence, cette transition a été faite sans test auprès des consommateurs, nous exposant à des revers importants en terme de chiffre d’affaires.» En plus du carton, la coopérative va lancer des essais sur des films papiers avec l’objectif de proposer des nouveaux emballages 100% en papier d’ici à 2022.

Révolution dans les pratiques culturales

En matière de pratiques respectueuses de l’environnement, la coopérative s’est lancée il y a quatre ans dans une agriculture responsable. Elle recycle notamment ses déchets dans un méthaniseur. Alimenté à partir des écarts de tri, il produit du gaz utilisable par la suite. Les producteurs font une utilisation raisonnée des produits de lutte contre le mildiou et autres nématodes attaquant les plans de pomme de terre. «  Nous sommes formés pour ça. Nous pouvons proposer aux consommateurs une pomme de terre sous le logo ZRP (Zéro Résidu de Pesticide).» Ils pratiquent le couvert végétal et la rotation des variétés pour régénérer la terre et éviter l’installation des parasites. « En quelques années, nous avons opéré une véritable révolution en termes de pratique culturale », résume le président.

La coopérative de Noirmoutier propose aux consommateurs une pomme de terre sous le logo ZRP (Zéro Résidu de Pesticide) ©Coopérative de Noirmoutier

Grâce à ce savoir-faire qualitatif, les producteurs de pomme de terre de Noirmoutier ont obtenu deux signes officiels de qualité. Ils ont décroché l’IGP (indication géographique protégée) en juillet 2020, ce qui confère à la Noirmoutier une protection à l’échelle européenne et le Label rouge en 2018 pour les variétés Sirtema, Lady Christ’l et Iodéa. Ce label engage les agriculteurs à respecter un cahier des charges précis dont la plantation et le ramassage à la main pour préserver la peau fragile de la pomme de terre primeur. Une certification contraignante mais très convoitée permettant de valoriser tout le travail engagé.

La coopérative de Noirmoutier emploie 20 salariés permanents et jusqu’à 80 en saison, auxquels s’ajoutent les effectifs chez les producteurs. Au total, près de 150 personnes travaillent à la production de la Noirmoutier, auxquelles s’ajoutent deux producteurs indépendants et leurs équipes.