Couverture du journal du 01/07/2022 Consulter le journal

Investissements à impact : quelles réalités ?

Au-delà d’objectifs strictement financiers, les acteurs de l’investissement se donnent aujourd’hui pour mission d’impacter positivement la société en matière d’enjeux RSE.

Lauréats Start west Nantes, investissement

De g. à d. : Hélène Dubernet, vice-présidente de la CCI Nantes St-Nazaire accompagnée des lauréats : Nicolas Cormerais de La Ruche à vin, Benjamin Pick & Yann Trichard de Speakylink, Michel Dorget de Guatecs, Luc Gauthier des Audioprothésistes mobiles et Vincent Rumeau de Midipile. En bas : Benoit Trouvé de Midipile. © Start west

L’’édition 2022 de Start west avait lieu le 12 mai à la CCI Nantes St-Nazaire. Le rendez-vous de l’amorçage et du capital innovation, qui mettait en lumière 30 entreprises en recherche de financements, a aussi vu se tenir une table-ronde intitulée « Investissements à impact : une mode ? Une norme ? Et si c’était bien plus… ».

C’est d’abord François Guérin, directeur général de Cetih, ETI de Machecoul (44) spécialiste de l’enveloppe de l’habitat et de la rénovation énergétique, qui a ouvert les échanges en revenant sur le statut d’entreprise à mission de sa société.

« La RSE pose la question de la responsabilité, l’entreprise à mission celle de l’utilité », explique-t-il. Le choix de devenir entreprise à mission a ainsi été, pour Cetih, le prolongement de ses actions RSE. Dans cette logique, la société a également fait évoluer son modèle en termes d’actionnariat, à travers une nouvelle structure du capital partagée en trois tiers : les salariés, un fonds de dotation philanthropique créé par l’ex-président Yann Rolland. Quant au troisième tiers, « je voulais des fonds qui soient contributeurs de la réflexion stratégique : un fonds à impact, un fonds de transition énergétique et un fonds régional historique», explique le dirigeant.

« TOUS LES FONDS QUI NE SONT PAS À IMPACT VONT LE DEVENIR »

Côté investisseurs, Mohamed Abdesslam, directeur d’investissement chez le Breton Go capital, analyse : « Nous sommes passés d’un modèle où la RSE était une manière de contrôler ses risques d’un point de vue sociétal, de la gouvernance ou de l’humain, à un modèle où la réponse à un besoin va générer un marché et trouver un modèle économique ». Le fonds d’investissement veut accompagner cette transition : « Dans nos process, en plus de la dimension économique, nous nous demandons si les entreprises répondent à un enjeu de société ou environnemental. Nos souscripteurs nous demandent d’investir leur argent dans des sociétés qui répondent à ces enjeux», souligne Mohamed Abdesslam.

Table ronde Start west Nantes, investissement

De g. à d. : Nathalie Sarel, animatrice et managing director finance durable chez Crédit agricole CIB, François Guérin, directeur général de Cetih, Mohamed Abdesslam, directeur d’investissement chez Go capital, Antoine Cheul, codirigeant de Shopopop.

Go capital a notamment investi dans la start-up nantaise Shopopop, solution collaboratrice de service de livraison. Pour Antoine Cheul, son cofondateur, la notion d’impact et d’utilité n’est pas non plus un vain mot : « À l’annonce du premier confinement, on a triplé notre volume en une journée. On s’est dit qu’on servait à quelque chose». À la question
« Pourquoi avoir eu recours à des fonds à impact ? », Antoine Cheul répond : « Aujourd’hui, préparer une levée de fonds en expliquant son projet sans prendre en considération l’impact environnemental ou social n’a plus vraiment lieu d’être. » Et de prophétiser : « Tous les fonds qui ne sont pas à impact vont le devenir. »

CONCILIER PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ET SOCIÉTALE

Dans ce contexte, faut-il voir une antinomie entre performance économique, qui relève souvent du court terme, et sociétale, davantage orientée long terme ? Non, à en croire François Guérin, qui se veut pragmatique et voit la RSE comme « un vecteur de performance qui nous pousse à innover, ce qui développe l’attractivité et l’entreprise». Le dirigeant ne veut pas opposer court et long termes : « Une entreprise RSE doit être aussi en permanence centrée sur sa performance opérationnelle à court terme. Sans elle, pas d’investissements et de démarches à moyen-long terme ».

Antoine Cheul abonde, lui qui, avec Johan Ricaut, a créé Shopopop avec l’idée d’être rentable, « première responsabilité envers les salariés qui créent de la valeur pour quelque chose de socialement nécessaire». Du côté des investisseurs, Mohamed Abdesslam se dit lui aussi sensible à la conciliation des deux temporalités : « En tant qu’investisseurs à impact, nous avons dû faire des arbitrages qui, sur le papier, selon une lecture très court terme, ne correspondaient pas à une maximisation du PnL (« profit and loss», c’est-à-dire pertes et profits, NDLR) à l’instant T, mais qui ont payé sur le long terme, donc qui ne se sont pas faits au détriment de la performance économique. »

L’intégration de la question de l’impact n’est donc probablement pas près de faiblir chez les investisseurs. « Aujourd’hui, tous les fonds à impact qui se lancent intègrent une rémunération liée à cet impact», affirme Mohamed Abdesslam. D’où la nécessité d’un reporting, à l’image de la « matrice d’impact» mise en place chez Cetih, qui comprend 22 indicateurs. Un « vrai outil de pilotage» pour l’entreprise, selon François Guérin, « compréhensible pas seulement par le comité de mission, mais par toutes les équipes en interne ».

CINQ ENTREPRENEURS RÉCOMPENSÉS

Au terme d’une journée riche en pitchs, 5 entrepreneurs sur les 30 sélectionnés pour cette 22e édition de Start west se sont vus décerner un prix.

  • Prix In extenso – catégorie Transition climat : Midipile (16), service de mobilité bas carbone à destination des professionnels de la logistique, à travers un quadricycle à assistance électrique.
  • Prix CCI Nantes St-Nazaire – catégorie Small invest : La Ruche à vin (44) qui développe des solutions pour garantir la qualité du vin tout au long de sa vie, notamment sur la problématique de la température.
  • Prix Services : Speakylink (44) pour sa solution d’assistance visuelle destinée aux professionnels de la relation client, sécurisée et ne nécessitant aucune installation.
  • Prix Région Pays de la Loire – catégorie Industrie : Guatecs (72), qui produit un latex naturel à partir de guayule, une plante originaire du Mexique.
  • Prix Santé : Les audioprothésistes mobiles (44), qui développe des outils permettant d’améliorer la qualité de vie des malentendants en situation de dépendance.