Couverture du journal du 18/06/2024 Le nouveau magazine

Pays de la Loire : les embauches toujours à haut niveau

Avec plus de 189 000 projets de recrutement déclarés pour 2024, les perspectives d'embauche se maintiennent à un niveau élevé dans la région. Revers de la médaille : les entreprises peinent à recruter.

Photo Shutterstock

Un niveau d’embauche toujours très haut et des difficultés à recruter persistantes. C’est ce qui ressort de l’étude annuelle Besoins en main-d’œuvre (BMO) des entreprises dans les Pays de la Loire, région qui affiche le taux de chômage le plus bas de France : 5,9 %. Les résultats de l’étude étaient présentés le 25 avril dernier à l’Hôtel de Région. Co-réalisée par France Travail et le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), l’enquête a été menée auprès de 91 100 établissements en Pays de la Loire dont près de 21 000 ont répondu, soit un taux de réponse de 23 %.

Premier enseignement : avec plus de 189 061 projets de recrutement en 2024 recensés, les perspectives d’embauche sont toujours élevées dans la région. Même s’il est en baisse par rapport à 2023 (-7,6 %), ce niveau est le cinquième plus haut enregistré sur la dernière décennie. Et c’est un établissement ligérien sur trois qui envisage de recruter. « On reste sur un plateau très élevé des intentions d’embauche », indique Vincent Ragot, responsable statistiques, études et évaluation chez France Travail« 32,7 % des établissements envisagent de recruter en 2024 : c’est plus de dix points de plus qu’en 2015. » Moteur de l’emploi avec près 71 000 intentions d’embauches en 2024, le département de Loire-Atlantique concentre la majeure partie des projets de recrutement, suivi par le Maine-et-Loire (plus de 43 700 projets) et la Vendée (plus 40 700 projets). À l’échelon local, le bassin de Nantes enregistre le plus d’intentions d’embauches : plus de 42 000.

Plus des deux tiers des projets sont pérennes

Signe que les besoins des entreprises sont durables, 67 % des projets de recrutement (plus de 126 000) sont jugés pérennes par les dirigeants. Les projets de recrutement saisonniers affichent, eux, un léger rebond (+5,7 % par rapport à 2023). « Si, au niveau régional, la part des projets saisonniers est de 33 %, elle peut varier de manière très importante entre les départements, d’une part, et par bassin d’emploi d’autre part », éclaire Vincent Ragot. « Sans surprise, c’est la Vendée qui connaît la part de projets saisonniers la plus importante avec 44 %. Et l’effet littoral joue, avec des taux de recrutement saisonniers plus important aux Sables-d’Olonne et à Challans, par exemple. » Un phénomène qui se retrouve sur l’ensemble des littoraux de la région. Autre saisonnalité observée : celle du secteur agricole, « qui concerne davantage le Maine-et-Loire, et plus particulièrement le bassin de Saumur, avec la viticulture, l’arboriculture et le maraîchage ». Les deux départements les moins saisonniers étant la Mayenne et la Loire-Atlantique.

Difficultés de recrutement : l’ensemble des secteurs touchés

Le taux de tension reste quant à lui élevé : 59,7 % des projets de recrutement sont jugés difficiles par les chefs d’entreprise. « Une légère détente est observée mais on reste à des niveaux bien supérieurs à ce que nous avons connu dans la décennie 2010 », souligne Vincent Ragot. Ce retrait sensible pourrait s’expliquer par « le léger ralentissement économique que nous avons connu en fin d’année 2023 et début 2024 », analyse le responsable. Reste que ces tensions touchent l’ensemble des secteurs d’activité et la majorité des territoires, avec toutefois quelques disparités : 60,9 % en Loire-Atlantique et 61,3 % en Vendée, mais 55,3 % en Sarthe. Les bassins les plus tendus : Ancenis (74,5 %), Les Herbiers (71,6 %).

Les agriculteurs saisonniers très recherchés

Par secteur, 57 % des projets de recrutement (107 913) sont déclarés dans le secteur des services, 16 % dans l’agriculture et 12 % dans le commerce. Au palmarès des métiers les plus recherchés : les agriculteurs, les serveurs de cafés-restaurants et les viticulteurs, arboriculteurs, trois catégories pour lesquelles les projets sont très majoritairement saisonniers. Du côté des métiers les plus recherchés en emploi permanent : les aides-soignants, les agents d’entretien de locaux, les aides de cuisine et employés polyvalents de la restauration, les ouvriers peu qualifiés des industries agro-alimentaires ou encore les aides à domicile et auxiliaires de vie.

Loire-Atlantique et Vendée : les chiffres clés

Loire-Atlantique

70 885 projets de recrutement en 2024

-7,8 % par rapport à 2023

73 % de projets de recrutement pérennes

60,9 % des projets de recrutement jugés difficiles

Vendée

40 726 projets de recrutement en 2024

-8,2 % par rapport à 2023

56 % de projets de recrutement pérennes

61,3 % des projets de recrutement jugés difficiles