Couverture du journal du 25/09/2020 Consulter le journal

« Nantes a quelque chose à dire en matière de design »

Le design est mis à l’honneur à Nantes à travers de nombreux rendez-vous, expositions, ateliers et rencontres. Une façon de faire savoir que la métropole veut donner au design une place de premier plan au service des mutations à venir.

« Nantes a quelque chose à dire en matière de design », glisse Mauricio Garcia Villaseñor, étudiant à l’école de Design Nantes Atlantique et président
de l’association française d’Advanced Design. « Notre association internationale d’éducation au design vient d’arriver en France depuis moins d’un an et nous sommes enthousiastes à l’idée de faire partie de l’organisation du Nantes Design Week ». Les 4, 5 et 12 septembre, l’événement propose « une découverte immersive du design à Nantes » dans le cadre de la France Design Week.

Une dimension stratégique

Avec ses 1 600 étudiants et apprentis, l’école de Design Nantes Atlantique est logiquement très impliquée dans cette opération. « Le design à Nantes est devenu un enjeu politique. En témoigne le poids qu’a pris l’école de Design sur le territoire et le fait que toutes les institutions – Ville, Métropole, Région, CCI – et acteurs qui le font rayonner l’ont rejoint », reconnaît Christian Guellerin, directeur de l’établissement, qui évoque la nouvelle dimension, « stratégique », que prend aujourd’hui le design dans notre société : « Il s’agit pour les designers de réfléchir à la façon dont on va vivre demain, compte tenu de la modification du contexte et l’émergence d’une conscience écologique, avec des enjeux extrêmement importants. Les designers doivent imaginer des scénarios à l’usage de demain. Les enjeux sont essentiels. Tout cela est à la disposition des entreprises qui vont réfléchir à de nouvelles stratégies et à leur développement, et qui vont aussi changer de métiers. Elles vont pouvoir ordonner leur réflexion. C’est une dimension stratégique du design, au-delà de tous les aspects techniques que l’on connaît. C’est comme si on passait d’une société industrielle à une société d’innovation. Et les designers sont les premiers acteurs de cette réflexion sur l’innovation : c’est ce que nous voulons montrer à l’occasion de cette Design Week. » 

Un enjeu économique… et politique

Et Nantes veut jouer un rôle dans ce sens. « On ne le revendique pas assez : Nantes est une ville design. Elle a toujours eu une capacité à accueillir des initiatives et des porteurs de projets et elle a su être inventive et créative. Les designers ont une place centrale dans notre disposition d’animation économique. Cette ville en a besoin, notamment pour accompagner sa mutation au titre de notre acclimatation au nouveau régime environnemental. Nous avons besoin plus que jamais de designers si nous voulons faire une ville résiliente et sobre, toujours aussi vivante et qui porte la biodiversité et la nature en ville », affirme Jean-Luc Charles, directeur général de la Samoa (société d’aménagement de l’Île de Nantes) qui participe à cette première édition de Nantes Design Week. 

Pour Emmanuel Thouan, fondateur du cabinet Dici Design, « le design ce sont des métiers au service de l’amélioration d’une situation, quelle qu’elle soit. C’est un accélérateur et un facilitateur de projets. » Bien sûr, l’enjeu du design est aussi économique, rappelle Christian Guellerin. « Quand un designer travaille avec une entreprise, il y a un enjeu de valeur ajoutée. Le design sert l’innovation qui représente les ressources de valeurs ajoutées de demain. »

Tous les rendez-vous (gratuits mais sur inscription) sur :
Advdes.org/a-priori