Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

Plan de relance : de nouveaux lauréats fin mars

Les entreprises des Pays de la Loire ont largement répondu aux appels à projets lancés par le gouvernement pour faire face à la crise. Treize nouveaux lauréats ont été annoncés pour la Loire-Atlantique en février. Prochaines annonces fin mars.

aéronautique

Le secteur de l’aéronautique fait partie des priorités identifiées par le gouvernement © iStock

Annoncé le 3 septembre, le plan France Relance 2020-2022 du gouvernement prévoit de nombreux dispositifs destinés à faire face à la crise économique engendrée par la crise sanitaire. Parmi ces dispositifs, des appels à projets destinés notamment aux secteurs de l’aéronautique et de l’automobile, particulièrement touchés par la crise et considérés comme stratégiques*. 600 M€ doivent ainsi être consacrés à l’automobile, 300 M€ pour l’aéronautique. Ces appels à projets sont gérés, en régions, par le Service économique de l’État au sein de la préfecture.

« Avant Covid, nous étions sur la problématique du remplacement du diesel, puis les appels à projet se sont focalisés sur la modernisation des outils industriels avec deux grands axes la compétitivité et la relocalisation », indique Jean-Philippe Beaux, commissaire aux Restructurations et à la prévention des difficultés des entreprises et adjoint au chef du service économique de l’État en région Pays de la Loire. Au départ, Bercy avait mis en place trois appels à projet distincts. Ils ont fusionné en un seul appel à projet en octobre 2020 pour regrouper toutes les thématiques « afin de faciliter leur accès et n’avoir qu’un seul lien pour retrou- ver les candidatures », expose encore Jean-Philippe Beaux.

« DE POSSIBLES RALLONGES »

Autre changement depuis le lancement du plan : d’un traitement des dossiers au fil de l’eau, celui-ci se fait désormais selon des relèves avec des commissions qui se réunissent à dates fixes. La dernière date du 26 janvier avec 205 lauréats au plan national (492 au total depuis le début) et 13 en Loire-Atlantique (voir ci-dessous) annoncés le 16 février. La prochaine relève est prévue le 31 mars, la suivante le 1er juin.

« Le Service économique de l’État en Région analyse la solidité du projet, Bpifrance de son côté vérifie les données financières de l’entreprise, puis la validation se fait par Bercy », explique Jean-Philippe Beaux. C’est d’ailleurs sur le site de Bpifrance qu’il convient de déposer la candidature à l’appel à projets.

En date du 22 janvier 2021, 85M€ d’aides avaient déjà été attribuées à 55 entreprises à travers les appels à projets pilotés par le Service économique de l’État en Région. « Il y a un vrai engouement pour ces appels à projet et de nombreux dossiers sont en cours de traitement. Aujourd’hui, nous savons grosso modo quels seront les lauréats de mars mais des rallonges vont servir à examiner ce qui a été déposé dernièrement. », affirme Jean-Philippe Beaux. À noter que le programme Territoires d’industrie relève encore d’un autre dispositif, lancé avant crise du Covid, en 2018, mais est désormais intégré au plan de relance (dotation de 400 M€ d’ici à 2022).

Certaines informations sur les projets sélectionnés sont en open data et agrégées sur le site https://datavision.econo- mie.gouv.fr/relance-industrie où l’on peut connaître leur localisation et leur thématique.

 

* Les autres secteurs considérés stratégiques dans le cadre de France Relance sont l’électronique, la santé, la 5G et le nucléaire.

 

La localisation des projets retenus

LES 13 NOUVEAUX LAURÉATS

Les lauréats de Loire-Atlantique annoncés en février 2021 sont, pour l’automobile, Madic Holding à Nantes, GP SAS à La Limouzinière, Trelleborg Boots France à Carquefou et Établissements Georges Renault à Saint-Herblain.

Pour l’aéronautique, il s’agit d’AAA à Montoir-de-Bretagne, Airencos à Montoir, Bene Solutions à Besné, E.S.P.A.C.E à Saint-André-des-Eaux, Alsim Simulateurs au Loroux-Bottereau, Team Plastique à Châteaubriant, ACB à Nantes, Idea Services pour les sites de Montoir et Saint-Aignan-de-Grandlieu et Oméga Systèmes Atlantique à Saint-Philbert-de-Grandlieu.

Pour candidater.

 


LES COMPOSITES BIOSOURCÉS D’AIRENCOS

Parmi les entreprises lauréates annoncées en février, on trouve Airencos, créée en 2015 par Philippe Marceddu et basée à Pornichet. Cette PME de 15 salariés est spécialisée dans le conseil en management industriel (supply chain, excellence de la performance) avec comme principaux clients les grands comptes de l’aéronautique. Airencos est ainsi sous-traitante de rang 1 d’Airbus. Très touchée par la crise, elle a perdu 80% de son chiffre d’affaires en 2020 et compte cinq départs volontaires. Mais Airencos en a profité pour poursuivre sa diversification amorcée avant crise.

De l’aéronautique au nautisme

D’où la mise sur pied de ce projet « Atelier composite » sélectionné par Bercy. Il s’agit d’un projet R&D sur les matériaux composite biosourcés tels la fibre de lin ou le chanvre. Avec pour cibles, notamment, les secteurs du nautisme et du bâtiment.

Des discussions sont déjà engagées dans le cadre des campus d’excellence. « Nous avions des ressources internes pour nous lancer, des capacités industrielles avec notamment des imprimeurs 3D et nous sommes partis d’un projet personnel, démarré avant la crise mais qui n’avançait pas : faire un retrofit sur ma moto avec de la fibre de lin », témoigne Philippe Marceddu. Une première pièce complexe a ainsi été réalisée.

De nouveaux essais sont en court pour corriger les défauts.

À travers cet atelier, le dirigeant entend créer un écosystème de partenariats en intégrant les questions de développement durable : recherche de produits biodégradables, calcul de l’empreinte carbone à chaque étape de production…

Des embauches d’ici à trois ans

Airencos prévoit d’investir 2,6M€ sur le projet. La subvention de l’État s’élèvera à 580 000€. « Nous étions éligibles à 1,2 M€ mais l’aide étant conditionnée aux capitaux propres nous ne pouvions pas prétendre à plus finalement (NDLR les 25% du premier déblocage de fonds ne doivent pas être supérieurs aux capitaux propres de l’entreprise). Mais nous comptons faire une nouvelle demande lorsque nous retrouverons de la croissance. » Le premier versement devrait être débloqué la semaine du 8 mars, le deuxième en fin d’année. Philippe Marceddu prévoit d’embaucher une vingtaine de personnes d’ici à trois ans.

Il cherche d’ores et déjà un ingénieur en matière composite.

Le site devrait être installé à Montoir, dans la zone de la Providence.