Couverture du journal du 17/09/2021 Consulter le journal

La Brouette met le drive en bocal

Pour redonner du sens à sa vie professionnelle, l'ex acheteur industriel Clément Pélouard a décidé de proposer en drive de proximité des produits locaux dans des contenants à impact neutre pour l'environnement. Il a créé la Brouette Drive sur cette idée. Il lancera son activité fin août 2021.

La Brouette

Clément Pélouard a fondé le drive La Brouette proposant des produits sains et locaux et en emballages consignés ou recyclables ©Antoine Guillou

Originaire de Blois et Vendéen d’adoption, Clément Pélouard est petit-fils d’agriculteur. Après des études supérieures en logistique, commerce et achats et huit années passées comme acheteur industriel, ce trentenaire ne se sent plus à sa place et décide lui aussi d’agir pour préserver l’environnement. Il plaque tout et fonde La Brouette Drive en avril dernier. Le concept : proposer en drive des produits locaux, bio de préférence, choisis selon le type de production et proposés dans des emballages consignés ou recyclables. Un grand saut pour cet amoureux de nature et de gastronomie qui veut mettre à profit de façon vertueuse son expérience d’acheteur. « Dans l’industrie, malgré les beaux discours sur le Made in France, le prix prime sur la provenance et la qualité. Je n’ai pas fait ma formation pour être un costkiller. Ce n’est pas en adéquation avec mes valeurs ».

La Brouette met le vrac en bocal consigné

Prenant exemple sur ce qui se passe autour de lui, il mêle agriculture saine, upcycling, épicerie vrac pour créer la Brouette. Ce drive responsable veut aider les consommateurs à réduire leurs déchets grâce au retour de la consigne. Il constitue des paniers (des brouettes) composés de produits de qualité issus d’une agriculture saine et durable et avec un maximum de références produites dans un rayon de 150 km autour de la Roche-sur-Yon et sans emballage plastique. Il propose quatre familles d’articles afin que les clients n’aient pas à faire plusieurs enseignes pour trouver les basiques du quotidien. Ils trouveront à la Brouette des produits alimentaires : fruits et légumes, épicerie salée (pâtes, riz, céréales, légumineuses, épices, conserves …), épicerie sucrée (farine, café, thé, sucre,  céréales, chocolat…), boissons (jus, bières, vins…), crémerie (fromages, yaourts, lait, beurre…) ; des produits d’hygiène (savon, shampooing, dentifrice, déodorant, crème de soin…) ; des produits d’entretien (lessive, pastilles lave-vaisselle, liquide vaisselle, nettoyant pour les sols…) et des accessoires culinaires (filtres à café, tissu d’emballage pour conserver les aliments…).

La Brouette proposera à terme 1 000 à 1 500 produits locaux, si possible, ou a minima français. « Sauf le riz, le café ou le thé, pas ou peu produits en France. Mais ils seront bio ou équitables », garantit le créateur de la Brouette. Et les produits secs, vendus en vrac (pâtes, café, farine, riz…), seront conditionnés en bocaux de verre consignés (10 cts). Un processus très strict de lavage et conditionnement des bocaux dans l’atelier sera mis en place, afin de respecter les normes d’hygiène et de traçabilité.

La Brouette sera opérationnelle fin août 2021

Basé à Mouilleron-le-captif en bordure de la 4 voies en direction de Nantes, l’atelier de la Brouette sera aussi le premier point de retrait des commandes passées en ligne sur le site de la société. Les deux outils devraient être opérationnels fin août. Un point de retrait hebdomadaire est également prévu à l’Est de la Roche d’ici à septembre ou octobre.
Pour meubler son atelier, Clément Pélouard a bien évidemment choisi de s’équiper de mobilier de seconde main « sur le bon coin et chez des professionnels », précise le dirigeant. En revanche, la chambre froide et le moulin à café professionnel seront achetés neufs. Pour financer le démarrage de son activité, il a pu compter sur des fonds propres et le concours bancaire du Crédit Coopératif auquel s’ajoute une subvention de France active. Il a également lancé une campagne de crowdfunding sur la plateforme Vendée Up pour financer frigo et moulin à café.
Pour cette première campagne de financement close fin juillet, il a réussi le pari de récolter plus de 6 800 euros (114% de son objectif) auprès de 73 contributeurs. Le créateur espère réaliser 150 000€ pour son premier exercice commercial et s’entourer dans les deux ans de 2 salariés. Il vise aussi l’accréditation Esus (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) en s’engageant dans la démocratisation du sans emballage, la réduction des déchets, la promotion de l’agriculture locale et de la résilience alimentaire et dans une politique de rémunération encadrée.

Parmi les producteurs locaux ou bio :

Les jardins du Puyrajoux, légumes (Venansault,  85), Karine et Jeff, conserves (Toulouse, 31), Sucré salé de Louise, cookies et chocolats (Olonne-sur-Mer, 85), Les Côteaux nantais, jus de fruit (Vertou, 44), La savonnerie du Vigneau, savons (Champs-Saint-Père, 85), La Brasserie des Chats noirs, bières (Landéronde, 85), Micro-brasserie Les Coureurs de lune, bières (La Ferrière, 85), Bioseptyl, brosse à dents (Beauvais, 60), Les savons de Soya, dentifrice solide (Douvres, 14) …